Pablo Casals, violoncelliste, chef d’orchestre et compositeur.

Pablo Casals, né Pau Casals i Defilló ou Pau Casals le 29 décembre 1876 à El Vendrell (province de Tarragone, Espagne) et mort le 22 octobre 1973 à San Juan (Porto Rico), est un violoncelliste, chef d’orchestre et compositeur espagnol.

Pablo Casals s’est engagé en faveur de la république et de la liberté, contre les dictatures, en particulier celle de Franco en Espagne. Il fut proposé sans succès au prix Nobel de la paix en 1958.


Dès sa plus tendre enfance, Pablo Casals joue de divers instruments. Il étudie le violoncelle au conservatoire de Barcelone dès 1888, puis la composition à Madrid où il va continuer à se perfectionner, occupant divers postes comme instrumentiste ou pédagogue.

En 1899, il commence à être reconnu, ce qui lui vaut de jouer, le 20 mai 1899, devant la reine Victoria, et, plus tard, devant la reine Élisabeth de Belgique.

Il commence à jouer avec Jacques Thibaud et Alfred Cortot en 1905, trio mythique de la première moitié du XXe siècle. Il est de plus en plus reconnu, invité, rencontre les plus grands musiciens de son temps (il sera le dédicataire de nombreuses œuvres) et en 1919, toujours fidèle à sa Catalogne natale, il crée à Barcelone, un orchestre de très haut niveau qui porte son nom. Les plus grands chefs d’orchestre le dirigeront, de Fritz Busch à Stravinski.

Fin 1936, Casals fuit l’Espagne franquiste et trouve refuge dans la petite ville de Prades au pied du Canigou. Il refuse toutes les invitations à jouer ou diriger en protestation à la dictature de Franco et mène une existence solitaire et très modeste. En 1950, il sort de son silence pour participer à Prades aux commémorations du bicentenaire de la mort de Bach. C’est le premier Festival Pablo-Casals auquel il invite les plus grands interprètes de son temps comme Clara Haskil, Joseph Szigeti, Rudolf Serkin, Isaac Stern ou Marcel Tabuteau, pour en faire un haut-lieu de ferveur musicale. Il y participera encore à l’âge de 90 ans.

En 1956, il s’installe à San Juan à Porto Rico, le pays de sa mère et de sa jeune épouse. Il y crée l’orchestre symphonique en 1957, compose et, inlassablement, transmet son art lors de nombreuses « master classes ». Casals était un ami personnel de la reine Élisabeth de Belgique[3], veuve du roi Albert Ier et passionnée par la musique.

Tout au long de sa longue vie, Casals fut un défenseur acharné et enthousiaste du violoncelle, mais aussi de la musique dans une inébranlable foi dans les valeurs qu’elle peut transmettre. Ses enregistrements sont habités de cet enthousiasme et de son énergie.

Il essaye de favoriser l’accès à la musique pour le plus grand nombre, que ce soit avec des associations de concerts, la création de ses divers orchestres ; il jouera même dans des conditions mouvementées lors de la guerre d’Espagne.

Dans la période difficile des années d’avant et d’après la Seconde Guerre mondiale, il restera inflexible sur ses idéaux, quelles qu’en soient les conséquences pour sa carrière :

  • lors de la guerre civile, il va soutenir les républicains espagnols et va s’exiler en 1936. Apôtre de la paix, il était également un défenseur acharné de la Catalogne ;
  • dès 1933, il refuse de jouer en Allemagne ;
  • après guerre, il ne donne plus de concerts pour marquer sa désapprobation du laxisme de la communauté internationale envers le régime politique du caudillo Franco. Il participe néanmoins à plusieurs galas de soutien au mouvement pacifiste et antifasciste de son ami Louis Lecoin.

En 1958, Casals fut à l’initiative de la construction de la tombe d’Antonio Machado à Collioure.

L’issue de la Guerre civile espagnole l’ayant poussé sur la route de l’exil, il résidera d’abord en France, à Prades, puis à San Juan de Porto Rico.

En parallèle à son extraordinaire carrière musicale, Pau Casals a mené un infatigable combat au nom de la paix et de la liberté. Ses nombreux concerts de bienfaisance, son implication dans l’action humanitaire et ses diverses interventions aux Nations Unies ont transmis l’image d’un homme de paix.

Pau Casals est décédé en 1973 à San Juan de Porto Rico, à l’âge de quatre-vingt-seize ans. Il repose aujourd’hui au cimetière du Vendrell.

Voir aussi cette vidéo : (en anglais)

Sources : Music swiss life, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.