Sophie Calle, artiste plasticienne, photographe, femme de lettres et réalisatrice.

Sophie Calle, née à Paris le 9 octobre 1953, est une artiste plasticienne, photographe, femme de lettres et réalisatrice française.

Son travail d’artiste consiste à faire de sa vie, et notamment des moments les plus intimes, une œuvre. Pour ce faire, elle utilise tous les supports possibles : livres, photos, vidéos, films, performances, etc.


En 1981, elle s’installe à Malakoff, dans une usine désaffectée qu’elle partage avec les plasticiens Christian Boltanski et Annette Messager.

Ses photographies et ses comptes rendus écrits, empruntant le style descriptif du reportage ou de l’inventaire, attestent la réalité des situations qu’elle crée : femme de chambre dans un hôtel, strip-teaseuse dans une fête foraine, poursuite d’un homme à Venise, etc. Souvent fondées sur des règles et des contraintes, ses œuvres interrogent la limite poreuse entre sphère publique et sphère privée et le caractère interchangeable des positions du voyeur et de l’exhibitionniste. Le thème de la disparition de personnes ou d’objets, dont l’existence est avérée par quelques traces et dont l’absence est enregistrée par la photographie, constitue également un thème de prédilection de l’artiste.

Elle se caractérise par un esprit provocateur. Elle a été par exemple la première photographe à présenter une exposition… dont elle n’avait pas pris elle-même une seule photo : elle avait demandé à une agence de détectives privés de la prendre en filature et de la prendre en photo à son insu. Ce sont ces photos d’elle qu’elle exposa.

Les travaux de Sophie Calle sont aussi caractérisés par la mise en scène de l’artiste elle-même. Sophie Calle utilise la plupart du temps les récits d’histoires qu’elle a vécues (Histoires vraies).

Une commande d’œuvre in situ qu’une banque lui avait faite aboutit après quinze années de projets, de recherches et de tentatives vaines à un ouvrage racontant son échec : En finir (en partie pour que toutes ces années et tout ce temps passé n’aboutissent justement pas à « rien », et donc pour éviter un échec total). En effet, Sophie Calle avoue n’avoir su comment utiliser les images de vidéosurveillance du distributeur automatique pour créer une œuvre typique de son art, et cela en grande partie parce qu’il ne s’agissait pas de matière extraite à sa propre vie, à son propre quotidien. Elle « en finit » donc avec ce projet en utilisant sa manière personnelle d’aborder les images, en en montrant une grande partie sans avoir agi dessus. Dans ce livre, elle raconte son cheminement, ses tentatives, ses fausses routes, l’aide qu’elle a pu demander à Jean Baudrillard ou même à sa banquière…

On retrouve systématiquement ce rapport explicatif entre les textes et les photographies de Sophie Calle, qu’elle raconte l’histoire, la démarche qui en est à l’origine ou même les conséquences qui ont suivi cette photo.

Sophie Calle, carte maximum, Paris, 19/10/2018.

Enfin, Sophie Calle laisse une place importante au spectateur puisqu’il est récurrent dans ses œuvres qu’il puisse avoir accès à son intimité (Journaux intimes, Évaluation psychologique) ou bien qu’elle le fasse participer activement dans la création (Fantômes).

Un autre thème important que Sophie Calle traite est l’absence (Last Seen, Fantômes, Les Aveugles). Elle a travaillé ce thème avec un vrai fait divers. Une jeune femme, Bénédicte, a disparu mystérieusement, elle était agent d’accueil à Beaubourg et aussi photographe et appréciait beaucoup son travail. Des amis lui envoient des coupures de presse de cette disparition. Sophie Calle attend un an puis se met sur sa trace, rencontre fortuitement sa mère, etc. Elle expose finalement à Beaubourg ses propres photos mêlées à celles de la disparue.

Aux éditions Actes Sud, Sophie Calle a publié de nombreux livres. Le Centre Georges-Pompidou lui a consacré une exposition intitulée M’as-tu vue en 2004. Réalisatrice du film No Sex Last Night, elle expose régulièrement son travail dans des galeries d’art contemporain.

À l’occasion de l’inauguration de la ligne 3 du tramway d’Île-de-France, en décembre 2006, elle imagine l’une des neuf œuvres commandées pour en accompagner le tracé (aux côtés d’Angela Bulloch, Christian Boltanski, Peter Kogler, Claude Lévêque). Cette œuvre, intitulée Le Téléphone, est une cabine téléphonique sculptée en forme de fleur par l’architecte Frank Gehry, n’ayant pas d’autre fonction que de recevoir ses appels : elle s’est en effet engagée à appeler cette cabine plusieurs fois par semaine pour parler avec le passant qui voudra bien décrocher.

Elle représente la France à la Biennale de Venise du 10 juin au 21 novembre 2007 avec deux œuvres : Prenez soin de vous, une lettre de rupture reçue par Sophie Calle et lue par 107 femmes ; et Pas pu saisir la mort, une vidéo réalisée au moment du décès de sa mère ayant correspondu à son invitation à représenter la France à la biennale. Le chanteur Cali a écrit la chanson Sophie Calle no 108 de son album L’Espoir en référence à son œuvre Prenez soin de vous.

Elle a également vécu au Cailar, dans un appartement prêté par son ami Jean Lafont au mas des Hourtès. Elle y reste jusqu’à la mort du manadier en 2017.

En 2014, pour la fête votive du village, qu’elle dit n’avoir « jamais ratée »5 elle monte avec Stephan Eicher un groupe éphémère, les Roulettes polymères.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.