Joseph Louis de Lagrange, mathématicien et astronome.

Joseph Louis de Lagrange (en italien Giuseppe Luigi Lagrangia ou aussi Giuseppe Ludovico De la Grange Tournier), né à Turin en 1736 et mort à Paris en 1813, est un mathématicien, mécanicien et astronome sarde naturalisé français. À l’âge de trente ans, il quitte le Piémont et va séjourner à Berlin pendant vingt-et-un ans. Ensuite, il s’installe pour ses vingt-six dernières années à Paris où il prend la nationalité française en 1802.

ien ne prédisposait Joseph-Louis Lagrange à devenir l’immense mathématicien qu’il fut, défricheur de nouveaux périmètres, inventeur de génie dans le domaine des mathématiques pures et de la physique mathématique.

Il naît en janvier 1736 à Turin, dans une famille d’origine française par son père. Bien que ce dernier bénéficie d’une position sociale enviable dans le royaume de Sardaigne, la famille souffre vite de difficultés financières dues à des placements hasardeux ; ce qui contraint le jeune Lagrange, élève au collège de Turin, à renoncer à une carrière d’avocat toute tracée.

Continuer la lecture de « Joseph Louis de Lagrange, mathématicien et astronome. »

René Leriche, chirurgien et physiologiste.

René Leriche, né le 12 octobre 1879 à Roanne (Loire) et mort le 28 décembre 1955 à Cassis (Bouches-du-Rhône), est un chirurgien et physiologiste français.

Spécialiste de la douleur, de la chirurgie vasculaire et du tronc sympathique. Sensibilisé par les nombreux mutilés de la Première Guerre mondiale, il est l’un des premiers à s’intéresser à la douleur et à mettre en pratique une chirurgie douce, économe en sang et aussi peu traumatisante que possible. Deux syndromes portent son nom, l’algoneurodystrophie et l’oblitération aorto-iliaque. Il a formé de nombreux élèves dont notamment Michael E. DeBakey, João Cid dos Santos, René Fontaine et Jean Kunlin.

Continuer la lecture de « René Leriche, chirurgien et physiologiste. »

Charles Jules Henri Nicolle, médecin et microbiologiste.

Charles Jules Henri Nicolle (21 septembre 1866 à Rouen, France – 28 février 1936 à Tunis) est un médecin et microbiologiste français. Il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine de 1928.

Fils de médecin, Charles Nicolle fréquente le lycée Corneille à Rouen et commence ses études de médecine en cette ville. Dès cette époque, il est atteint d’une surdité évolutive. Il terminera sa vie pratiquement sourd malgré un appareillage très voyant, ce qui lui vaudra, de la part du personnel indigène de l’Institut Pasteur de Tunis, le surnom de « toubib tiliphon » (docteur téléphone).

A la fin de sa seconde année de médecine, en 1887, il rejoint son frère aîné, Marcel, à Paris. Après avoir réussi l’internat et fait son service militaire, il suit les cours de microbiologie à l’Institut Pasteur de Paris (Pasteur encore vivant, le croisant un jour dans un escalier, l’encourage et lui recommande de beaucoup travailler). Il termine son stage sous l’autorité des docteurs Elie Metchnikoff et Emile Roux. En 1893, il soutient sa thèse sur le chancre mou.

Continuer la lecture de « Charles Jules Henri Nicolle, médecin et microbiologiste. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.