Sosthène Weis, peintre et architecte.

Sosthène Weis (1872-1941) était un artiste luxembourgeois prolifique qui a peint plus de 5 000 aquarelles, principalement du Luxembourg et de ses environs. Il a également travaillé comme architecte, concevant certains des bâtiments les plus imposants du Luxembourg.


Né à Niedermertzig près d’ Ettelbruck le 29 janvier 1872, il était le fils de François Weis, tanneur-scieur. Après avoir terminé ses études secondaires à l’ Athénée de Luxembourg-Ville où Michel Engels l’ initie pour la première fois aux arts graphiques, Weis étudie le génie civil à partir de 1891 à l’ École polytechnique d’ Aix -la- Chapelle puis à l’ université technique de Munich.

Weis, carte maximum, Luxembourg, 1991.

Après ses études, il travaille d’abord pendant quelques années pour le célèbre architecte munichois Hans Grässel . De retour au Luxembourg, il épouse en 1902, Marie Pütz avec qui il aura trois enfants. La même année, le gouvernement le charge de mener une étude en lien avec la Maison de Santé d’Ettelbruck. En 1904, il dessine le couvent des bénédictins de Peppange . [3] En 1905, il succède à Prosper Biwer comme architecte du gouvernement et en 1917, il devient architecte en chef de l’ ARBEDentreprise sidérurgique. Là, avec René Théry de Bruxelles, il a supervisé la construction du nouveau siège de l’entreprise à Luxembourg-Ville ainsi que des logements pour les employés et les ouvriers. Parmi ses travaux les plus importants figurent le bâtiment de la poste de Luxembourg, le Limpertsberg Lycée technique des arts et métiers , les extensions des installations thermales de Mondorf-les-Bains et, bien sûr, le bâtiment ARBED.

Alors que Weis était un architecte à succès, on se souvient maintenant avant tout de ses peintures. Déjà enfant, il décorait ses lettres de motifs floraux. Lorsqu’il est à l’étranger, il suit des cours d’art et étudie les aquarellistes, notamment William Turner . Il se passionne pour la peinture à l’aquarelle, emportant son pinceau et ses peintures partout où il va. A Luxembourg-Ville, il descendait souvent à la Pétrusse ou à l’ Alzettevallées, ou dans les banlieues pour trouver des scènes intéressantes à peindre. Il revenait souvent peindre au même endroit lorsque la lumière avait changé, parfois des années plus tard. Ses peintures ont donc une valeur documentaire considérable. Si la plupart de ses tableaux représentent la Ville de Luxembourg et ses environs, il s’est également aventuré à travers tout le pays, peignant des scènes de la Moselle , des villes minières au sud et des montagnes au nord. Il a également peint des scènes dans les pays voisins du Luxembourg ainsi que lors de ses voyages en Turquie, Tunisie, Grèce et Yougoslavie.

Ses peintures antérieures, jusqu’en 1900, montrent l’influence de ses intérêts architecturaux, car les bâtiments sont représentés avec une précision précise mais plutôt ennuyeuse. Par la suite, son propre style post-impressionniste romantique commence à émerger, en particulier dans son travail de 1915 à 1945. Ses couleurs chaudes prédominent avec une abondance de violets, de bleus et d’ocres. Weis maîtrisait l’art de capturer l’instant, reproduisant avec poésie la lumière brumeuse du petit matin, la chaleur de midi ou la brume qui s’amassait dans les vallées au coucher du soleil. Peu à peu, la réalité a cédé la place à des images moins précises, plus suggestives, tandis que Weis se concentrait sur l’essentiel. Il remplira rapidement les grandes lignes de ses scènes, les interprétant de plus en plus librement jusqu’à ce que finalement ses images révèlent un monde d’orgueil et de préjugés.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.