Philatélie classique

Luc-Olivier Merson, peintre et illustrateur.

Nicolas Luc-Olivier Merson né à Paris le 21 mai 1846 et mort dans la même ville le 13 novembre 1920 est un peintre et illustrateur français.


Fils du peintre et critique d’art Charles-Olivier Merson (1822-1902) et de Félicie Joséphine Talbot, Luc-Olivier Merson étudie auprès de Gustave Adolphe Chassevent-Bacque à l’École de dessin puis auprès d’Isidore Pils à l’École des beaux-Arts de Paris. Il expose pour la première fois au Salon de 1866 et obtient le grand prix de Rome de peinture en 1869Note 1 avec Le Soldat de Marathon. Luc-Olivier Merson obtient une médaille de première classe au Salon des artistes français de 1875, et une médaille d’or lors de l’Exposition universelle de Paris de 1889.

En 1892, il est élu à l’Académie des beaux-arts. Peu avant sa mort, il reçoit la médaille d’honneur du Salon des artistes français pour l’ensemble de son œuvre.

De 1905 à 1911, il est chef d’atelier à l’École des beaux-arts de Paris.  Chevalier de la Légion d’honneur en 1881, puis promu officier en 1900, il est promu commandeur du même ordre à titre posthume en 1920.

(suite…)

Continuer la lectureLuc-Olivier Merson, peintre et illustrateur.

Joseph Blanc, peintre.

Joseph-Paul Blanc né à Paris le 25 janvier 1846 et mort dans la même ville le 4 juillet 1904 est un peintre français.


Joseph Blanc est élève d’Émile Bin et d’Alexandre Cabanel à l’École des beaux-arts de Paris. Il obtient le prix de Rome en peinture en 1867 pour Le Meurtre de Laïus par Œdipe. Il accueille des élèves dans son atelier  à Montmartre. Joseph Blanc est nommé professeur à l’École des beaux-arts de Paris en 1889.

Il peint des sujets religieux, mythologiques, historiques, et réalise des portraits d’hommes politiques.

Il participe à la décoration de différents édifices, en particulier pour le Panthéon de Paris où l’on peut voir Le Vœu de Clovis à la bataille de Tolbiac, Le Baptême de Clovis et Le Triomphe de Clovis ; il y représente autour de Clovis plusieurs hommes politiques de l’époque,  dont Gambetta, Clemenceau, Paul Bert et Édouard Lockroy. Une esquisse de cette œuvre est conservée à Paris au musée d’Orsay.

(suite…)

Continuer la lectureJoseph Blanc, peintre.

Jules Auguste Sage, peintre et poète.

Jules Auguste Sage (Paris, 16 mars 1829 – Paris, 13 octobre 19081) est un poète et peintre français. Il est surtout connu pour avoir donné son nom à un type de timbre français apparu en 1876 : le « type Sage ».

Il expose aux Salons de 1870 à 1901 et est sociétaire de la Société des artistes français en 1883.

Il crée le dessin « Le Commerce et la Paix s’unissant et régnant sur le monde » qui est accepté par l’administration sur concours pour remplacer les timbres au type Cérès qui perduraient depuis 1849 sous différentes formes et les timbres à l’effigie de Napoléon III. La gravure est effectuée par Louis-Eugène Mouchon. De 1876 à 1899, ce seront les seuls timbres en usage pour des valeurs de 1 centimes à 5 francs. Ils seront remplacés en 1900 par le type Blanc.

Les timbres ont été gravés par Louis-Eugène Mouchon pour une impression en typographie.

Le sujet est l’alliance des allégories de la Paix (une femme portant un  rameau d’olivier) et du Commerce (rappelant le dieu grec Hermès) se tenant la main au-dessus d’un globe terrestre. Outre les mentions « POSTE » en haut et « REPUBLIQUE FRANÇAISE », la valeur faciale figure dans un grand rectangle cachant une partie du globe.

Les premiers timbres de cette série furent émis en 1876. Ils remplacèrent les timbres du Second Empire (effigies de Napoléon III) et les Cérès réémises en 1871. Des impressions de nouvelles valeurs eurent lieu jusqu’en 1900 ; ils furent remplacés par les types Blanc, Mouchon et Merson. L’impression de certains timbres Sage s’effectuait en deux fois : un premier passage pour la couleur de fond et un second pour le dessin.

(suite…)

Continuer la lectureJules Auguste Sage, peintre et poète.