Piero di Cosimo, peintre.

Piero di Cosimo né Pietro di Lorenzo di Chimenti, parfois appelé Piero di Lorenzo (Florence, 2 janvier 1462 – 12 avril 1522) est un peintre italien de l’école florentine, que Daniel Arasse qualifie de « dernier des grands primitifs italiens ».


Fils de Lorenzo di Pietro d’Antonio, « humble artisan outilleur », il est né en 1462 à Florence via della Scala et est l’ainé de quatre frères, Giovanni, Girolamo et Vanna. Il est documenté en 1480 comme apprenti non  rémunéré dans l’atelier du peintre Cosimo Rosselli, dont il adopte le nom sous lequel il est connu. Giorgio Vasari, son principal biographe, écrit : « … le fit prendre par Cosimo qui l’accepta plus que volontiers. Au milieu de ses nombreux élèves, le voyant croitre en âge et en mérite, Cosimo l’aima comme un fils et le considéra comme tel ».

En 1481, Piero di Cosimo accompagne à Rome Cosimo Rosselli pour l’aider à terminer la fresque qu’il avait commencée dans la Chapelle Sixtine : « … quand le pape Sixte l’appela pour faire un des scènes de la chapelle ; Piero y réussit un superbe paysage… Il était également excellent portraitiste et il fit à Rome, de nombreux portraits de personnages éminents , dont ceux de Verginio Orsino et Ruberto Sanseverino, qu’il introduisit dans des compositions Il fit encore le portrait du duc de Valentinois, fils du pape Alexandre VI ; je ne sais pas ce qu’il est devenu aujourd’hui, mais le carton se trouve chez le révérend Cosimo Bartoli, l’illustre prévôt e Saint-Jean ».

Il revient à Florence en 1483, et en 1488, réalise la Conversation Sacrée Del Pugliese , maintenant au Spedale degli Innocenti.

Le 13 octobre 1489, la famille Capponi paie 6 florins au menuisier Chimenti del Tasso pour la charpente du retable de la chapelle de la basilique  florentine de Santo Spirito, le retable de la Visitation aujourd’hui à la National Gallery de Washington.

En 1498, il est documenté comme résidant toujours via della Scala, chef de famille et propriétaire des biens hérités de ses parents, avec des maisons, des vignobles et des oliviers à Carmignano. En 1503, il s’inscrit à la Compagnia di San Luca, la confrérie des artistes, et le 8 mai 1504 à l’Arte dei Medici and Speziale. Le 10 mars 1506, les religieuses du couvent San Cresci à Valcava, dans le Mugello, envoient à Naples une Madone non identifiée qu’il a réalisée.

Alors qu’il travaille à la cour des Médicis, Julien de Médicis lui commande un portrait posthume de sa maîtresse, Simonetta Vespucci, morte de tuberculose en 1476. Il le réalisé entre 1485 et 1490. Il constitue l’un des premiers exemples de portrait allégorique.

Son œuvre explore la peinture religieuse, les portraits et les tableaux mythologiques. Elle est marquée par la peinture flamande, par celle de Pollaiuolo, de Signorelli et de Léonard de Vinci. Il a en commun avec Léonard le goût d’observer les taches des vieilles murailles, la forme des nuages et d’en tirer comme par hallucination provoquée « des inventions merveilleuses ». Comme lui, il peint des paysages panoramiques comme toile de fond de ses sujets. Beaucoup de ses peintures jouent sur un dualisme entre naïveté charmante et érotisme trouble qui apparaît très « moderne ».

Il est alors particulièrement apprécié du clan « anti médicéen » qui se regroupe autour de la famille Del Pugliese, favorable à Savonarole.

Vasari affirme que Piero di Cosimo passe les dernières années de sa vie d’une manière sombre. La cause pourrait en être attribuée à l’influence de Jérôme Savonarole dans l’art religieux. Il aurait vécu une vie recluse, survivant à un régime d’œufs durs qu’il aurait cuits par lots de cinquante. À la fin de sa vie, il souffre d’une paralysie partielle et est incapable de travailler.

Vasari note 1521 comme date de sa mort. Il est enterré à San Pier Maggiore à Florence. Cette date a été démentie à la suite des recherches de Louis Alexander Waldman. L’année florentine se terminant les 24 mars à l’époque, il serait donc mort de la peste le 12 avril 1522.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.