T. S. Eliot, poète, dramaturge et critique littéraire.

T. S. Eliot, de son nom complet Thomas Stearns  Eliot (26 septembre 1888 – 4 janvier 1965), est un poète, dramaturge et critique littéraire américain naturalisé britannique. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1948.

Il est d’abord proche de la modernité poétique américaine et du groupe formé autour d’Ezra Pound, qui publie dans sa revue le poème d’Eliot La Chanson d’amour de J. Alfred Prufrock (1917), et à qui est dédié La Terre vaine (1922). Après sa conversion à l’anglicanisme et sa naturalisation britannique, il se tourne vers une écriture centrée sur la spiritualité, représentée notamment par Quatre Quatuors (1939-1942), qui lui vaudront le prix Nobel de littérature en 1948. Il écrit également sept pièces de théâtre et un grand nombre d’essais sur la poésie et sur des auteurs comme William Shakespeare et Ezra Pound.


T. S. Eliot est né dans une famille aisée de Saint-Louis dans le Missouri. Son père, Henry Ware Eliot, était un homme d’affaires influent et sa mère, Charlotte Champe Stearns, fut enseignante avant d’écrire de la poésie. Thomas était leur dernier enfant ; ses parents avaient 44 ans quand il est venu au monde, ses sœurs avaient de 11 à 18 ans de plus que lui, son frère 8 de plus.

Son grand-père, William Greenleaf Eliot, était un pasteur unitarien qui s’installa à Saint-Louis quand elle n’était encore qu’une ville-frontière et qui participa à l’établissement de plusieurs des institutions municipales, dont l’université Washington de Saint-Louis. L’un de ses lointains cousins était Charles William Eliot, Président de l’université Harvard de 1869 à 1909, alors qu’un autre, Tom Eliot, était chancelier de l’université de Washington.

De 1898 à 1905, Eliot est externe à la Smith Academy de St Louis, une classe préparatoire à l’Université Washington, il y étudie les lettres, le latin, le grec, le français et l’allemand. Il fait un an à la Milton Academy dans le Massachusetts, près de Boston, où il fait la connaissance de Scofield Thayer qui publie plus tard son poème La Terre vaine (The Waste Land). Il étudie à Harvard de 1906 à 1909, où il publie ses premiers poèmes dans la revue The Harvard Advocate et où il se lie d’amitié avec Conrad Aiken. En 1910, il obtient son Master, puis continue ses études à la Sorbonne à Paris (1910-1911), où il suit notamment les cours de Henri Bergson et d’Alain-Fournier. Il se lie alors d’amitié avec un jeune Français étudiant en médecine, féru comme lui de littérature et de poésie, Jean-Jules Verdenal (né en 1890 à Pau, mort en 1915 dans les Dardanelles) avec lequel il correspond lors de son  retour aux États-Unis. Il part en effet pour Harvard et il y poursuit des études de philosophie. Il achève brillamment une thèse sur le philosophe hégélien Bradley. Il se passionne pour la philologie indo-aryenne et le bouddhisme.

En 1914, il obtient une bourse pour étudier au Merton College d’Oxford. Il visite l’Allemagne et prévoit de faire un trimestre de philosophie à l’université de Marbourg pendant l’été, mais la Première Guerre mondiale éclate et il se rend au Royaume-Uni. Il n’est pas heureux au Merton College et décline une bourse de seconde année.

Il travaille sur sa thèse qu’il envoie à Harvard et qui est acceptée. En revanche n’étant pas présent pour sa soutenance, il n’obtient pas son PhD.

Durant ses années estudiantines, il côtoya George Santayana, Irving Babbitt, Henri Bergson, C.R. Lanman, Josiah Royce, Bertrand Russell et Harold Joachim.

Dans une lettre à Conrad Aiken écrite en décembre 1914, Eliot se plaint d’être toujours vierge, ajoutant : « Je suis dépendant des femmes. Je veux dire de la compagnie des femmes. » Quatre mois plus tard, il est présenté à Vivienne Haigh-Wood et ils se marient le 26 juin 1915. En 1960, Eliot écrivit : « Je me suis convaincu d’être amoureux de Vivienne simplement parce que je voulais rester en Angleterre et me forcer à rester en Angleterre. Et elle s’est convaincue (sous l’influence de Pound) qu’elle pourrait sauver un poète en le forçant à rester en Angleterre. Le mariage ne lui a apporté aucun bonheur… À moi, il m’a mis dans un état d’esprit qui aboutira à The Waste Land. »

Admirateur de Charles Maurras, il fut déçu par sa condamnation par Pie XI en 1926 ; elle le détourna du catholicisme comme nombre de partisans de la High Church1. En 1927, T.S. Eliot devient citoyen britannique et se convertit à la religion anglicane.

Eliot se sépare de sa femme en 1933. Elle le poursuit, adhère même au British Union of Fascists (union britannique des fascistes) dans l’espoir de regagner les faveurs de son époux qui avait exprimé son admiration pour Mussolini et assiste à ses conférences pour lui demander de revenir à la maison. Elle fut internée dans un asile psychiatrique pendant les neuf dernières années de sa vie sans qu’Eliot vienne lui rendre visite.

Son second mariage, bien que presque aussi court, fut heureux. Il épouse Esme Valerie Fletcher, sa secrétaire depuis août 1949 et qui est de trente-huit ans sa cadette, le 10 janvier 1957. Valerie passa ses années de veuvage à préserver l’œuvre de son mari ; elle édite et annote les Lettres de T.S. Eliot ainsi que le fac-simile de The Waste Land.

Eliot meurt d’un emphysème à sa maison à Kensington à Londres, le 4 janvier 1965. Ses cendres sont déposées en l’église de Saint Michael dans le village de East Coker d’où les ancêtres d’Eliot étaient originaires avant d’émigrer aux États-Unis. Au deuxième anniversaire de sa disparition, une plaque commémorative est apposée au Coin des poètes dans l’abbaye de Westminster.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.