Mobutu Sese Seko, homme d’état.

Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga, couramment abrégé en Mobutu Sese Seko, né Joseph-Désiré Mobutu le 14 octobre 1930 à Lisala (Congo belge) et mort le 7 septembre 1997 à Rabat (Maroc), est un homme d’État, militaire et dictateur kino-zaïrois, ayant gouverné la République démocratique du Congo de 1965 à 1997.

Il devient président en 1965 par un coup d’État et met fin à la crise congolaise. Tentant de purger le pays de l’influence coloniale, il le rebaptise Zaïre en 1971 dans le cadre d’une politique de « zaïrianisation » et change son nom en Mobutu Sese Seko un an plus tard. Il impose une dictature à parti unique gouvernée par son Mouvement populaire de la Révolution (MPR) ainsi qu’un culte de la personnalité. Sous son régime, le pays éprouve une violation généralisée des droits de l’homme ainsi que l’hyperinflation. Simultanément, il obtient une réputation de kleptocrate pour sa corruption, ses extravagances, ainsi que sa fortune personnelle. En politique extérieure, il soutient les rebelles de l’UNITA et du FNLA dans la guerre civile angolaise, et son régime reçoit le soutien des pays occidentaux qui le perçoivent comme un adversaire du communisme en Afrique francophone. Il reçoit également du soutien et de l’aide financière de la Chine pour son opposition à l’Union soviétique.

Après la fin de la guerre froide, son régime s’affaiblit en raison de la fin de l’aide financière occidentale. À l’issue du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, le nouveau gouvernement rwandais soutient une invasion rebelle du Zaïre par l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) en novembre 1996 lors de la première guerre du Congo et renverse son régime en mai 1997. Il s’enfuit alors en exil et meurt d’un cancer de la prostate trois mois plus tard au Maroc.


Joseph-Désiré Mobutu est né à Lisala en 1930. Son père, Albéric Gbemani, cuisinier pour un magistrat colonial de Lisala, meurt alors que le jeune Joseph-Désiré n’a que 8 ans. Élevé par son grand-père et un oncle, il poursuivit ses études dans une école catholique. Alors âgé de 20 ans, il s’enrôle dans la Force publique à Luluabourg. Il y obtient le brevet de secrétaire-comptable, avant d’être affecté à l’état-major de Léopoldville, en 1953.

À 25 ans, il se marie avec Marie-Antoinette Gbiatibwa Yetene, âgée de 14 ans et avec laquelle il aura huit enfants.

Après son passage dans l’armée, dont il sort sous-officier, il devient journaliste pour le quotidien libéral de Léopoldville L’Avenir. En 1957, grâce à l’un de ses mentors, le journaliste Antoine-Roger Bolamba, il rencontre Patrice Lumumba. Il voyage pour la première fois en Europe lors d’un congrès de presse à Bruxelles, où il reste quelque temps pour suivre une formation d’assistant social.

Au même moment, les représentants du Mouvement national congolais (MNC), menés par Patrice Lumumba, négocient l’indépendance de la colonie. Lorsqu’ils arrivent à Bruxelles pour la tenue d’une table ronde, Mobutu se joint à eux avec Antoine Kiwewa et devient membre du MNC ; en janvier-février 1960. C’est à cette occasion qu’il est repéré par Larry Devlin (en) officier de la CIA et futur chef d’antenne de la CIA au Congo avec lequel il établit de bonnes relations.

En juillet 1960, il devient secrétaire d’État du gouvernement indépendant de Patrice Lumumba. Il profite du désaccord entre les différents hommes politiques et du fait d’être l’un des seuls lumumbistes à avoir une  quelconque expérience militaire pour évoluer très rapidement dans la hiérarchie militaire. C’est ainsi en tant que chef d’état-major adjoint, et sous l’influence de l’ambassadeur de Belgique, qu’il fait arrêter et assigner à résidence Lumumba en 1960. Ce premier coup d’État le 14 septembre 1960 comptera beaucoup dans les relations entre les Belges et Mobutu. Il met en place un gouvernement temporaire, le Collège des commissaires généraux. Devant les caméras, Mobutu accuse ensuite Lumumba de sympathie pro-communiste pour s’attirer le soutien des États-Unis. Lumumba tente de s’enfuir à Stanleyville, mais est rattrapé en chemin par les soldats. Mobutu le fait mettre en prison, où il est maltraité et torturé. Il est ensuite envoyé à la République du Katanga de Moïse Tshombe, où il est assassiné le 17 janvier 1961, son corps « disparu en brousse » selon les documents officiels. Sous la direction de Pierre Mulele, des rebelles partisans de Lumumba partent en guerre contre Mobutu. Ils occupent rapidement deux-tiers du Congo, mais avec l’aide des États-Unis, Mobutu parvient à reconquérir l’ensemble du territoire. Cette « victoire », qui n’aurait pas été possible sans l’aide occidentale, est habilement mise à profit en interne par un Mobutu se parant de la vertu de pacificateur, d’unificateur du territoire. Il pose ainsi son pouvoir sur deux piliers : à l’extérieur, le contexte de la guerre froide et à l’intérieur, la stabilité. Un autre moyen d’affermir son pouvoir est la prise de contrôle du pouvoir politique, dont le corollaire est la répression d’une partie des citoyens congolais.

Après avoir réorganisé l’armée, il mène le 24 novembre 1965 un coup d’État contre Joseph Kasa-Vubu, premier président de l’ancien Congo belge. Il est soutenu par la Central Intelligence Agency (CIA) lors de son coup d’État6. Suivant une crise politique aiguë entre le président Kasa-Vubu et le gouvernement de Tshombe, ce coup d’État est acclamé et accepté de tous, Kasa-Vubu l’en remercie, Tshombe en est « absolument ravi », les syndicats CSLC, UTC et FGTK soutiennent le nouveau pouvoir de même que les organisations estudiantines UGEC et AGL. La population tant congolaise qu’étrangère applaudit le coup. À l’étranger, la Belgique et les États-Unis sont les premiers à reconnaitre le nouveau président. La Chine et l’URSS, mais aussi la France, montrent des réticences.

Le 2 juin 1966, la population a pu mesurer toute la détermination de Mobutu, qui fit pendre sur la place publique quatre anciens ministres accusés à tort de complot : Alexandre Mahamba, Jérôme Anany, Emmanuel Bamba ainsi que l’ancien Premier ministre Évariste Kimba. Il demande l’extradition de Moïse Tshombé, arrêté à Alger en 1969, afin de le faire exécuter, mais celle-ci est refusée. L’ancien président Joseph Kasa-Vubu est quant à lui placé en résidence surveillée jusqu’à la fin de ses jours, tandis qu’Antoine Gizenga s’est exilé. Après la mort de Pierre Mulele, chef de la rébellion Simba, en octobre 1968, Mobutu est débarrassé de tous ses rivaux.

Sese-Seko, carte maximum, Zaïre.

En 1969, il fait écraser une révolte estudiantine. Les cadavres des étudiants abattus sont jetés dans des fosses communes et 12 étudiants sont condamnés à mort. L’université est fermée pendant un an et ses 2000 étudiants enrôlés dans l’armée où, selon la télévision nationale, « ils apprennent à obéir et à fermer leur gueule. »

Il instaure un régime autoritaire à parti unique, « le Mouvement populaire de la Révolution » dont il devient maréchal-président en 1982. Un de ses souhaits est que le pays retrouve sa culture profonde, c’est alors la Zaïrianisation (décolonisation culturelle). En 1971, « l’année des 3 Z », il renomme à la fois le pays, le fleuve et la monnaie sous le nom de Zaïre. La même année, il impose un costume traditionnel, crée une version zaïroise du costume occidental : « l’abacost » (à bas le costume) et il oblige les Zaïrois à choisir des prénoms d’origine africaine et locale (donc non chrétiens), ce qu’il fait lui-même en devenant Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga, ce qui signifie, en langue lingala, « Mobutu le guerrier qui va de victoire en victoire sans que personne ne puisse l’arrêter ».

Ayant basé le développement du Zaïre sur le modèle d’une économie rentière, Mobutu ne peut qu’en constater les inconvénients lorsque se produit une subite chute des cours du cuivre. L’endettement ne cesse de croître (887 millions de dollars de dette en 1975) et le déficit budgétaire s’élève à 32 % du budget de l’État en 1977. Les finances publiques ayant soudainement fondu, Mobutu lance le Zaïre dans une politique de « zaïrianisation » de l’économie, sous forme de nationalisations abruptes. Les chefs d’entreprises étrangères doivent remettre sans délai les sites concernés aux membres de l’armée zaïroise venus faire appliquer le décret de zaïrianisation. Toutefois, ces entreprises devinrent un bon moyen d’acheter la fidélité de leurs nouveaux dirigeants à un régime à bout de souffle. En effet, les bénéficiaires de la zaïrianisation, tous proches du régime, considérèrent ces entreprises comme leur propriété personnelle sans se préoccuper de leur gestion. La corruption devint de plus en plus endémique (on parle pour le régime mobutiste de « kleptocratie », littéralement « gouvernement par le vol »), la situation économique et sociale de l’écrasante majorité des Zaïrois se dégrada de façon dramatique. Neuf plans de stabilité et programmes d’ajustement structurels mis en place avec le Fonds monétaire international (FMI) n’aident en rien l’économie à se relever, en dépit d’une aide annuelle de 331 millions de dollars, qui est en partie détournée.

L’économiste allemand Erwin Blumenthal est nommé à la tête de la Banque nationale du Zaïre en 1978 ; il démissionne un an plus tard, et écrira : « on ne peut pas plus empêcher Mobutu de piller qu’un chat d’attraper les souris ». L’argent détourné sert aussi à acheter le soutien de dignitaires  occidentaux, hommes d’affaires ou hommes politiques. D’après la journaliste d’investigation britannique Michela Wrong, le président français Giscard d’Estaing était au nombre des bénéficiaires, recevant de somptueux cadeaux : des diamants pour son épouse et des remboursement de prêts pour des sociétés où la famille Giscard possède des intérets.

Fin 1989, c’est la fin de la guerre froide avec la chute du mur de Berlin, qui va favoriser la fin du régime18. Privé de ses soutiens extérieurs au titre de « rempart contre le communisme », Mobutu se retrouve seul face à son pays et surtout face à l’opposition intérieure. Il publie Dignité pour l’Afrique ?, un livre à base d’entretiens avec Jean-Louis Remilleux, grand reporter du Figaro, dans le cadre d’une fort onéreuse campagne de communication.

En 1990, comme dans de nombreux autres pays d’Afrique centrale, le mécontentement populaire est grandissant. En avril de la même année, Mobutu autorise toutefois le multipartisme, même si l’opposition pourrait dès lors le pousser au départ. La Conférence nationale souveraine (CNS), réunissant les délégués de toutes les couches de la population, toutes les régions et la diaspora du Zaïre (Congo-Kinshasa), devient un véritable tribunal dénonçant les dérives flagrantes du système mobutiste. Les interventions d’Étienne Tshisekedi et d’autres opposants politiques marquent un tournant essentiel puisqu’elles ne sont pas suivies de répression. Aux yeux des Zaïrois, le « seul Maréchal du Zaïre » n’avait ainsi plus le pouvoir d’opprimer son peuple pour assurer son pouvoir. L’état désastreux des finances publiques du pays causé par l’impéritie des politiques économiques mobutistes fait perdre petit à petit au système les moyens de s’alimenter financièrement. Vilipendé à Kinshasa, Mobutu se retire dans son somptueux palais, au cœur de la jungle tropicale à Kawele à proximité de son village natal. Sa solitude devient dès lors évidente, aussi bien au Zaïre qu’à l’étranger. La maladie va renforcer sa faiblesse, incitant ses opposants et ses ennemis extérieurs à intensifier leurs actions. À la suite d’affrontements entre différentes unités militaires zaïroises dans la capitale, puis de l’assassinat de l’ambassadeur français, Philippe Bernard, les conseillers militaires français, belges, israéliens et chinois quittent le pays à partir de septembre 1991.

En 1994, malgré le partage du pouvoir avec le président du Parlement, le pays s’enfonce de nouveau dans la crise. Celle-ci s’aggrave avec l’arrivée de réfugiés rwandais fuyant d’abord la répression du génocide au Rwanda, puis à partir de 1996 la progression de l’Alliance de forces démocratiques pour la libération du Congo, bras armé congolais du Front patriotique rwandais et de l’Ouganda, emmenés par Laurent-Désiré Kabila. Ceux-ci entrent à Kinshasa le 17 mai 1997, entraînant la chute définitive et la fuite de Mobutu Sese Seko, malgré une dernière tentative de négociation pour le partage du pouvoir parrainée par Nelson Mandela sur le navire Outenika.

Mobutu se réfugie dans un premier temps au Togo mais le président togolais Gnassingbé Eyadéma insiste pour que Mobutu quitte le pays. Après avoir été soigné pendant de longs mois en Suisse et en France, Mobutu Sese Seko meurt d’un cancer de la prostate le 7 septembre 1997 à l’hôpital militaire Mohammed V de Rabat et il est inhumé au cimetière européen de la ville, quatre mois après l’accession au pouvoir de Laurent-Désiré Kabila. Il laisse un pays économiquement exsangue, en conflit avec de nombreux pays voisins pour ses richesses et son espace et en pleine guerre civile.

En 1993, les avoirs personnels à l’étranger de Mobutu sont estimés à environ 7 milliards de dollars (soit 70 % de la dette extérieure du Zaïre) par la cellule africaine de l’Élysée. En 1997, à sa mort, sa fortune personnelle est estimée par l’UNODC et Transparency International, entre 5 et 6 milliards de dollars (alors que la dette publique du pays est de 12,5 milliards). Mobutu détenait notamment des propriétés en France, Belgique, Suisse, Italie, Espagne et au Portugal, dont plusieurs châteaux (dont le château Fond’Roy à Uccle en région bruxelloise de 1973 à sa mort). En Afrique, il aurait effectué des investissements au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Tchad et en Afrique du Sud.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.