Paul Gustave Louis Christophe Doré dit Gustave Doré, peintre, illustrateur et caricaturiste.

Paul Gustave Louis Christophe Doré dit Gustave Doré, né le 6 janvier 1832 à Strasbourg et mort le 23 janvier 1883 à Paris dans son hôtel de la rue Saint-Dominique, est un peintre, sculpteur, illustrateur et caricaturiste français.

La famille de Gustave Doré descend à l’hôtel Louvois, rue de Richelieu à Paris, en septembre 1847 pour ce qui devait être un court séjour. Tandis que son père s’absente, Doré part rencontrer Charles Philipon, directeur de la maison d’édition Aubert&Cie et fondateur des journaux satiriques La Caricature (interdit par les lois sur la presse de 1835) et Le Charivari pour lui montrer ses nombreux travaux. Ces journaux ont dévoilé bon nombre d’illustrateurs dont Paul Gavarni et Honoré Daumier. Charles Philipon propose alors un contrat de trois ans à Gustave Doré, âgé de 15 ans, lui permettant la réalisation d’une page hebdomadaire de dessins dans le nouvel hebdomadaire Le Journal pour rire. Cet accord ne voit le jour qu’après six mois de délibérations avec le père de Gustave toujours fortement opposé à ce que son fils devienne artiste. Il donne

finalement son approbation, notamment grâce à l’appui de madame Doré en faveur de son fils. La signature du contrat est conditionnée à la poursuite de ses études et à une juste rétribution. Le contrat à peine signé, Philipon publie Les Travaux d’Hercule, le premier ouvrage lithographié officiel de l’artiste, dans la collection des « Jabot » chez l’éditeur Aubert. Comme le précise Thierry Groensteen, Les Travaux d’Hercule s’inscrivent dans la première collection de bandes dessinées de l’histoire de l’édition française. Cet album montre un trait souple, à la plume et à l’encre lithographique sur la pierre, avec un maximum de trois cases par page et des légendes brèves qui font allusion au comique parodique des dessins. De cet enchaînement de cases surgissent mouvement, durée et dynamisme.

Gustave Doré, carte maximum, Strasbourg, 18/06/1983.

L’éditeur parisien demande à Gustave Doré de venir s’installer à Paris où à partir de 1847, il suit les cours du lycée Charlemagne. Il sera logé chez madame Hérouville, une amie de sa mère, rue Saint-Paul. Il partagera son temps entre les cours et les caricatures pour le Journal pour rire dès 18485. Gustave Doré arrive en plein essor de la presse (grâce à la mécanisation), des caricatures et des romans-feuilletons. Le mois de février 1848 marque sa première publication dans le journal avec le tirage du Beau jour des Étrennes. Pour composer ses caricatures, il se nourrit de sa vie quotidienne au lycée et de l’actualité bouillonnante de l’époque.

Malgré son jeune âge, Gustave Doré fait preuve d’un caractère indépendant et se forge un réseau important dans les milieux qu’il fréquente. Le 4 mai 1849, son père meurt des suites d’une maladie foudroyante, il ne l’avait pas revu depuis que celui-ci lui avait donné son consentement pour travailler auprès de Philipon. La veuve Doré et ses trois fils s’installent à Paris dans l’hôtel particulier situé au 73, rue Saint-Dominique (au numéro 7, aujourd’hui) dont Alexandrine Doré vient d’hériter. Il profite du Salon libre pour y exposer deux de ses dessins à la plume : Le Nouveau Bélisaire et une scène d’ivrognes et L’union fait la force. Par ailleurs il peint sa première toile Pêcheur amarrant une barque pendant la tempête.

En 1851, il expose son premier tableau, Pins sauvages, au Salon. Son deuxième album, Trois artistes incompris et mécontents […], sort de presse vers 1851, suivi des Des-agréments d’un voyage d’agrément, et tout au long de la décennie il lithographie des suites comiques (Ces Chinois de Parisiens, les Folies gauloises depuis les Romains jusqu’à nos jours) et collabore au journal L’Illustration.

La guerre de Crimée lui inspire son quatrième récit graphique, l’Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la sainte Russie. Il achève plusieurs albums lithographiques (La Ménagerie parisienne, Les Différents Publics de Paris)

Deux albums Trois artistes incompris et mécontents et Des-agréments d’un voyage d’agrément sont publiés chez Aubert. Libéré de l’inspiration de Rodolphe Töppfer et du respect des cadres, Gustave Doré réalise des vignettes librement disposées avec plusieurs dimensions. La pluralité de la composition des pages, ses innovations et ses variantes graphiques se déploient surtout dans Des-agréments d’un voyage d’agrément. Sa technique fait appel au crayon lithographique, au dessin direct sur la pierre.

À partir de 1851, tout en exposant ses toiles, il réalise quelques sculptures de sujets religieux et collabore à diverses revues dont le Journal pour tous. En 1854, l’éditeur Joseph Bry publie une édition des œuvres de Rabelais, illustrée d’une centaine de ses gravures. De 1861 à 1868, il illustre la Divine Comédie de Dante.

De plus en plus reconnu, Gustave Doré illustre, entre 1852 et 1883, plus de cent vingt volumes qui paraissent en France, mais aussi en Angleterre, en Allemagne et en Russie.

Lors de la campagne de Crimée, il réalise, en 1854, à la fois comme auteur et comme illustrateur, Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la sainte Russie, une charge contre ce pays avec qui la France et l’Angleterre étaient entrées en guerre. Considéré comme le dernier des albums de « bandes dessinées » de Gustave Doré, le seul ouvertement politique, il a été réalisé dans un contexte d’un large mouvement nationaliste avec le début de la guerre de Crimée et réanime le cliché occidental de la barbarie russe.

Constitué de plus de 500 vignettes, remettant en cause les codes de la mise en page et du dessin, ce violent pamphlet politique résume l’histoire sanglante de la Russie des origines jusqu’à l’époque contemporaine de Gustave Doré. Le caractère démesuré des scènes de guerres, de massacres, d’assassinats, de tortures provoque plus le sourire que des grimaces d’effroi. La jubilation est à l’honneur tant sur le plan verbal que graphique. Comme le souligne David Kunzle, « Doré met ses fantaisies graphiques au diapason de ses extravagances verbales, se livrant aux joies du calembour à un point tel que c’est souvent la perspective d’un jeu de mots qui justifie le choix d’un épisode. »

C’est un album qui préfigure la bande dessinée, où il joue sur le décalage entre le texte et l’illustration, et où il utilise d’étonnantes astuces graphiques.

Paul Lafon, écrivain et éditeur, dont il avait fait la connaissance chez Philipon, accepte à sa demande d’illustrer les œuvres de Rabelais. En 1854, l’ouvrage est publié chez Bry avec 99 vignettes et 14 planches hors texte gravées sur bois. Cette édition abordable, avec une faible qualité d’impression et un format modeste (un grand in-octavo) n’est pas à la hauteur des ambitions fortes de Gustave Doré. En 1854 et 1873 il illustre deux versions des Œuvres de Rabelais, et en 1855 : Les Cent Contes drolatiques d’Honoré de Balzac.

En 1852, il illustre avec une main de peintre, Le Juif errant, un poème mis en musique de Pierre Dupont, une œuvre de rupture dans son parcours artistique et dans l’histoire de la gravure sur bois. Délaissant la gravure sur cuivre ordinairement privilégiée, Gustave Doré choisit la technique du bois de teinte (gravure d’interprétation). Cette dernière permet une palette infinie de tons, très proche des effets picturaux. Le bois de teinte permet de dessiner directement au lavis et à la gouache sur des blocs de bois de bout (coupés en tranches perpendiculairement au tronc) dont la surface dure est travaillée au burin. Doré a formé sa propre école de graveurs. Chaque planche de l’œuvre, avec une courte légende issue du poème, est une œuvre de peinture. Le format important de l’ouvrage permet le passage aux films in-folio. L’image est indépendante du texte. Cette œuvre connaît un grand succès public.

Il illustre les Oeuvres complètes de Rabelais en 1854, avec lesquelles il connaît son premier grand succès. À l’occasion de la visite de la reine d’Angleterre à l’Exposition universelle de Paris, il fait la connaissance du journaliste londonien William Blanchard Jerrold, avec lequel il collaborera activement autour de 1870. Fort de son expérience graphique, Doré se lance dans la peinture d’histoire avec La Bataille de l’Alma, présentée au Salon de 1855 avec deux paysages. Sa toile Le Meurtre de Riccio est refusée par le jury.

À peine de retour de vacances familiales en Suisse, Doré prend la route de Biarritz en compagnie de Paul Dalloz et Théophile Gautier qui le soutient vivement dans ses critiques d’art. Il fait une incursion en Espagne, en vue d’illustrer le Voyage aux eaux des Pyrénées (1855) de son ami Hippolyte Taine. L’illustration des Contes drolatiques d’Honoré de Balzac (près de 600 dessins) confirme sa réputation d’illustrateur.

Doré triomphe notamment en publiant l’Enfer de Dante en 1861, ouvrage luxueux chez Hachette. Doré expose en même temps au Salon trois grandes peintures d’après la Divine Comédie, des dessins, un paysage et des photographies d’après ses bois dessinés, avant leur gravure.

En 1862, il publie chez l’éditeur Hetzel les Contes de Perrault ainsi que L’Album de Gustave Doré, son dernier recueil de lithographies.

Un grand voyage en Espagne avec le baron Charles Davillier pour le compte du journal Le Tour du monde lui permet de se documenter en vue de son Don Quichotte (1863, voir le tome 2), entrepris en septembre 1862 à Baden-Baden en compagnie du graveur Héliodore Pisan.

Il est convié à la cour par Napoléon III en 1854, il profite alors de la vie mondaine parisienne qu’il affectionne. Au Salon, sa première œuvre religieuse, L’Ange de Tobie, est acquise par l’État pour la somme de 2 000 francs.

En 1866, sa monumentale sainte Bible en deux volumes (voir aussi le tome 2) ainsi que Paradise Lost de Milton (chez Cassell) consacrent sa réputation anglaise. En même temps, Doré mise de plus en plus sur la peinture. En avril, il s’installe dans un nouvel atelier, beaucoup plus vaste, 3, rue Bayard (VIIIe arrondissement).

Gustave Doré souhaite déployer son talent dans l’illustration des grandes œuvres de la littérature, souffrant du mépris observé envers la caricature et le dessin d’actualité. Il va lister la trentaine de chefs-d’œuvre dans le genre épique, comique ou tragique de sa bibliothèque idéale en souhaitant les illustrer dans le même format que Le Juif errant, L’enfer de Dante, les Contes de Perrault, Don Quichotte, Homère, Virgile, Aristote, Milton ou Shakespeare. Les éditeurs refusent de réaliser ces publications luxueuses d’un trop grand coût. Gustave Doré doit auto-publier l’œuvre de Dante en 1861. Le succès critique et populaire salue la congruité saisissante des gravures sur le texte. Un critique affirmera que : « L’auteur est écrasé par le dessinateur. Plus que Dante illustré par Doré, c’est Doré illustré par Dante. »

Dans les années 1860, il illustre la Bible, publiée en 1866 et L’Enfer de Dante8. Il effectue en 1861 et 1862 un voyage en Espagne avec le baron Jean Charles Davillier. Le récit en sera publié dans la revue Le Tour du monde, avec des gravures, véritables documents sur la vie quotidienne dans ce pays, ainsi que les corridas.

Il fréquente alors la société mondaine et élargit ses activités picturales il compose de grands tableaux comme Dante et Virgile dans le neuvième cercle de l’Enfer (1861 – 311 × 428 cm – musée de Brou), L’Enigme (au Musée d’Orsay) ou Le Christ quittant le prétoire (1867-1872 – 600 × 900 cm- Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg).

En 1861, il expose une toile monumentale Dante et Virgile dans le neuvième cercle de l’Enfer. La plupart des critiques reprocheront, à partir de cette date, et de manière récurrente à sa peinture de n’être qu’une illustration agrandie. En effet la peinture de Gustave Doré a influencé l’illustration de ses ouvrages de littérature par le choix des formats, le sens de la composition, la mise à l’honneur du décor et par son art de la mise en scène. Gustave Doré multiplie les points de vue, en plongée, contre-plongée, plans panoramiques ou frontaux avec une recherche d’efficacité maximale de l’image. Gustave Doré est le premier illustrateur à avoir utilisé l’image comme un ressort essentiel du suspense. Selon Ray Harryhausen, célèbre concepteur d’effets spéciaux, Gustave Doré aurait été un grand chef opérateur, […] il regarde les choses avec le point de vue de la caméra. En effet, dans les gravures qu’il consacre à la ville de Londres, avec ses gares et sa foule permanente, le regard se positionne de manière à agripper et suivre le mouvement constant. Après deux demandes effectuées par Saintine, le 13 août 1861, il est décoré en tant que Chevalier de la Légion d’honneur.

Il meurt d’une crise cardiaque à 51 ans, le 23 janvier 1883, en laissant une œuvre imposante de plus de dix mille pièces, qui exercera par la suite une forte influence sur nombre d’illustrateurs. Son ami Ferdinand Foch organise les obsèques à Sainte-Clotilde, l’enterrement au Père-Lachaise et un repas d’adieu au 73 rue Saint-Dominique.

Sa mère décède en 1879. De manière paradoxale, Gustave Doré a abordé son œuvre d’illustrateur dans le costume d’un peintre tandis que sa peinture a été constamment jaugée selon son talent d’illustrateur. Ce jugement a terriblement affecté Gustave Doré, désespérant d’être reconnu en tant que peintre. Pendant tout son parcours artistique, Gustave Doré avait un engagement égal dans la peinture et dans l’illustration sans y voir d’incompatibilité. Il faudra attendre ses dix dernières années pour qu’il n’aborde l’illustration que comme une activité lui permettant de financer « ses couleurs et ses pinceaux ».

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page
%d blogueurs aiment cette page :