Oscar Peterson, pianiste de jazz et compositeur.

Oscar Emmanuel Peterson, né le 15 août 1925 à Montréal (Québec) et décédé le 23 décembre 2007 à Mississauga (Ontario), était un pianiste et compositeur canadien de jazz. Surnommé le « Maharaja du clavier » par Duke Ellington, il se faisait simplement appeler « O.P. » par ses amis.


Oscar Peterson grandit dans la Petite-Bourgogne, à Montréal. Il s’agit alors du quartier montréalais regroupant la plus forte concentration de Noirs. Le jeune Oscar se retrouve bercé par la culture du jazz née au début du XXe siècle. Il commence à apprendre la trompette avec son père à l’âge de cinq ans. Mais vers l’âge de sept ans, il se consacre au piano après avoir passé presque un an à l’hôpital, victime de la tuberculose. Un de ses frères succombe à ce fléau. Sa sœur Daisy apprend à Oscar le piano classique, ce dernier travaille dès le début plusieurs heures par jour, d’où son incroyable virtuosité. À ce moment-là Oscar est surnommé « the Brown Bomber of the Boogie-Woogie ». À neuf ans sa technique impressionne les musiciens professionnels. Il travaille six heures par jour, toute sa vie. Vers la fin de sa vie il diminuera la quantité de travail à une ou deux heures par jour. En 1939, à l’âge de quatorze ans, Oscar Peterson gagne un prix national et quitte l’école pour devenir musicien professionnel.

Il se joint au Johnny Holmes Orchestra en 1942 et il y est soliste jusqu’en 19471. Pendant plusieurs années, il joue régulièrement dans plusieurs cabarets montréalais (Tic Toc Club, Café St-Michel et autres). Il est aussi très présent à la radio montréalaise dans les années 1940. En 1949, il participe à un projet de Norman McLaren (Begone Dull Care) en créant la bande sonore qui accompagne ce projet d’animation expérimentale.

Il gagne rapidement une réputation de pianiste techniquement brillant et de pianiste de jazz mélodieusement inventif. Il apparaît pour la première fois au Carnegie Hall le 17 septembre 1949, repéré par Norman Granz.

En Janvier 1976, Oscar joue avec Keith Emerson lors d’un spectacle télé intitulé Oscar Peterson’s TV Show, ils ont joué la pièce Honky Tonk Train Blues avec un extrait de Barrelhouse Shakedown, ils étaient entre autres accompagnés par Carl Palmer à la batterie.

De 1991 à 1994 il est chancelier à l’université York à Toronto. Il est par ailleurs franc-maçon.

En 1993, Oscar Peterson est victime d’une grave attaque qui affaiblit son bras et sa main gauche et qui le rend inactif pendant deux ans. Il se produit pourtant en été 1994 à Jazz in Marciac en France. Il surmonte cette infirmité et poursuit ses tournées, continuant à enregistrer et à composer. Il se produit à nouveau à Marciac en 2003, provoquant une intense émotion chez les 5 000 personnes présentes sous le grand chapiteau, en avouant qu’il ne pouvait presque plus jouer de sa main gauche (exceptionnelle durant toute sa carrière), puis pleurant lui-même et faisant pleurer toute la salle en exécutant un morceau de toute beauté dédié à sa femme.

Il meurt chez lui, dans la banlieue de Toronto, le 23 décembre 2007, des suites d’insuffisance rénale.

Teddy Wilson, Nat « King » Cole, James P. Johnson et Art Tatum ont influencé Oscar Peterson au début de sa carrière. Il leur fut comparé par la suite. Il entendit Art Tatum jouer Tiger Rag pour la première fois quand il avait une dizaine d’années, et il fut tellement impressionné par ce qu’il avait entendu que son jeu lui parut fade en comparaison. Il dira même : « Tatum scared me to death ». Art Tatum fut un modèle dans les années 1940-1950 pour Oscar Peterson. Les deux virtuoses devinrent amis mais Oscar était toujours intimidé par le jeu de Art. Oscar Peterson jouait rarement en présence de ce dernier.

Il joue et enregistre accompagné, entre autres, par Lester Young, Ray Brown, Herb Ellis, Ed Thigpen, Niels-Henning Ørsted Pedersen, Louis Armstrong, Frank Gariepy, Milt Jackson et accompagne Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Clark Terry et Joe Pass.

Un des grands tournants de sa carrière est son engagement par l’imprésario Norman Granz au sein de l’écurie Verve Records, qui lui permet de jouer avec les artistes de jazz les plus importants du moment.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.Oscar Peterson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.