Ruy Barbosa de Oliveira, écrivain, juriste et homme politique.

Ruy Barbosa de Oliveira (Salvador de Bahia, 5 novembre 1849 – Petrópolis, 1er mars 1923) est un écrivain, juriste et homme politique brésilien. Il est député, sénateur, ministre des finances et diplomate. Il est surnommé l’« aigle de La Haye » pour sa participation à la Conférence de La Haye de Première conférence de La Haye et Seconde conférence de La Haye. Il est candidat sans succès à la présidence du Brésil en 1910 et en 1919. Il est membre de l’Académie brésilienne des lettres.


Ruy Barbosa donne son premier discours public pour l’abolition de  l’esclavage à l’âge de 19 ans. Il continue une défense intransigeante pour les libertés civiles durant le reste de sa vie. L’esclavage est finalement aboli par la Loi d’or en 1888. Il autorise en 1890, comme ministre des finances, la destruction de la majeure partie des archives du gouvernement en relation à l’esclavage.

Les idées libérales de Barbosa ont une influence importante dans le projet de la première constitution républicaine (1891). Il est partisan de  l’utilisation de la monnaie fiduciaire, en opposition à l’étalon-or, au Brésil. Durant son mandat de ministre des finances, il met en place des réformes de grande envergure du régime financier brésilien avec une politique monétaire vigoureusement expansionniste mais c’est un désastre et il en résulte une grande instabilité.

Une de ses citations les plus connues : « À tant voir triompher les insignifiances, à tant voir prospérer le déshonneur, à tant voir croître l’injustice, à tant voir augmenter le pouvoir dans les mains des mauvais, l’homme finit par se décourager de la vertu, se moquer de l’honneur, avoir honte d’être honnête… »

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.