Otto Preminger, réalisateur de cinéma.

Otto Ludwig Preminger, né le 5 décembre 1905 à Wiznitz (en Autriche-Hongrie, aujourd’hui en Ukraine) et mort le 23 avril 1986 à New York (États-Unis), est un réalisateur américain d’origine autrichienne.


Otto Preminger naît à Wiznitz en 1905 dans une famille juive de la Galicie austro-hongroise. En 1915, le père d’Otto Preminger installe sa famille à Vienne, pour plus de sécurité. Dès l’adolescence, le jeune Otto se passionne pour le théâtre.

Il travaille d’abord dans la troupe de Max Reinhardt. Il en prend la direction en 1933, et y monte une cinquantaine de pièces. Il enseigne aussi au Séminaire Max Reinhardt.

Il réalise son premier film, Die grosse Liebe (Le Grand Amour) en 1931 en Autriche.

En 1934, Joseph Schenck, président de la 20th Century Fox, venu chercher de nouveaux talents en Europe, l’invite à Hollywood. Preminger accepte l’invitation et débarque à New York le 26 octobre 1935.

Il fait ses débuts à Hollywood comme réalisateur avec Under Your Spell en 1936 et Danger – Love at work en 1937, deux films qui ont laissé peu de traces. Il se voit confier la réalisation de Kidnapped, adaptation du roman d’aventures de Robert-Louis Stevenson. Mais à la suite d’une mésentente avec le studio, il abandonne le projet; ce qui lui vaut d’être tenu à l’écart des milieux du cinéma. En contrepartie, Preminger mène une importante activité de metteur en scène à Broadway de 1935 à 1940. Ainsi, il dirige notamment les pièces Outward Bound de Sutton Vane et Margin for Error de Clare Boothe Luce, dans laquelle il interprète aussi le rôle d’un officier nazi.

Otto Preminger, carte maximum, Autriche, 2010.

Il revient au cinéma comme acteur en 1942 avec The Pied Piper pour la 20th Century Fox avant de réaliser l’adaptation au cinéma de Margin for Error, dans laquelle il reprend le rôle qu’il avait défendu sur scène. Lorsqu’il joue, son accent autrichien le cantonne souvent dans des rôles d’espions ou d’officiers nazis.

En 1945, Preminger connaît le succès comme réalisateur avec Laura (1944), film noir mâtiné de psychologie adaptant un roman de Vera Caspary et mettant en vedette Gene Tierney dans le rôle-titre ainsi que Dana Andrews et Vincent Price dans un rôle secondaire. C’est le sixième film de Preminger mais c’est le premier sur lequel il considère qu’il a exercé un contrôle artistique total. Initialement, Preminger devait se contenter de produire le film dont la réalisation avait été confiée à Rouben Mamoulian. Le travail de Mamoulian ne donnant pas satisfaction, Preminger, avec l’accord de Darryl Zanuck, le remplace comme metteur-en-scène. Le résultat est un classique du film noir.

Le succès de Laura permet à Preminger d’asseoir sa position au sein de la Fox. Il remplace Ernst Lubitsch sur le tournage de Scandale à la cour, que Lubitsch doit abandonner pour des raisons de santé. Il se voit aussi confier la réalisation de Ambre, un ambitieux mélodrame historique adapté d’un roman à succès de Kathleen Winsor. Le film, tout comme le livre qu’il adapte, est assez audacieux compte tenu des critères moraux alors en vigueur. Aussi, pour satisfaire la Ligue catholique de décence, Preminger doit-il couper certaines scènes de son film, qui, malgré des critiques tièdes, n’en connaît pas moins un grand succès à sa sortie.

C’est aussi l’époque des polars aux atmosphères troubles: Le Mystérieux docteur Korvo (Whirlpool, 1949), Mark Dixon, détective, La Treizième Lettre, un remake du film Le Corbeau de Henri-Georges Clouzot que Preminger tourne au Québec, et Un si doux visage (Angel Face, 1952). Ces films confirment le talent de ce réalisateur qui devient un pilier de la Fox.

Mais las du système hollywoodien et des concessions artistiques faites à Darryl Zanuck, patron de la Fox, il décide de produire seul ses films, grâce aux Artistes associés, ce qui est un pari audacieux au début des années 1950, hostiles à la notion d’auteur-réalisateur telle qu’elle est définie en Europe. Son premier film indépendant est La Lune était bleue (The Moon Is Blue, 1953), adaptation d’une pièce à succès que Preminger avait montée sur Broadway. Une nouvelle fois, Preminger se retrouve dans la mire de la Ligue de décence et des tenants du Code Hays. Ceux-ci veulent en interdire certaines répliques, s’en prenant plus spécifiquement à l’utilisation des termes ‘virgin’ et ‘seduce’. Preminger refuse : c’est un triomphe. C’est aussi au cours de cette période que Preminger incarne un officier nazi dans le film Stalag 17 de son compatriote Billy Wilder.

Revenu dans le giron de la Fox, il signe un nouveau succès en réalisant une œuvre de commande, le western Rivière sans retour avec deux des plus grandes stars d’Hollywood d’alors, Robert Mitchum et Marilyn Monroe. Il s’agit de son unique incursion dans le genre. Le film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. Rivière sans retour est l’un des premiers longs métrages tournés en CinemaScope, avec un format de 2,55:1.

Preminger aborde ensuite le drame musical avec Carmen Jones, une adaptation d’un spectacle de Oscar Hammerstein II déplaçant la célèbre nouvelle Carmen de Prosper Mérimée dans un contexte afro-américain. Carmen Jones est ainsi un des rares films de l’époque produit par un grand studio et dont la distribution est entièrement noire. Carmen Jones est aussi le premier film dont le générique est conçu par Saul Bass, qui sera l’auteur de plusieurs génériques pour Preminger et travaillera aussi régulièrement avec Alfred Hitchcock.

Suivent une série de films sur des sujets sensibles que Preminger finance lui-même. Il aborde le thème de la drogue avec L’Homme au bras d’or (The Man with Golden Arm), dans lequel Frank Sinatra incarne un ancien héroïnomane. Il décrit un procès pour viol dans Autopsie d’un meurtre (Anatomy of a Murder) dont les vedettes sont James Stewart et Ben Gazzara et dont la trame sonore est signée Duke Ellington. Il se penche aussi sur la création de l’État d’Israël avec Exodus, adapté du roman de Leon Uris.

Parmi ses films les plus connus, on trouve aussi Tempête à Washington (Advise and Consent) avec Charles Laughton et Bonjour tristesse avec David Niven, Deborah Kerr, et Jean Seberg.

Au milieu des années 1960, Preminger dirige Bunny Lake a disparu, une énigme policière qui, par son ton et son style, rappelle ses films noirs ses années 1950. Ce sera son dernier long-métrage jugé vraiment significatif. Il réalise ensuite Que vienne la nuit, un mélodrame se déroulant dans le sud ségrégationniste des années 1940. Le film, dans lequel on retrouve Michael Caine, Jane Fonda et Faye Dunaway, suscite une réaction mitigée. Son film suivant, Skidoo, une comédie portant sur les hippies et mettant en vedette Jackie Gleason et Groucho Marx, est particulièrement mal reçu. Parallèlement, Preminger continue occasionnellement à travailler comme acteur, notamment en interprétant le personnage de ‘Mr. Freeze’ dans la série Batman. C’est aussi au cours des années 1960 qu’il lance une action judiciaire visant à empêcher que la diffusion de ses films à la télévision soit interrompue par des publicités.

Les films qu’il réalise durant les années 1970, comme la comédie Des amis comme les miens ou le drame d’espionnage Rosebud, ont peu d’impact. Preminger termine sa carrière avec The Human Factor, une adaptation d’un roman de Graham Greene scénarisée par le dramaturge Tom Stoppard. Le tournage, qui a lieu en Angleterre et au Kenya, passe proche d’être interrompu pour des raisons financières et la sortie du film passe pratiquement inaperçue. C’est autour de cette période que Preminger publie son autobiographie.

Otto Preminger meurt en 1986 et repose dans le célèbre cimetière de Woodlawn Cemetery dans le Bronx à New York.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.