Niue (Océanie).

Niué ou Niue ou Nioué (en anglais Niue, en niuéen Niuē) est un pays insulaire de l’océan Pacifique sud, en Polynésie occidentale. Il est situé à 2 400 km au nord-est de la Nouvelle-Zélande, au centre d’un triangle formé par les îles Tonga, Samoa et Cook.

Découverte en 1774 par le capitaine James Cook sans qu’il ne réussisse à y débarquer, l’île devint en 1900 un protectorat britannique et a fait partie à partir du 11 juin 1901 de la Nouvelle-Zélande. Le 19 octobre 1974, Niue, à l’instar des îles Cook, conclut un accord de libre association avec la  Nouvelle-Zélande au sein du Royaume de Nouvelle-Zélande.

En tant qu’État autonome, il ne dispose pas actuellement de sa pleine souveraineté, bien qu’il dispose de sa propre politique étrangère et qu’il soit reconnu comme État non-membre par l’Organisation des Nations unies (ONU). Niue est économiquement et logistiquement dépendante de la Nouvelle-Zélande.


Vers 4 000 av. J.-C., des habitants du sud du littoral est asiatique,  cultivateurs de millet et de riz, traversent le Détroit de Taïwan pour s’installer sur l’île éponyme. Les Austronésiens, à l’origine de cette migration, vont la poursuivre sur plusieurs millénaires, d’île en d’île, à travers le sud-est asiatique. Ils poursuivent leur route à l’est jusqu’aux îles Fidji vers 1 500 av. J.-C. et sont à l’origine du peuplement polynésien ultérieur de l’Océanie.

Les premiers habitants de Niue sont des Polynésiens — certainement lapita — venus des îles Samoa qui s’y installent vers l’an 900. Une seconde vague migratoire provient des îles Tonga au XVIe siècle.

Jusqu’au début du XVIIIe siècle, il semble n’y avoir eu aucun gouvernement national à Niue. Des chefs (iki) et chefs de famille dirigeaient chacun une partie de la population. Puis, vers l’an 1700, le concept de monarchie semble avoir été importé à travers des contacts avec les Samoa ou les Tonga, et une succession de patu-iki (rois) gouverne dès lors l’île.

Le premier contact avec les Européens eut lieu en 1774 lorsque le capitaine James Cook aperçut ce qu’il appela l’Île Sauvage. Cook fait trois tentatives de débarquement sur l’île, mais ne fut pas autorisé à le faire par les habitants polynésiens. Celui-ci nomme le territoire « Île Sauvage » car, selon la légende, les indigènes l’ayant accueilli lui et son équipage étaient peints avec ce qui semblait être du sang. Cependant, la substance qu’ils utilisaient pour colorer leur visage, ainsi que leur bouche et leurs dents était celle de la hulahula, une banane rouge indigène.

Les visiteurs européens suivants sont des notables de la London Missionary Society arrivés en 1846 sur le navire dénommé Messager de la paix. Après des années d’efforts pour installer un missionnaire chrétien à Niue, un natif nommé Nukai Peniamina est emmené aux îles Samoa ou il suit une  formation dans un institut d’études bibliques à Malua. Peniamina retourne comme missionnaire à Niue avec l’aide de Toimata Fakafitifonua. Il est autorisé à s’installer dans le village de Uluvehi Mutalau, après plusieurs tentatives dans d’autres villages. Les chefs du village Mutalau permettent à Peniamina d’accéder à la terre et affectent plus de 60 guerriers pour le protéger jour et nuit au fort Fupiu.

Le christianisme est d’abord enseigné au peuple de Mutalau avant d’être étendu à d’autres villages de Niue. À l’origine, plusieurs villages importants sont opposés à l’introduction du christianisme et cherchent à tuer  Peniamina. Les habitants du village de Hakupu, sont les derniers à demander l’enseignement du christianisme, ce qui explique le changement de nom de celui-ci en « Ha Kupu Atua », qui signifie « toute parole de Dieu », ou « Hakupu » en abrégé.

Tui-toga, qui règne de 1875 à 1887, est le premier roi chrétien du pays.

Par la convention anglo-allemande du 6 avril 1886, les archipels des Samoa, des Tonga et de Niue sont déclarés « région neutre ».

En 1887, le roi Fata-a-iki, qui règne de 1887 à 1896, propose de demander protection à l’Empire britannique, craignant les conséquences de  l’annexion par une puissance coloniale moins bienveillante. La même année, celui-ci écrit à la reine Victoria, et lui demande d’établir un protectorat britannique sur l’île. Sa lettre demeure sans réponse, de même qu’une seconde en 1895. En 1900, le Royaume-Uni consent enfin à établir un protectorat.

Niue est annexée l’année suivante, en 1901, par la Nouvelle-Zélande, et administrée par celle-ci au nom de l’Empire britannique jusqu’en 1974.

Pendant toute la durée de l’administration néo-zélandaise, Niue reste un territoire marginal et sous-développé, ce qui peut expliquer l’émigration de nombreux Niuéens en Nouvelle-Zélande. A cela s’ajoute la discrimination raciale de l’autorité coloniale, avec l’interdiction faites aux indigènes de consommer de l’alcool comme le relève Vili Nosa.

Durant la Première Guerre mondiale, sur les quelque 4 000 niuéens que comptait l’île avant-guerre, 149 sont envoyés combattre en France sous les drapeaux du Royaume de Nouvelle-Zélande, parmi lesquels beaucoup sont morts de maladies39,40. En 1917, Felix von Luckner officier de la Kaiserliche Marine allemande ment sur sa nationalité auprès des autorités britanniques et se faisant passer pour un allié, parvint à mouiller et débarquer en divers endroits du Pacifique, dont l’île de Niue le 13 septembre 1917.

Le représentant de la Nouvelle-Zélande à Niue dans les années 1950, Cecil Hector Larsen, a été assassiné par des habitants parce qu’il était autoritaire.

La première assemblée législative des Niuéens a été élue en 1960 et, en 1966, l’autorité du Haut commissaire de l’île est en partie déléguée.

L’autonomie, sous forme de libre association, est accordée le 19 octobre 1974 par le parlement néo-zélandais à la suite d’un référendum. Le référendum à Niue en 1974 offrait trois options : l’indépendance, l’autonomie ou la poursuite en tant que territoire néo-zélandais. La majorité choisit l’autonomie et la Constitution écrite de Niue est promulguée comme loi suprême. Robert Rex, métis natif de l’île, est nommé Premier ministre du pays, un poste qu’il a occupé jusqu’à sa mort, 18 ans plus tard. Rex est devenu le premier Niuéen à recevoir le titre de chevalier commandeur de l’ordre de l’Empire britannique en 1984.

En janvier 2004, le cyclone Heta tue deux personnes et cause d’importants dégâts à toute l’île, notamment au sud d’Alofi. Un nombre élevé  d’immeubles d’Alofi sont détruits, y compris l’hôpital. Les bâtiments du gouvernement ont été déplacés depuis vers un lieu moins exposé, à l’intérieur des terres.

La Nouvelle-Zélande assure de fait la sécurité extérieure du pays et le financement de son budget, compte tenu de la quasi-absence de ressources sur l’île, autre que la noix de coco et la pêche et les ressources envoyées au pays par les Niuéens expatriés. L’activité financière off-shore est une des rares ressources de Niue.

Niue est doté d’un régime parlementaire monocamérale de type Westminster. Le pouvoir exécutif est détenu de jure par la reine de la Nouvelle-Zélande, Élisabeth II — qui occupe le trône du Royaume depuis le 6 février 1952 —, et son représentant, le gouverneur général de Nouvelle-Zélande. Le gouvernement néo-zélandais est représenté à Niue par un haut-commissaire. Toutefois, la Constitution confie le soin de gouverner l’île à un gouvernement local composé d’un Premier ministre et de trois autres ministres. Ceux-ci sont issus du Parlement de Niue, organe du pouvoir législatif, dont les membres sont élus par les citoyens niuéens tous les trois ans. À la suite de l’élection législative niuéenne de 2020, l’actuel chef du gouvernement est Dalton Tagelagi.

Le pouvoir judiciaire est séparé des deux autres et repose sur un système de common law, issu du droit anglais. Le comité judiciaire du Conseil privé du Royaume-Uni demeure la plus haute instance judiciaire de Niue.

Paradoxalement, Niue est une des plus grandes îles coralliennes au monde. C’est aussi un atoll surélevé. Le terrain est constitué d’un plateau central d’une altitude moyenne de 60 mètres diminuant au centre entouré de falaises de calcaire de 25 mètres délimitant une bande côtière d’environ 500 mètres, appelée terrasse d’Alofi, d’une altitude moyenne de 20 à 25 mètres. L’île est également entourée d’une barrière de corail.

Cette configuration est le résultat de l’émergence d’un volcan sous-marin, il y a trois millions d’années, qui s’est ensuite éteint, et dont le sommet s’est recouvert d’un récif corallien pour former un atoll, il y a 1,2 million d’années. Puis, par les montées et descentes successives du niveau de la mer (au gré des différents épisodes de glaciation), d’autres dépôts coralliens se sont formés plus ou moins loin du sommet, créant le palier actuellement observé11. L’attitude actuelle du sommet de l’île est de 68 m.

La structure géologique de Niue l’empêchera de perdre des terres face à l’élévation du niveau de la mer, mais ses fournitures d’eau douce souterraines sont très vulnérables.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.