Mirosław Hermaszewski, cosmonaute.

Mirosław Hermaszewski ; 15 septembre 1941 – 12 décembre 2022) était un  cosmonaute polonais, pilote d’avion de chasse et officier de l’armée de l’air polonaise. Il est devenu le premier, et au moment de sa mort en décembre 2022, le seul ressortissant polonais dans l’espace lorsqu’il a volé à bord du vaisseau spatial soviétique Soyouz 30 en 1978. Il était le 89e humain à atteindre l’espace extra-atmosphérique.


Mirosław Hermaszewski est né le 15 septembre 1941 dans une famille polonaise à Lipniki, anciennement dans la voïvodie de Wołyń en Pologne, mais à l’époque faisant partie du Reichskommissariat Ukraine, et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale située en Ukraine. Cadet des sept enfants de Roman Hermaszewski et Kamila Bielawska, Mirosław était un survivant du massacre de Volhynie au cours duquel des nationalistes ukrainiens ont assassiné 19 membres de sa famille, dont son père. Hermaszewski échappa lui-même de peu à la mort lorsque l’ armée insurrectionnelle ukrainienne attaqua Lipniki dans la nuit du 26 au 27 mars 1943. Au moment du massacre, Hermaszewski n’avait que 18 mois; la plus jeune victime de sa famille avait 1 an et demi, tandis que la plus âgée – le grand-père d’Hermaszewski – avait 90 ans.

Bien qu’il ait depuis souligné la nécessité de s’écarter des sentiments nationalistes et d’accepter la responsabilité du génocide, Hermaszewski a également condamné la discrimination de la nation ukrainienne dans son ensemble sur la base des actions de l’armée insurrectionnelle ukrainienne et des villageois ukrainiens qui les ont aidés dans les meurtres.

Hermaszewski a souligné qu’après que sa mère se soit échappée de justesse de Lipniki, ce sont des femmes ukrainiennes d’un village voisin qui la connaissaient qui l’avaient hébergée et soignée lors du nettoyage ethnique des Polonais et des Juifs de la région. Il a également rappelé comment sa mère lui avait parlé de nombreux Ukrainiens qui avaient accueilli des Polonais et pris soin d’eux pendant cette période.

Après l’incorporation de l’ancien territoire polonais dans la RSS d’Ukraine à la fin de la guerre, ceux de la famille d’Hermaszewski qui ont survécu ont été déportés de force à Wołów près de Wrocław , où il a terminé ses études primaires et secondaires. Dès son plus jeune âge, il s’est intéressé à l’aviation, étant un habile modéliste autodidacte. En 1960, il a suivi un cours de pilotage de vol à voile à l’Aeroklub de Wrocław. Il a volé aux aéroports d’ Oleśnica , Jeżów Sudecki , sur la montagne Żar et à Lisie Kąty.

Hermaszewski a terminé son cours de pilotage d’avion à Grudziądz en 1961 et, à l’automne de la même année, a commencé à étudier pour devenir pilote d’avion de chasse à “l’École des Aiglons” de Dęblin . Là, il a maîtrisé l’ avion d’entraînement TS-8 Bies et a ensuite obtenu la permission de piloter le chasseur à réaction MiG-15 . Après avoir été diplômé de l’académie en mars 1964 en tête de sa promotion, il est affecté au régiment de défense aérienne de Poznań avec le grade de podporucznik et poursuit ses études à l’Académie d’état-major général de Varsovie ; il a appris à piloter le MiG-21 . [11]Dans les années qui ont suivi, il a continué à s’entraîner tout en servant l’ armée de l’air polonaise en tant que commandant d’escadrons et de régiments à Słupsk , Gdynia et Wrocław.  En 1971, il est diplômé de l’Académie militaire Karol Świerczewski.

Au cours de sa carrière militaire, Hermaszewski a piloté des planeurs et des avions d’entraînement tels que le TS-8 Bies susmentionné, le CSS-13 , le TS-11 Iskra et le PZL-130 Orlik , divers avions à moteur à pistons comme le Yak-18 , ainsi qu’une pléthore de jets – comme le MiG-15, MiG-17 , dérivés polonais de ce dernier, plusieurs versions du MiG-21 , le F-16 , F-18 , Mirage 2000-5 , le Su -27 , MiG-29 et autres.

En 1976, il est choisi parmi un groupe de 500 pilotes militaires polonais pour participer au programme spatial Interkosmos. Le groupe de candidats, qui n’étaient initialement pas informés de ce pour quoi ils étaient sélectionnés et testés psychologiquement, a été réduit à 120, puis à seulement cinq, et finalement à partir d’une sélection d’élite de seulement quelques pilotes, Hermaszewski a finalement été choisi avec Zenon Jankowski comme remplaçant pour participer à la mission Soyouz 30 . Pendant près de deux ans, ils ont suivi une formation approfondie pour l’expertise théorique, l’endurance physique et la résistance au stress mental (parmi divers autres facteurs) au centre d’entraînement des cosmonautes Yuri Gagarin à Star City., près de Moscou.  Outre la formation en apesanteur , des essais psychologiques ont également eu lieu, les candidats devant à un moment donné passer 998 tests en une journée.

Fin juin 1978, avec le cosmonaute soviétique Pyotr Klimuk de Biélorussie, Hermaszewski s’est envolé du cosmodrome de Baïkonour pour passer huit jours à bord de la station spatiale Salyut 6 (de 17h27 le 27 juin à 16h31 le 5 juillet 1978). Ce dernier a rempli le rôle d’ingénieur de pont, tandis que le premier (ayant effectué deux missions spatiales jusqu’à présent) a servi de commandant.

Pendant leur séjour en orbite, Klimuk et Hermaszewski ont réalisé diverses expériences géoscientifiques et photographié la Terre – en l’orbitent 126 fois. Pendant la durée de leur séjour à la station spatiale , Hermaszewski et Klimuk – parfois avec l’aide de Vladimir Kovalyonok et Aleksandr Ivanchenkov, les deux autres cosmonautes qui avaient déjà stationné à Salyut 6 avant l’arrivée de la mission Soyouz 30 — a réalisé un total de onze expériences différentes dans l’espace qui avaient été planifiées au niveau international dans le cadre du programme.

Ils ont atterri dans les steppes du Kazakhstan , à 300 km à l’ouest de Tselinograd . Après le vol spatial, Hermaszewski a obtenu le statut de héros dans les pays du bloc de l’Est (en particulier la République populaire de Pologne) et a reçu plusieurs hautes distinctions, dont le titre de héros de l’Union soviétique, rarement décerné aux étrangers, pour sa participation à la mission.  Une campagne massive d’information et de propagande autour de la mission Soyouz 30 et de ses participants a été lancée par le gouvernement polonais en coordination avec l’ URSS et d’autres États alliés du Pacte de Varsovie. En 1985, il cofonde l’Association des Explorateurs de l’Espace. Hermaszewski est ensuite devenu président de la Société polonaise d’astronautique (poste qu’il a occupé de 1986 à 1990).

Lorsque la loi martiale en Pologne a été introduite le 13 décembre 1981, Hermaszewski a été nommé membre du Conseil militaire de salut national (WRON) sans son consentement ni à sa connaissance. Il étudiait à Moscou à l’époque et a d’abord reçu l’ordre de retourner à Varsovie lorsque la loi martiale a été déclarée, mais après deux semaines, il a été libéré pour poursuivre ses études. En 1982, il a atteint le grade militaire pułkownik.  Plus d’un an après la fin de la loi martiale en République populaire de Pologne , en novembre 1984, Hermaszewski est nommé commandant de l’ école des pilotes de chasse de Dęblin. En 1987, il prend la tête de cette institution et son passage en tant que directeur est depuis lors évalué très positivement, ses supérieurs constatant des progrès dans l’intégration de l’équipe, ainsi qu’une augmentation du niveau didactique et pédagogique à l’université.

En 1988, il est promu au grade de général de brigade et continue d’occuper des postes de haut rang pour la formation de nouveaux pilotes de combat.  Entre 1991 et 1992, Hermaszewski a exercé les fonctions du commandant en second de l’Armée de l’Air polonaise et de la Défense Aérienne.  Il a exécuté son vol final dans un MiG-29 , en octobre de 2005 et après cela s’est retiré; au cours de ses 40 années de service dans l’ armée de l’air polonaise , il a passé 2047 heures dans les airs.

Après avoir pris sa retraite de l’armée, il s’est présenté sans succès aux élections législatives polonaises de 2001 en tant que candidat SLD-UP au Sénat . Il a obtenu 93 783 voix, ce qui s’est traduit par 32,46 % des voix dans sa région électorale. Aux élections locales polonaises de 2002, de nouveau en tant que candidat du parti social-démocrate SLD-UP, il a été élu à l’ Assemblée régionale de Mazovie avec 10 463 voix. Il est ensuite devenu membre du parti SLD et s’est présenté à nouveau aux élections législatives polonaises en 2005, avec 5 223 voix mais aucun mandat. En 2009, Universitas publie son récit autobiographiqueCiężar nieważkości. Opowieść pilota-kosmonauty (“Le poids de l’apesanteur. Histoire d’un pilote-cosmonaute”) à un accueil positif de la part des lecteurs, conduisant à des réimpressions et à la publication de plusieurs versions étendues dans la décennie qui a suivi.

Hermaszewski était sur le point de s’essayer à nouveau à la politique en tant que candidat au Parlement européen, toujours du parti SLD, lors des élections de 2014 . Finalement, il a décidé de ne pas participer, car son gendre était également candidat mais via un parti politique adverse. En 2018, le parti conservateur Droit et Justice au pouvoir en Pologne – reflétant des efforts similaires de 2007 – a tenté de voter une loi qui rétrograderait collectivement tous les anciens membres du WRON susmentionné du début des années 1980 au rang le plus bas de privé, y compris Hermaszewski. Le soi-disant «acte de dégradation» a suscité la controverse dans les médias polonais et étrangers, principalement en raison du cas d’Hermaszewski, qui a été initialement inclus en tant que membre du WRON sans son consentement ni à son insu. En fin de compte, la loi proposée a été opposée par le président Andrzej Duda, qui a utilisé le cas d’Hermaszewski comme l’une des raisons pour lesquelles “l’acte de dégradation” doit être réécrit.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.