Pierre Loti, écrivain et officier de marine français

Thème : Écrivain, bateaux, guerre


Louis-Marie-Julien Viaud dit Pierre Loti est un écrivain et officier de marine français, né le à Rochefort et mort le à Hendaye.

Pierre Loti, dont une grande partie de l’œuvre est d’inspiration autobiographique, s’est nourri de ses voyages pour écrire ses romans, par exemple à Tahiti pour Le Mariage de Loti (Rarahu) (1882), au Sénégal pour Le Roman d’un spahi (1881) ou au Japon pour Madame Chrysanthème (1887). Il a gardé toute sa vie une attirance très forte pour la Turquie, où le fascinait la place de la sensualité : il l’illustre notamment dans Aziyadé (1879), et sa suite Fantôme d’Orient (1892).

Pierre Loti a également exploité l’exotisme régional dans certaines de ses œuvres les plus connues, comme celui de la Bretagne dans le roman Mon frère Yves (1883) ou Pêcheur d’Islande (1886), et du Pays basque dans Ramuntcho (1897).

Membre de l’Académie française à partir de 1891, il meurt en 1923, a droit à des funérailles nationales et est enterré à Saint-Pierre-d’Oléron, sur l’île d’Oléron, dans le jardin d’une maison ayant appartenu à sa famille. Sa maison à Rochefort est devenue un musée.

En , il entre à l’École navale et passe cette première année à bord du ponton école Borda. À la fin de l’année 1869, à bord du vaisseau école à hélice Jean-Bart, il découvre Alger puis l’Amérique du Sud. En 1869, son père meurt. En 1870 il embarque comme aspirant de première classe et participe sur la corvette à hélice, Decrès, à la guerre contre l’Allemagne. Il sert également sur l’aviso à hélice Vaudreuil, qui fait escale à Dakar (du 8 au ), avant d’entamer une campagne en Amérique du Sud. C’est à Dakar que Pierre Loti « saisit ses crayons (comme plus tard il saisira sa plume) pour jeter sur son bloc de quoi se souvenir » (Cent dessins de Pierre Loti commentés par Claude Farrère, 1948, p. 18).

À la fin de l’année 1871, il embarque à Valparaiso sur le vaisseau amiral, la frégate mixte Flore qui fait route vers Tahiti. L’ordre de mission est le suivant : « Rendez-vous à l’île de Pâques, rectifiez-en l’hydrographie incertaine, et rapportez une des statues préhistoriques qu’on dit s’y trouver ». Il

(suite…)

Continuer la lecturePierre Loti, écrivain et officier de marine français

Auguste Rodin, sculpteur, dessinateur, graveur et photographe

Thèmes : dessin, gravure,photo, sculpture.


Auguste Rodin (René François Auguste Rodin), né à Paris le et mort à Meudon le , est l’un des plus importants sculpteurs français de la seconde moitié du XIXe siècle, considéré comme un des pères de la sculpture moderne.

Héritier des siècles de l’humanisme, l’art réaliste de Rodin est un aboutissement, croisement de romantisme et d’impressionnisme dont la sculpture est modelée par la lutte entre la forme et la lumière.

La virilité de l’artiste, surnommé en son temps le « Bouc sacré », provoqua des drames semi-publics ou privés et est au centre d’une expression plastique de la sensualité, de l’érotisme, mais aussi de la douleur. Il fut le compagnon, une partie de sa vie, de la sculptrice Camille Claudel.

Par sa capacité de travail et d’organisation, Rodin laisse une œuvre hors norme, dont seul le musée Rodin de Paris détient le droit moral et inaliénable du sculpteur.

Auguste Rodin naît dans une famille sans problèmes financiers sans être bourgeoise, le au no 3, rue de l’Arbalète, dans le 5e arrondissement de Paris. Son père, Jean-Baptiste, né à Yvetot en 1803, s’est installé à Paris en 1830 comme garçon de bureau à la préfecture de police. Sa mère, Marie Cheffer (1807-1871) est la fille d’un tisserand lorrain en activité à Landroff, qui s’installe en 1832 à Paris, où Marie épouse Jean-Baptiste en 1836. Auguste a une sœur aînée, Maria Louise (1837-1862) et une sœur benjamine, Anna Olympe (1844-1848). Du premier mariage de son père en 1829 avec Gabrielle Cateneau (1809-1836), il a une demi-sœur, Clothilde (née en 1832), dont on ne sait rien après le second mariage de Jean-Baptiste en 1836.

(suite…)

Continuer la lectureAuguste Rodin, sculpteur, dessinateur, graveur et photographe

Anatole France, écrivain français, prix Nobel de littérature en 1921.

Thème : écrivains


Anatole France, pour l’état civil François Anatole Thibault, né le à Paris, et mort le à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), est un écrivain français, considéré comme l’un des plus grands de l’époque de la Troisième République, dont il a également été un des plus importants critiques littéraires.

Il devient une des consciences les plus significatives de son temps en s’engageant en faveur de nombreuses causes sociales et politiques du début du XXe siècle.

Il reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1921.

Anatole France naît à Paris, 19 quai Malaquais. Il est issu par son père d’une famille modeste originaire du Maine-et-Loire : son père, François Noël Thibault, dit Noël France, né le 4 nivôse an XIV () à Luigné, dans le canton de Thouarcé, a quitté son village en 1825 pour entrer dans l’armée. Sous-officier légitimiste, il démissionne au lendemain de la Révolution de 1830. Il se marie, le , avec Antoinette Gallas à la mairie du 4e arrondissement de Paris. Employé dans la maison Techener, il se trouve en 1838 à la tête d’une librairie historique d’ouvrages, journaux, caricatures, autographes, … relatifs à la Révolution que cette maison vient de créer, place de l’Oratoire-du-Louvre, no 4. En 1839 ou 1840, il devient propriétaire de cet établissement rebaptisé Librairie politique ancienne et moderne de France-Thibault et transféré dans l’immeuble voisin (n° 6).

Il tient ensuite sa librairie successivement au no 9 de la rue de Seine (1841), puis au no 19 du quai Malaquais (1842) qu’il quitte, deux mois et demi après la naissance d’Anatole, pour le no 15 du quai Malaquais (1844). D’abord nommée Librairie France-Thibault, puis France tout court, spécialisée dans les ouvrages et documents sur la Révolution française, l’établissement est fréquenté par de nombreux écrivains et érudits, comme les frères Goncourt ; Noël France s’installera, en 1853, quai Voltaire (no 9) et y restera jusqu’à la vente de son fonds en 1866.

 

(suite…)

Continuer la lectureAnatole France, écrivain français, prix Nobel de littérature en 1921.