Léon Gambetta, avocat et député

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Philatélie thématique
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :20 décembre 2019
  • Temps de lecture :7 min de lecture

Avocat et homme politique français (Cahors 1838-Ville-d’Avray 1882)

C’est comme orateur que Gambetta sort de l’anonymat. Est-ce à ses ascendances méridionales, génoise par son père, gasconne par sa mère, qu’il doit sa faconde et sa puissance verbale ? En 1857, il a quitté l’épicerie familiale, le « Bazar génois » de Cahors, pour étudier le droit à Paris. Il obtient sa licence en 1860.

Il s’inscrit alors au barreau et prête serment dès 1861. Soutenu par Adolphe Crémieux et Jules Favre, il acquiert assez de notoriété pour être choisi en novembre 1868 comme avocat par Charles Delescluze. Celui-ci est l’un des sept journalistes traduits en correctionnelle pour avoir ouvert une souscription en vue d’élever un monument sur la tombe du député Baudin, tué sur une barricade le 2 décembre 1851. La plaidoirie que Gambetta prononce pour Delescluze tourne au réquisitoire contre l’Empire (→ second Empire) et consacre le jeune avocat chef du parti républicain. Selon ses propres termes, Gambetta vient de « pénétrer par effraction sur la scène du monde ».

(suite…)

Continuer la lectureLéon Gambetta, avocat et député

Jean-Baptiste Charcot, médecin et explorateur

Thèmes : Explorateurs, Médecine


Né le à Neuilly-sur-Seine, il est le fils du médecin Jean-Martin Charcot. De 1876 à 1885, il fréquente l’École alsacienne, y pratique beaucoup le sport (boxe, rugby à XV, escrime). C’est en classe de 5e qu’il fonde avec quinze camarades de classe les « Sans Noms », une société scolaire avec laquelle il organise en 1880 un des premiers, voire le premier, match scolaire de Rugby à XV en France.

C’est aussi à cette époque qu’il rédige les aventures d’un trois-mâts en Patagonie pour un petit journal illustré. L’été, il pratique la voile à Ouistreham.

De 1883 à 1887, il fait de nombreux voyages avec son père (Pays de Galles, Shetland, Hébrides, îles Féroé, en Islande, Jan Mayen, Pays-Bas, Espagne et Maroc, et gardera une véritable phobie des pays trop chauds). En 1888, il accomplit son service militaire au 23e bataillon de chasseurs alpins en qualité de médecin auxiliaire.

En 1891, reçu au concours d’internat d’Études de médecine, il fait, en qualité de médecin, un voyage en Russie avec son père.

En 1892, il achète son premier yacht (Daisy, un petit cotre qu’il rebaptise le Courlis), un sloop de 8,30 m avec lequel il apprend à régater. En 1893, son père, Jean-Martin Charcot, meurt d’un œdème du poumon. Jean-Baptiste fait construire son premier Pourquoi-Pas ?, un cotre de 19,50 m (20 tonneaux), par le chantier Bonnin à Lormont/Bordeaux. Cette même année, il est interne à l’hôpital de la Salpêtrière puis à l’hôpital Saint-Antoine.

(suite…)

Continuer la lectureJean-Baptiste Charcot, médecin et explorateur

Col de l’Iseran, premier col routier des Alpes françaises.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Sites et Monuments
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :14 septembre 2022
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Le col de l’Iseran culmine à environ 2 764 m d’altitude, en Savoie. Premier col routier des Alpes françaises par son altitude, c’est même le plus haut col de montagne routier de toutes les Alpes. La route qui le traverse, reliant les vallées de la Maurienne et de la Tarentaise, est fermée l’hiver et imbriquée durant cette saison au milieu des pistes de ski de Val d’Isère. Construite durant l’Entre-deux-guerres, elle est devenue un haut lieu du Tour de France. Le col de l’Iseran se situe aux portes du parc national de la Vanoise.

Le col est signalé par la voirie à 2 770 mètres d’altitude mais est indiqué, suivant les cartes, à 2 762 ou 2 764 m. Il s’agit du plus haut col de montagne routier des Alpes et de France. Ce n’est pas la plus haute route des Alpes car celle de la cime de la Bonette atteint les 2 802 m d’altitude, mais il ne s’agit cependant pas d’une route de col. La route du glacier de l’Ötztal en Autriche atteint 2 829 m d’altitude.

Il est situé en Savoie dans le parc national de la Vanoise, entre le massif de la Vanoise et les Alpes Grées. Il relie les vallées de l’Arc (Maurienne) et de l’Isère (Tarentaise, pour la partie amont). Le col est dominé par la pointe des Leissières (3 041 mètres).

l s’agissait au XVIIe siècle d’un sentier muletier servant notamment à apporter les fromages du Beaufortain sur les marchés du Piémont en empruntant ensuite le col du Mont-Cenis. C’est en 1912 que la décision fut prise d’inclure cet itinéraire dans la Route des Grandes Alpes. En 1929, les travaux de ce tracé routier d’une longueur de 29 kilomètres nécessitèrent l’emploi de 600 ouvriers. Le président de la République Albert Lebrun inaugura cette route le 10 juillet 1937 et cette même année, la Poste française émit un timbre pour cette ouverture.

Une chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Toute-Prudence est édifiée en 1939, selon les plans de l’architecte savoyard Maurice Novarina. Celle-ci est labellisée « Patrimoine du XXe siècle ».

(suite…)

Continuer la lectureCol de l’Iseran, premier col routier des Alpes françaises.