Alexandre Varenne, créateur du journal “La montagne”

Alexandre Varenne, né le à Clermont-Ferrand et mort le à Paris (5e), est un homme politique et journaliste français. Il est le fondateur du journal La Montagne.

Né dans une famille de petits commerçants clermontois, il étudie au lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, où il est l’élève de Bergson en classe de philosophie. Trois ans clerc d’avoué à Clermont-Ferrand, il fait son service militaire, avant de partir pour Paris, où il prépare sa licence de droit, qu’il obtient en 1893, tout en travaillant comme employé de commerce. Docteur en droit en 1898, il devient avocat à la Cour d’appel de Paris et journaliste, collaborant à des journaux régionaux : Le Petit Clermontois et le Stéphanois.

L’un des organisateurs du Parti socialiste dans le Puy-de-Dôme en 1897, il collabore brièvement à La Volonté, avant de devenir secrétaire de rédaction de La Lanterne, animé par Aristide Briand et René Viviani. En 1901, il adhère au nouveau Parti socialiste français de Jean Jaurès. Appelé à L’Humanité par Jaurès après 1902, il en devient secrétaire de rédaction et crée un hebdomadaire socialiste dans le Puy-de-Dôme, L’Ami du peuple. Fondateur du journal La Montagne le , il crée également La Politique avec Pierre Bertrand en 1930.

Candidat malheureux dans la 2e

 circonscription du Puy-de-Dôme, à Riom en 1902, il est élu député socialiste du Puy-de-Dôme en 1906 mais est battu en 1910. Il retrouve son siège en 1914 et est constamment réélu jusqu’en 1936. Adepte des idées de Jean Jaurès, il considère que le conflit est inévitable dès lors que la Belgique est envahie. En 1917, Paul Painlevé, alors président du Conseil, lui offre le ministère de l’Instruction publique dans son gouvernement, mais les Socialistes refusent, et il doit décliner l’offre.

Après la Première Guerre mondiale, il est ré-élu, toujours à la SFIO, puis en tant qu’indépendant de gauche dès 1928 et au Parti socialiste français à partir de 1932. En 1920, il a des propos antisémites attaquant Georges Mandel, qui défend le rétablissement des relations diplomatiques entre la France et le Vatican, en l’accusant d’être un Rothschild et d’être né à Francfort1.

Élu vice-président de la Chambre des députés le 4 juin 1924, il est question un temps de l’envoyer comme ambassadeur en Union soviétique. Après l’abandon de ce projet, il est réélu vice-président de la Chambre le 13 janvier 1925. Le 28 juillet 1925, il est nommé gouverneur général de l’Indochine française, poste qu’il occupe jusqu’en octobre 1928. Sa politique en faveur des indigènes (construction d’écoles, vaccination, accès aux emplois, inspection du travail) contrarie cependant les colons qui obtiennent son départ.

Continuer la lecture de « Alexandre Varenne, créateur du journal “La montagne” »

Des faux, des faux et toujours des faux !!

Les faux sont “légions” sur les site de vente au enchères !

Grace à certains produits chimiques en vente libre, les timbres peuvent être “transformés” sans endommager la gomme. Les plus courants sont la suppression ou l’altération de la couleur rouge et la couleur verte transformée en bleue. Les 2 exemples ci-contre en sont la parfaite illustration. Le plus beau, c’est qu’il y a des acheteurs ! Si vous avez acheté de tels timbres pensant faire une bonne affaire, faites-les expertiser.  Le certificat obtenu vous permettra de vous faire rembourser auprès du vendeur. Bien entendu ces timbres n’ont aucune valeur.

 

Iles Cook : Pourquoi de telles valeurs faciales ?

Iles Cook : quelles est l’utilité de telles valeurs faciales ?

La de vises des Iles cook est le dollar de nouvelle Zélande. Pour le 31,10$ cela représente une faciale de 18,34€

et pour le 26,90$, c’est 15,87€. A quoi ces timbres peuvent t-ils servir ? A part d’attirer (ou berner) les collectionneurs.

Le débat est ouvert …