Pierre Joseph Pelletier et Joseph Bienaimé Caventou découvrent la quinine.

Pierre Joseph Pelletier, né le 22 avril 1788 et mort le 19 juillet 1842, est un pharmacien et chimiste français. Il fait des recherches importantes sur les alcaloïdes d’origine végétale et découvre avec Joseph Caventou la quinine et la strychnine.

Joseph Pelletier est le fils du pharmacien et chimiste Bertrand Pelletier, 1761-1797 et le petit-fils du Maître apothicaire à Bayonne,Bertrand Pelletier, 1729-1784. En 1806, Il épouse le 24 octobre 1815 Geneviève Aglaé Vergez, morte en 1830. Il entre à l’Ecole Supérieure de Pharmacie, pour en sortir diplômé en 1810, à l’unanimité du jury. Il publie des analyses chimiques de gommes résines, et des études sur les caractères physiques en minéralogie, qui lui vaudront le titre de Docteur en Sciences en 1812.

En 1815, il est nommé Professeur-Assistant d’histoire naturelle à l’Ecole de Pharmacie. De 1817 à 1821, il annonce successivement l’isolement chimique de principes actifs : émétine (1817, à partir de la racine d’Ipeca), puis en collaboration avec Caventou, la strychnine (1818, noix vomique), brucine et veratrine (1819), cinchonine et quinine (1820), caféine (1821).

Il établit une manufacture produisant du sulfate de quinine. Son utilité ayant été immédiatement reconnue, le produit est demandé dans toute l’Europe.

Il est membre du Conseil de Salubrité de Paris de 1821 à 1849. En 1827, il est Professeur à titre complet de l’Ecole de Pharmacie, dont il devient le directeur-assistant en 1832. Il est élu à l’Académie de Science en 1840.

Pelletier & Caventou, carte maximum, Paris, 21/03/1970.

En sus de ses activités scientifiques, industrielles et académiques, il a toujours conservé l’activité de la pharmacie parisienne de la rue Jacob héritée de son père. Il décède en 1842.


Joseph Bienaimé Caventou (1795–1877) est un pharmacien français né à Saint-Omer, mort à Paris au 29 rue de La Sourdière le . Il a fait ses études à Paris, il suivait simultanément les cours de l’École de pharmacie et de la faculté des sciences. En 1816, entré à l’hôpital Saint-Antoine, il a à sa disposition un laboratoire qui lui permet de mener ses recherches. Il est élu à l’Académie de médecine en 1821. Il fut professeur de toxicologie à l’École de pharmacie de 1835 à 1860.

Il a travaillé en étroite collaboration avec Joseph Pelletier pendant vingt-cinq ans, de 1817 à 1842. Cette équipe a été pionnière dans l’utilisation de solvants légers pour isoler les ingrédients actifs des plantes. Les deux pharmaciens se sont concentrés sur l’étude des alcaloïdes des végétaux. On leur doit l’isolation des composés suivants :

  • 1816 : la chlorophylle et l’émétine, à partir de Carapichea ipecacuanha.
  • 1818 : la strychnine, à partir de Strychnos nux-vomica.
  • 1819 : la brucine, à partir de Strychnos nux-vomica.
  • 1820 : la cinchonine et la quinine, à partir d’écorce de Cinchona.
  • 1821 : la caféine.

Ils créèrent leur propre usine pour produire la quinine utilisée pour traiter la malaria mais publièrent leur découverte afin de permettre sa plus large diffusion.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page
%d blogueurs aiment cette page :