Pythagore, réformateur religieux et philosophe.

Pythagore (en grec ancien : Πυθαγόρας / Puthagóras) est un réformateur religieux et philosophe présocratique qui serait né aux environs de 580 av. J.-C. à Samos, une île de la mer Égée au sud-est de la ville d’Athènes ; on établit sa mort vers 495 av. J.-C., à l’âge de 85 ans. Il aurait été également mathématicien et scientifique selon une tradition tardive. Le nom de Pythagore (étymologiquement, Pyth-agoras : « celui qui a été annoncé par la Pythie »), découle de l’annonce de sa naissance faite à son père lors d’un voyage à Delphes.


Pythagore naît à Samos en 569 av. J.-C. ou 606 av. J.-C. selon Ératosthène et Diogène Laërce, en 590 selon Jamblique, en 580 selon Porphyre, et il meurt en 494 ou 497 av. J.C. à Métaponte, en Italie.

Son père, Mnésarque, ciseleur de bagues, et sa mère, Parthénis, dont le mythe dit qu’elle était la plus belle des Samiennes, descendraient tous deux du héros Ancée, fils de Poséidon, qui avait fondé la ville de Samos. Ce Mnésarque de Samos interroge la Pythie de Delphes sur un voyage et obtient une réponse selon laquelle :

« sa femme était enceinte et mettrait au monde un enfant qui l’emporterait en beauté et en sagesse. De ce moment, il changea le nom de sa femme de « Parthénis » en « Pythaïs » [la pythienne], il appela son fils « Pythagore » [Πυθαγόρας, « prédit par la Pythie », ou « annoncé par le dieu pythien », pour la raison qu’il avait été annoncé par le dieu pythien]. »
— Jamblique, Vie de Pythagore, § 728.

Plus tard, Pythagore affirme qu’il est la réincarnation d’Éthalidès (fils d’Hermès), d’Euphorbe (héros de la guerre de Troie), d’Hermotime de Clazomènes (chamane apollinien), et de Pyrrhos (un pêcheur de Délos), et qu’il se souvenait de ces incarnations antérieures.

Pythagore est un athlète. Selon une tradition, Pythagore participe aux Jeux olympiques à l’âge de 17 ans. Ce serait la 57e olympiade (-552) ou la 48e (-588) selon Ératosthène. Il remporte toutes les compétitions de pugilat (sport de l’Antiquité comparable à la boxe).

Les sources divergent sur le nombre d’enfants qu’il aurait eus de Théanô : deux ou quatre. Les noms cités sont : Télaugès (qui succéda à son père et qui, selon certains, enseigna à Empédocle), Mnésarque, Myïa (qui épousa Milon de Crotone), Arignote.

Première initiation : à 18 ans, en 551 av. J.-C., il quitte Samos. Il va s’instruire à Lesbos auprès de Phérécyde de Syros (vers 585/499 av. J.-C.), un sage, le premier à avoir dit que « les âmes des hommes sont éternelles » le premier à enseigner que l’homme a deux âmes, l’une d’origine terrestre, l’autre d’origine divine ; un magicien, aussi, qui fait des prédictions, reçoit des songes37. Que les philosophies se ressemblent, c’est sûr ; que les hommes se soient rencontrés, c’est incertain, mais la théorie de l’âme immortelle, individuelle de Phérécyde autorise la théorie pythagoricienne de la transmigration (en grec ancien, παλιγγενεσία) des âmes.

Ensuite, les biographes se plaisent à le doter de toutes les initiations possibles auprès des initiés de l’époque et dans les Mystères. Il rencontrerait « les descendants du prophète et naturaliste Mochus » et les hiérophantes de Phénicie, les hiérogrammates d’Égypte, les Mages de Chaldée, les initiés du mont Ida, les orphiques de Thrace, les prêtresses de Delphes.

Deuxième initiation, en « Syrie » ou « Phénicie », il aurait rencontré des disciples de l’ancien « prophète et naturaliste » Môchos de Sidon. Selon Jamblique il aurait fréquenté des hiérophantes et se serait fait initier à Tyr, à Byblos et ailleurs. Selon Porphyre il revient à Samos, une première fois, suivre les enseignements d’Hermodamas de Samos, un lettré en matière homérique.

Troisième initiation. Dès Hécatée d’Abdère, les historiens soutiennent que Pythagore part en Égypte vers 547 av. J.-C., vers Memphis et Diospolis, pour plusieurs années. Dans cette ville se trouve le sanctuaire de Zeus Ammon. Il est reçu par les prêtres, sous Amasis, pharaon de 568 à 526 av. J.-C. et connu de Polycrate de Samos. Il apprend la langue à Memphis dans un centre d’interprétariat fondé par Psammétique Ier (pharaon en 663 av. J.-C.). Il étudie la géométrie, l’astronomie des Égyptiens. Il est initié aux Mystères de Diospolis et à la doctrine de la résurrection d’Osiris ; selon Plutarque, les prêtres lui auraient appliqué sur la cuisse le disque ailé d’Atoum-Râ, en feuille d’or, ce qui lui valut le surnom de Pythagore « chrysomère, à la cuisse d’or ».

Quatrième initiation. Certaines traditions ajoutent qu’il est expulsé comme esclave ou prisonnier d’Égypte à Babylone, par Cambyse II, roi de Perse venu conquérir l’Égypte en 525 av. J.-C.. Il serait alors allé « chez les Chaldéens et les Mages ». Cet épisode est beaucoup moins attesté que le voyage en Égypte, et les dates posent problème, surtout quand Antiphon prétend que Pythagore est resté 22 ans en Égypte (de 547 à 525 av. J.-C. ?) et 12 ans à Babylone (de 525 à 513 av. J.-C. ?). Il est impossible qu’il ait rencontré Zoroastre — comme le voudrait Porphyre de Tyr — car le prophète iranien enseignait vers 594 av. J.-C. environ. Plutarque dans son explication Sur la création du monde selon le Timée de Platon lui donne également pour maître Zaratas d’Assyrie, en qui certains auteurs voient en fait une déformation du prénom de Zoroastre.

Cinquième initiation : Pythagore se rend en Crète, dans l’antre de l’Ida, haut lieu ésotérique, sous la conduite, dit-on, d’Épiménide de Crète, et des initiés du Dactyle (magicien), Morgès. Cinquième initiation : il va en Thrace, pour rencontrer les orphiques.

Il revient à Samos une seconde fois. Il commence à enseigner dans un amphithéâtre à ciel ouvert, l’Hémicycle, sans grand succès.

Banni par Polycrate, tyran de Samos de -535 à -522, ou bien fuyant, selon Aristoxène, « la tyrannie de Polycrate », il quitte Samos vers -535, il part avec son vieux maître Hermodamas. Il va en Grande-Grèce et débarque à Sybaris, ville riche et voluptueuse sur le golfe de Tarente.

Il préfère s’installer à Crotone, toujours sur le golfe de Tarente, en Calabre, car la ville a un culte pour Apollon et une école de médecine célèbre. Le célèbre athlète Milon de Crotone, six fois champion aux jeux Olympiques, et prêtre d’Héra Lacinia, épouse sa fille, Myïa. Son influence sur Crotone s’étend de l’assemblée aux enfants en passant par les adolescents et les femmes qui venaient tous l’écouter. Il ne donne sans doute pas des lois aux Crotoniates, mais il appuie un régime politique de type oligarchique, c’est-à-dire aristocratique, réservé à une élite. Antidémocrate, il pense que « c’est une chose insensée de tenir compte de l’opinion du grand nombre ». Les 300 disciples administrent la cité. Ses conférences publiques attirent 600 personnes. Les Crotoniates l’identifient à Apollon Hyperboréen. Cette influence à Crotone est l’occasion pour Porphyre de Tyr55 de donner une présentation enthousiaste de Pythagore :

« Les citoyens de Crotone comprirent qu’ils avaient affaire à un homme qui avait beaucoup voyagé, un homme exceptionnel, qui tenait de la Fortune de nombreux avantages physiques : il était, en effet, noble et élancé d’allure et, de sa voix, de son caractère et de tout le reste de sa personne émanaient une grâce et une beauté infinies. »

Il fonde son école à Crotone en -532. C’est une communauté, quasiment une secte, à la fois philosophique, scientifique, politique, religieuse, initiatique. Il fonde d’autres communautés dans les villes d’Italie et de Grèce : Tarente, Métaponte, Sybaris, Caulonia, Locres, et, en Sicile, Rhégium, Tauroménium, Catane, Syracuse. Il ne semble pas qu’il veuille fonder une fédération politique des cités du golfe de Tarente (Tarente, Métaponte, Sybaris, Crotone, dans le talon de la botte d’Italie). À Crotone, il ferait la rencontre d’Abaris le Scythe, grand magicien et « chamane ».

En -510, une révolution populaire à Sybaris, sous la conduite d’un orateur démocrate, Télys, massacre des pythagoriciens, et 500 aristocrates se réfugient à Crotone. Une guerre s’ensuit entre Sybaris et Crotone, recommandée — selon Diodore de Sicile — par Pythagore. L’aristocratie de Crotone, sous la conduite de Milon de Crotone, l’emporte avec 100 000 hommes contre 300 000 : elle massacre à son tour la population et rase Sybaris.

Il s’inquiète du progrès du parti démocratique. « Il annonça à ses disciples qu’un soulèvement allait éclater », et les invite à partir — selon Aristoxène — pour Métaponte, port de la Lucanie, toujours sur le golfe de Tarente. Sans doute il y trouve une communauté pythagoricienne déjà installée. Il a des disciples qui deviennent illustres, dont le médecin Alcméon de Crotone, le mathématicien Hippase de Métaponte. Les habitants de Métaponte appelaient sa maison « le temple de Déméter », et sa ruelle « temple des Muses ».

Peut-être, en -499, il va enterrer à Délos, grand centre religieux, son vieux maître Phérécyde de Syros.

Pythagore meurt à Métaponte en -497. Cicéron témoigne : « Je suis allé avec toi à Métaponte. Je n’ai pas accepté de me rendre chez notre hôte avant d’avoir vu le lieu où Pythagore est mort et où il avait son siège. »

Entre -440 ou -454, vers -450, se produit une émeute anti- pythagoricienne, amalgamée par certains historiens à la guerre pro-pythagoricienne de -510. Un noble de Crotone, Cylon de Crotone, gouverneur de Sybaris, fomente un complot. Il veut se venger de Pythagore qui l’aurait jugé inapte à suivre les enseignements de l’école. Il soulève la population contre les pythagoriciens, partisans d’un régime aristocratique et conservateur. Le feu est mis à la maison de Milon de Crotone où sont réunis 40 pythagoriciens. Trois seulement réussissent à se sauver : Philolaos de Crotone, Lysis de Tarente et Archippe de Tarente, ou Lysis et Philolaos. Ces persécutions conduisent à la dispersion des membres de l’école pythagoricienne, qui fondent des centres ailleurs, surtout à Rhegium, Phlionte et Thèbes de Lucanie. Le déclin de l’influence pythagoricienne en Italie commence. Le dernier bastion fut Tarente, avec Archytas de Tarente, stratège, philosophe, mathématicien, inventeur, mais aussi ami et sauveur de Platon en -388 et -361. Les autres versions de la mort de Pythagore semblent douteuses : Diogène Laërce et Porphyre soutiennent que Pythagore serait mort dans l’incendie de la maison de Milon, Hermippe de Smyrne déclare que Pythagore aurait été tué par les Syracusiens, lors de sa fuite, devant un champ de fèves qu’il refusait, par tabou des fèves, de traverser.

La légende (surtout chez Porphyre et Jamblique) attribue à Pythagore des pouvoirs merveilleux : il apprivoise une ourse, à Olympie il fait descendre un aigle du ciel, il connaît ses existences antérieures, il prédit la révolution à Crotone, il devine la quantité de poissons que vont ramener des pêcheurs, il charme et guérit par sa musique, il entend l’harmonie des sphères célestes, il commande à la grêle et aux vents, etc. Bien entendu, il est donné comme expert en arithmologie (art occulte des nombres), arithmosophie (connaissance ésotérique des nombres), arithmomancie (divination par les nombres) : « Grâce aux nombres en question, il pratiquait une admirable méthode de prédiction, et il rendait un culte aux dieux selon les nombres, parce que la nature du nombre leur est complètement apparentée ». À l’époque hellénistique, l’adjectif « pythagoricien » (πυθαγόρειος) finit par signifier « occultiste, ésotériste, magicien ». Même le sobre Aristote l’admet : « Pythagore avant tout œuvra durement dans les sciences mathématiques et autour des nombres, mais plus tard il lui arriva de ne pas savoir renoncer à la pratique miraculeuse de Phérécyde de Syros ».

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.