Paul Verlaine, poète français.

Paul Verlaine, poète français, naît à Metz le 30 mars 1844 et meurt à Paris le 8 janvier 1896. La famille de Verlaine appartient à la petite bourgeoisie. Son père, comme celui de Rimbaud, est capitaine dans l’armée.

Verlaine s’installe avec sa famille à Paris en 1851. Il commence alors des études médiocres au lycée Condorcet. Passionné de dessin et de littérature, il écrit des vers et des nouvelles à la manière d’Edgar Poe. En 1858 (à 14 ans), il envoie à Victor Hugo un poème de sa composition, intitulé La Mort.

A 21 ans, Verlaine est chargé de la critique littéraire dans la revue “L’Art”, il écrit des articles élogieux sur Charles Baudelaire et Victor Hugo. Il rencontre les parnassiens, François Coppée, Théodore de Banville, José-Maria de Heredia et Leconte de Lisle. Son père meurt la même année.
Il fréquente les cafés et salons littéraires parisiens puis, en 1866, collabore au premier Parnasse contemporain et publie les Poèmes saturniens. On y sent l’influence de Charles Baudelaire, cependant que s’y annonce déjà “l’effort vers l’Expression, vers la Sensation rendue” (Lettre à Mallarmé du 22 novembre 1866), qui caractérise sa meilleure poésie.

Continuer la lecture de « Paul Verlaine, poète français. »

Charles Baudelaire, poète français.

Charles Baudelaire est un poète français. Né à Paris le 9 avril 1821, il meurt dans la même ville le 31 août 1867.

Après la mort de son père, sa mère se remarie avec le chef de bataillon Jacques Aupick ; il ne pourra jamais supporter cet événement qui l’éloigne de sa mère, vu ses divergences avec son beau-père. Ce dernier l’envoie dans un voyage vers les Indes qui ne s’achèvera pas, mais trouvant un exil marquant aux îles Mascareignes.

De retour en France, il aura une liaison avec Jeanne Duval, la mulâtresse, puis connaîtra les paradis artificiels (opium et haschisch…). Dans l’année 1848, il commence à traduire Poe qu’il admire beaucoup.

Son recueil des “Fleurs du mal” est poursuivi pour offense à la morale religieuse et outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs. Baudelaire se voit reprocher son écriture et le choix de ses sujets. Il n’est compris que par quelques-uns de ses pairs. Barbey d’Aurevilly voyait en lui «un Dante d’une époque déchue». A travers ce recueil, Baudelaire a tenté de tisser et de démontrer les liens entre le mal et la beauté, le bonheur et l’idéal inaccessible, la violence et la volupté, mais aussi entre le poète et son lecteur.

Continuer la lecture de « Charles Baudelaire, poète français. »

Maurice Noguès, pionnier de l’aviation.

Maurice Noguès est né à Rennes (Ille-et-Vilaine) en 1889, et non à Belle-Ile-en-terre, comme parfois écrit.

Après des études, il passe le brevet de pilote le 21 juin 1910 (date officielle) sur avion Voisin, mais prend déjà part part à des meetings aérien depuis le mois d’avril.

En 1914, réformé, il s’engage dans l’aviation comme mécanicien, et passe le brevet de pilote militaire en février 1915 avant d’être versé à l’escadrille VB-107.

En 1917, il aurait refusé un poste à l’Etat-major afin d’être versé dans l’aviation de chasse, alors considérée comme une récompense. Versé à la SPA-73 en septembre 1917, il en prend le commandement le 22 mars 1918, mais il est abattu le 27 avril après avoir obtenu au moins une victoire aérienne.

Continuer la lecture de « Maurice Noguès, pionnier de l’aviation. »