Pont de la guillotière, à Lyon.

Ce pont est l’une des grandes affaires urbanistiques du XIIIe siècle lyonnais. Entamé à la fin du XIIe siècle, le chantier est financé par des dons, des legs et des offrandes faites à la chapelle édifiée à l’extrémité du pont sur la rive gauche. Achevé en 1183, le premier pont en bois s’effondre sous le passage des croisés en 1190. Reconstruit en partie en pierre et en partie en bois, il subit tout le long du siècle de nombreux dégâts et sa construction n’est réellement achevée qu’au début du XIVe siècle.

Le , le pont est le lieu d’une tragédie, appelée « bousculade du pont de la Guillotière » ou « tumulte du pont du Rhosne ». La vogue de saint Denis à Bron génère un fort flux sur le pont, qui a l’époque à Lyon était le seul pour traverser le Rhône et fermait la nuit, un accrochage entre le carrosse de Catherine de Servient et un charroi bloque le passage sur le pont. La foule s’écrase contre cet obstacle. On dénombre 241 victimes, dont 25 noyés et 216 personnes mortes écrasées contre la barricade.

Le pont du Moyen Âge reposait sur une forêt de pieux en chêne, qui ont compliqué le percement du tunnel du métro, dans les années 1980. Des travaux réalisés sur la rive gauche par Combalot et Cavenne entraînent l’ensevelissement de sept arches, une en 1815, puis six en 18334. Ceci explique l’anomalie lyonnaise qui fait qu’on appelle place du Pont (place Gabriel-Péri depuis 1947) une place qui est à une centaine de mètres du début du pont. Le pont a été détruit lors de la retraite de l’armée allemande, en septembre 1944. Il a été démoli en 1952 et remplacé par un pont plus large et doté d’une structure métallique en 1953. Les pierres issues de la démolition de 1952 comportaient des fragments antiques, portant des épitaphes et des dédicaces en latin, provenant de la récupération faite sur les monuments en amont par les bâtisseurs du Moyen Âge. Ces dernières peuvent être observées au musée gallo-romain de Fourvière.

Pont de la guillotière, carte maximum, 1955.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.