Notre-Dame de Fátima.

Notre-Dame de Fátima est l’invocation attribuée à la Vierge Marie après les apparitions mariales reçues par trois petits bergers à Fátima, un village de la région centrale de Portugal, à six reprises au cours de l’année 1917. Ces apparitions, dont le message porte sur la prière et les fins dernières, ont d’abord été l’objet de méfiance, aussi bien de la part des autorités civiles que des autorités religieuses. En 1930, la reconnaissance de ces apparitions par l’Église catholique renforce le succès populaire de ce qui devient un grand centre mondial de pèlerinage.

Si la première chapelle des apparitions est construite en 1919, par les habitants du village, la première grande église (église de Notre-Dame du Rosaire) est débutée en 1928. Depuis, le sanctuaire ne cesse de s’étendre (la dernière structure est l’église de la Sainte-Trinité terminée en 2007). Ces apparitions mariales ont marqué l’Église catholique : la consécration du monde (et de la Russie) au Cœur immaculé de Marie, réalisée à plusieurs reprises par des papes depuis 1942, ont été faites, d’après l’Église, « en réponse à la demande de la Vierge de Fátima ». Plusieurs papes se sont rendus en pèlerinage à Fátima, et ont fait acte de dévotion à la Vierge de Fátima.

La dévotion à la Vierge de Fátima, très populaire parmi la population portugaise, s’est répandue dans le monde entier. Une association religieuse – l’Apostolat mondial de Fátima (reconnue par le Vatican) – a été fondée pour transmettre et diffuser le message spirituel que la Vierge aurait transmis aux voyants. Elle compte plusieurs millions de membres dans le monde.

La fête de Notre-Dame de Fátima a été fixée par le Saint-Siège à la date du 13 mai, jour anniversaire de la première apparition, le 13 mai 1917.


Les apparitions mariales de Fátima se sont déroulées, d’après les affirmations des voyants, en 1917. Elles auraient été précédées de trois apparitions d’un ange en 1915 et 1916, qui se serait présenté aux voyants sous le titre de « l’ange du Portugal » en invitant les enfants à prier et leur enseigne une prière : la prière de l’ange de Fatima.

Les apparitions mariales sur le site de Fátima sont au nombre de six et débutent le 13 mai 1917. « Une dame toute vêtue de blanc » serait donc apparue à trois petits bergers (François et Jacinthe Marto, et leur cousine Lucie dos Santos) leur demandant de revenir le mois suivant pour prier. De mois en mois, les bergers affirment que l’apparition se reproduit, et ils sont accompagnés par une foule de plus en plus nombreuse jusqu’à l’apparition du 13 octobre 1917 où environ soixante-dix mille croyants et curieux se pressent pour voir le « miracle » qui aurait été promis par la Vierge. Il se serait produit alors dans le ciel un phénomène lumineux appelé par la suite « le miracle du soleil » ou la « danse du soleil ». Parmi les observateurs, il y aurait eu des universitaires et des non-croyants. Des personnes présentes lors des évènements parlent d’un phénomène « non explicable ». Nombreux sont ceux, qui, cependant, ont contesté  l’authenticité du phénomène décrit par des témoins.

L’évêque de Leiria, Mgr José Alves Correia da Silva, après avoir mené une enquête canonique reconnaît officiellement les apparitions mariales en 1930, et approuve la dévotion à Notre-Dame de Fátima. François et Jacinthe Marto, atteints de la grippe espagnole meurent très vite (en 1919 et 1920). Ils sont béatifiés le 13 mai 2000 par le pape Jean-Paul II. Lucie dos Santos entrée au noviciat des sœurs Dorothée, puis au carmel de Coimbra décède en 2005. Son procès en béatification est en cours. Jacinthe et François sont canonisés par le pape François le 13 mai 2017 lors de son voyage à Fátima pour le centenaire des apparitions mariales de Fátima.

Lors de la troisième apparition, la Vierge Marie aurait révélé un message aux enfants, et leur aurait demandé de ne pas le divulguer immédiatement. Ce message, composé en trois parties, n’est révélé que plusieurs décennies après les événements. Lucie dos Santos, seule survivante, révèle les deux premières parties en 1942.

La troisième partie du « secret » est rédigée sur deux feuilles en 1944, puis mise sous scellés, et enfin déposée aux archives secrètes du Vatican en 1957. Le pape Jean-Paul II, qui a consulté le texte après sa tentative d’assassinat, décide de publier officiellement le texte en l’an 2000. Malgré la  confirmation par sœur Lucie (toujours vivante à cette date) de l’authenticité du texte et de son intégralité, plusieurs personnes continuent de contester l’authenticité (ou la complétude) du texte publié par le Vatican.

Le 28 avril 1919 est construite la première chapelle sur le site des apparitions, par des pèlerins, sans le soutien de l’Église (le curé de Fátima ayant reçu la consigne de se tenir à l’écart de ces manifestations de dévotion). C’est une petite chapelle faite de pierres et de chaux, couverte de tuiles et mesurant 3,30 m de longueur, 2,80 m de largeur et 2,85 m de hauteur.

En 1921, le nouvel évêque de Leiria autorise la dévotion à la Vierge Marie sur le site de Fátima, ainsi que la célébration de messes devant la chapelle. Le 3 mai 1922, l’Église catholique entame les premières investigations du processus canonique concernant « la reconnaissance ou non » des événements de Fátima. En 1927, l’évêque de Leiria retourne sur place pour célébrer officiellement la bénédiction d’un chemin de croix.

Après sept ans d’enquête, en 1930, l’Église catholique reconnaît officiellement les apparitions et approuve le culte à « Notre-Dame de Fátima ». Le sanctuaire se développe alors rapidement.

La construction de la première grande église est entamée dès 1928 (avant la reconnaissance officielle des apparitions). L’église de Notre-Dame-du-Rosaire est terminée en 1953. Elle obtient l’année suivante le titre de basilique. Les tombes des trois enfants sont transférées dans le transept en 1951, 1952 et 2006.

En dehors de la grande esplanade, utilisée pour les grands rassemblements et les processions, le sanctuaire compte plusieurs chapelles et deux grandes structures : le centre pastoral Paul VI (1979-1982), et la basilique de la Sainte-Trinité (2004-2007) qui est la 4e église au monde en capacité, avec près de 9 000 places.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.