Pierre Mendès France, homme d’état.

Pierre Mendès France, surnommé PMF, né le 11 janvier 1907 à Paris et mort le 18 octobre 1982 (à 75 ans) dans la même ville, est un homme d’État français.

Il s’initie à la vie politique dès 1924 dans les mouvements étudiants d’opposition à l’extrême droite puis est élu député de l’Eure en 1932. Radical-socialiste, il participe à la coalition du Front populaire. Il est membre de l’éphémère second gouvernement Blum en 1938.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, après avoir été incarcéré par le régime de Vichy, il parvient à rejoindre la Résistance et s’engage dans les Forces aériennes françaises libres. Il est commissaire aux Finances puis ministre de l’Économie nationale dans le gouvernement provisoire du général de Gaulle de septembre 1943 à avril 1945.

Nommé président du Conseil par le président René Coty en juin 1954, il cumule cette fonction avec celle de ministre des Affaires étrangères. S’il parvient à conclure la paix en Indochine, à préparer l’indépendance de la Tunisie et à amorcer celle du Maroc, ses tentatives de réforme en Algérie entraînent la chute de son gouvernement, cible à la fois de ses adversaires colonialistes et de ses soutiens politiques habituels anti-colonialistes. Il quitte alors la présidence du gouvernement en février 1955, après avoir été renversé par l’Assemblée nationale sur la question très sensible de l’Algérie française.

Ministre d’État sans portefeuille du gouvernement Guy Mollet en 1956, il démissionne au bout de quelques mois en raison de son désaccord avec la politique du cabinet Mollet menée en Algérie.

Pierre Mendès-France, carte maximum, Paris, 16/12/1983.

Il vote contre l’investiture de Charles de Gaulle à la présidence du Conseil en 1958, puis abandonne tous ses mandats locaux après sa défaite aux élections législatives du mois de novembre de la même année. Élu député de la 2e circonscription de l’Isère en 1967, puis battu l’année suivante, il forme un « ticket » avec Gaston Defferre lors de la campagne présidentielle de 1969.

Bien qu’il n’ait dirigé le gouvernement de la France que pendant un peu plus de sept mois, il constitue une importante figure morale pour une partie de la gauche en France. Au-delà, il demeure une référence pour des personnalités de la classe politique française, incarnant le symbole d’une conception exigeante de la politique.


Pierre Mendès France, issu d’une famille d’origine portugaise, est à l’âge de 21 ans le plus jeune avocat de France. Inscrit au Parti Radical depuis l’âge de seize ans, il s’intéresse aussi aux questions économiques et financières. Il milite au sein de la Ligue d’Action Universitaire Républicaine et Socialiste (mouvement d’étudiants s’opposant à l’extrême droite) dont il est l’un des dirigeants.

Pierre Mendès France est élu député de l’Eure en 1932 et devient maire de Louviers en 1935. Son livre, “La banque internationale, Contribution à l’étude du problème des Etats-Unis d’Europe” (1930) fait de lui un économiste reconnu. Malgré son désaccord sur la politique monétaire et sur la non-intervention dans la guerre d’Espagne, Pierre Mendès France soutient le Front Populaire. Sous-secrétaire d’État au Trésor dans le deuxième gouvernement de Léon Blum (du 13 mars au 8 avril 1938), il propose une audacieuse réforme économique, se réclamant de principes keynésiens. Mais le gouvernement est renversé avant qu’elle ne soit appliquée.

Pierre Mendès-France, épreuve d’artiste.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Pierre Mendès France, qui a rejoint Londres, combat dans les Forces aériennes françaises libres et fait partie du Comité français de libération nationale. En 1944, de Gaulle le nomme ministre de l’Economie, mais Pierre Mendès France démissionne en avril 1945 lorsque le général refuse de suivre sa politique de rigueur.

De 1946 à 1951, il s’éloigne de la politique et travaille au sein de différentes institutions internationales : Banque internationale pour la reconstruction et le développement, Conseil économique et social de l’ONU, Fonds Monétaire International (FMI) dont il est élu président en 1948.

Après s’être opposé à la politique coloniale depuis 1950, Pierre Mendès France qui est Président du Conseil de 1954 à 1955, signe les accords de Genève mettant fin à la guerre d’Indochine. Puis il accorde l’autonomie à la Tunisie. Son gouvernement est finalement renversé en février 1955 par l’Assemblée nationale.

Après avoir été brièvement ministre dans le gouvernement Guy Mollet en 1956, Pierre Mendès France s’oppose au projet de Constitution du général de Gaulle qui est adoptée par référendum en 1958.

Adversaire intransigeant du gaullisme, il milite alors au Parti socialiste unifié (PSU) et participe à la recomposition de la gauche socialiste. Battu aux élections législatives de 1968, Pierre Mendès France reste en retrait de la vie politique, mais soutient la candidature de François Mitterrand aux élections présidentielles de 1974 et 1981.

Jouissant d’une réelle popularité dans l’opinion, Pierre Mendès France conserve l’image d’un homme politique modèle ayant marqué l’histoire de la IVème République.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, Toupie, YouTube.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page
%d blogueurs aiment cette page :