Stanisław Staszic, ecclésiastique, scientifique et écrivain.

Stanisław Wawrzyniec Staszic, né le 6 novembre 1755 à Piła et mort le 20 janvier 1826 à Varsovie, est un ecclésiastique, scientifique, écrivain et homme d’État polonais de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, dont l’œuvre et l’action se situent dans la tradition du Siècle des Lumières.

Explorateur, auteur de la première carte géologique de Pologne, découvreur du charbon à Dąbrowa Górnicza, il est considéré comme le père de la géologie polonaise. Il a contribué de façon notable à la démocratisation de l’instruction publique et au développement des sciences et de l’industrie polonaises.

Il est aussi le créateur de la première coopérative agricole en Europe.


Stanisław Staszic est né à Piła, ville de Grande-Pologne, dont son père, Wawrzyniec Staszic, était bourgmestre.

Il fait sa scolarité dans le prestigieux Collegium Posnianae, tenu par les Jésuites, puis au séminaire, où il obtient son diplôme et est ordonné prêtre en 1778. Tout au long de ses études, il a travaillé comme précepteur.

En 1779, il part poursuivre ses études à l’étranger, d’abord à l’Université de Leipzig puis à Göttingen, enfin à Paris, au Collège de France où il assiste à des cours de physique et de sciences naturelles de Louis Jean-Marie Daubenton et de Mathurin Jacques Brisson et où il fait connaissance avec Buffon1, dont il sera plus tard le traducteur en polonais. Il est possible que ce voyage ait été financé par le chancelier de Pologne Andrzej Zamoyski, rencontré par Staszic en 1772.

Durant son voyage de retour, Staszic fait un détour par les Alpes et les Apennins. Ce voyage éveille son intérêt pour les études géologiques et socio-économiques.

À l’automne 1781, il entre au service du chancelier Zamoyski et de son épouse Constance Czartoryska, en tant que précepteur de leurs trois enfants, Aleksander (1770-1800), Anna Jadwiga (1772-1859 et Stanisław (1775-1856), vivant avec la famille à Bieżuń (Mazovie) ou à Varsovie, selon la saison.

En 1782, Staszic obtient un doctorat de droit et de lettres françaises à l’Académie Zamoyski située à Zamość, dans la partition autrichienne de 1772.

En 1783, les Zamoyski s’établissent de façon permanente dans leurs domaines de Zamość. Durant cette période, Staszic est toujours gouverneur des enfants, mais aussi conseiller économique et ami de la famille. Il donne des cours de langue française à l’Académie Zamoyski jusqu’à sa fermeture en 1784 par les autorités autrichiennes. Il traduit des ouvrages du français en polonais et écrit des traités sur des sujets divers.

En 1787, Staszic publie ses Remarques sur la vie de Jan Zamoyski, dans lesquelles, sous couvert de la biographie d’un homme du XVIe siècle, il promeut des réformes importantes du système politique polonais : réforme du servage, réduction du rôle de la noblesse, renforcement du pouvoir du gouvernement. En 1790, paraissent les Mises en garde pour la Pologne. Bien que Staszic ne participe pas aux travaux de la Diète de Quatre ans (1788-1792), cet ouvrage joue un rôle dans l’élaboration de la Constitution du 3 mai 1791.

En 1789, il entreprend des voyages dans les domaines des Zamoyski et poursuit ses observations de tous ordres. Chercheur inlassable, Staszic note tout ce qu’il remarque dans son journal, qui est parsemé d’indications sur l’agriculture, la géologie, l’économie, l’art, la population, l’artisanat, les monuments, les phénomènes naturels, les coutumes populaires dans les contrées qu’il parcourt.

En 1790-1791, il accompagne les Zamoyski au cours d’un voyage en Italie.

Après la mort d’Andrzej Zamoyski (1792), il reste au service d’Anna Jadwiga qui épouse en 1794 Alexandre Sapieha. Il est leur conseiller et gestionnaire des biens ; en échange, Anna achète pour lui un domaine à Hrubieszów (en tant que bourgeois, Staszic n’a pas le droit de posséder des terres). Staszic va aussi intéresser Sapieha aux études géologiques.

Staszice soutient l’insurrection de Kosciuszko en 1794 dont la défaite a pour conséquence le troisième partage de la Pologne (1795).

Staszic et Sapieha s’impliquent dans les activités de la Société des Amis des sciences dès sa création en 1800. Cette société a pour but de préserver l’activité scientifique polonaise alors que l’État polonais n’existe plus. Sapieha, après l’exploration de régions de Pologne, part étudier les Balkans en 1802-1804, expédition à laquelle Staszic apporte son aide financière.

En 1804-1805, Staszic séjourne en France pour se documenter en matière scientifique et, à son retour, explore les monts Tatras.

Staszic, entier postal, Pologne.

Bien que sceptique à l’égard de Napoléon, il donne toute son énergie pour le développement scientifique et économique du Duché de Varsovie, en tant que membre du conseil de l’instruction publique (ministère de l’Éducation nationale à partir de 1811) dirigé par Stanisław Potocki.

Le 16 octobre 1808, après la mort de Jean-Baptiste Albertrandi8, Staszic est élu à l’unanimité président de la Société des Amis des sciences, fonction qu’il occupera jusqu’à la fin de sa vie, fournissant les fonds nécessaires au développement de l’institution et à la construction de son nouveau siège (le palais Staszic).

En 1808, il entre au Conseil d’État comme référendaire, et devient conseiller en 1810. Il participe avec Feliks Łubieński à la création à Varsovie d’une école de Droit (1808) et d’une école de Médecine (1809) et préconise la création d’une université, étant donné que les universités de Université de Cracovie, de Lwów et de Wilno se trouvent désormais en territoire autrichien ou russe.

Après la transformation du Duché de Varsovie en Royaume de Pologne sous tutelle russe, Staszic devient membre du gouvernement du nouvel État en tant que directeur du département de l’Industrie et de l’Artisanat. Il initie des recherches scientifiques dans l’intérêt économique du pays. C’est un pionnier de l’industrialisation de la Pologne. La première carte géologique de la Pologne est le fruit des nombreuses années de ses recherches sur ce sujet. Sous son impulsion, le petit village de Dąbrowa Górnicza devient progressivement une des villes les plus industrialisées de Haute-Silésie.

En 1816, conformément à son vœu, l’École de droit et l’École de Médecine fusionnent pour donner naissance à l’Université de Varsovie. Et c’est grâce à lui que l’Académie des mines de Kielce (1816), l’Institut agronomique de Marymont et l’École préparatoire à l’Institut polytechnique sont créés.

Staszic, entier postal, Pologne.

L’une des plus grandes réalisations de Staszic est la Société agricole de Hrubieszów, fondée en 1816. Après avoir acquis plusieurs domaines à Hrubieszów, il y abolit le servage et donne de la terre aux paysans, le reste étant offert à la Société qui organise une coopérative d’épargne et de crédit, établit un hôpital et une école et accorde des bourses.

En 1824, il devient ministre d’État.

Ses funérailles en 1826 réunissent plus de 20.000 personnes. Il lègue tous ses biens au profit des hôpitaux, des écoles et pour l’érection d’un monument de Nicolas Copernic à Varsovie.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.