Miles Davis, compositeur et trompettiste de jazz.

Miles Dewey Davis III, généralement dit Miles Davis né le 26 mai 1926 à Alton (Illinois), et mort le 28 septembre 1991 à Santa Monica (Californie), est un compositeur et trompettiste de jazz américain.

Miles Davis commence à jouer de la trompette à l’âge de treize ans. Il fut à la pointe de beaucoup d’évolutions dans le jazz et s’est particulièrement distingué par sa capacité à découvrir et à s’entourer de nouveaux talents. Son jeu se caractérise par une grande sensibilité musicale et par la fragilité qu’il arrive à donner au son. Il marque l’histoire du jazz et de la musique du XXe siècle. Beaucoup de grands noms du jazz des années 1940 à 1980 travaillent avec lui.

Les différentes formations de Miles Davis sont comme des laboratoires au sein desquels se sont révélés les talents de nouvelles générations et les nouveaux horizons de la musique moderne ; notamment Sonny Rollins, Julian « Cannonball » Adderley, Bill Evans et John Coltrane durant les années 1950. De 1960 aux années 1980 ses sidemen se nomment Herbie Hancock, Wayne Shorter, George Coleman, Chick Corea, John McLaughlin, Keith Jarrett, Tony Williams, Joe Zawinul, Dave Liebman et Kenny Garrett ; c’est avec eux qu’il s’oriente vers le jazz fusion, dont il reste l’un des pionniers. La

découverte de la musique de Jimi Hendrix est déterminante dans cette évolution, mais surtout le choc du festival de Newport, en 1969, où l’on assiste à l’origine exclusivement à des concerts de jazz, mais qui, cette année-là, programme du rock. Nombre de musiciens qui passent par ses formations de 1963 à 1969 forment ensuite les groupes emblématiques du jazz fusion, notamment Weather Report, animé par Wayne Shorter et Joe Zawinul, Mahavishnu Orchestra de John McLaughlin, Return to Forever de Chick Corea, ainsi que les différents groupes de Herbie Hancock.

Miles Davis, carte maximum, Paris, 12/06/2012.

Miles Davis est un des rares jazzmen et l’un des premiers musiciens noirs à être connus et acceptés par l’Amérique moyenne, remportant même le « trophée de l’homme le mieux habillé de l’année » du mensuel GQ pendant les années 1960. Comme Louis Armstrong, Miles Davis est ce phénomène curieux : une superstar du jazz. À la différence de son glorieux aîné qui avait recherché l’intégration à la culture grand public dominée par la population blanche, le parcours musical de Miles Davis s’accompagne d’une prise de position politique en faveur de la cause noire et de sa lutte contre le racisme. En 1985, il participe à l’album Sun City contre l’apartheid à l’initiative de Steven Van Zandt.

En France, c’est l’enregistrement de la musique du film Ascenseur pour l’échafaud (1957) de Louis Malle qui le rend célèbre. Son dernier album, Doo-bop, publié en 1992 après sa mort, laisse éclater des influences rap.


En juin 1944, à 18 ans, après être revenu déçu de son bref engagement au sein d’un groupe de La Nouvelle-Orléans, les Six Brown Cats d’Adam Lambert, pour lesquels il a quitté les Blue Devils (les autres orchestres de la région ne pouvant pas s’offrir les quatre-vingts dollars par semaine qu’il exigeait), Miles Davis hésite entre rejoindre la Faculté de chirurgie dentaire, ou suivre Clark Terry dans l’orchestre de l’U.S. Navy. C’est à cette époque que le big band de Billy Eckstine vient jouer dans un club de St Louis. Ce groupe pas comme les autres cherche à adapter au format big band la révolution bebop qui secoue le milieu du Jazz depuis le début des années 1940. Il réunit les deux créateurs et plus célèbres musiciens du genre, le trompettiste Dizzy Gillespie et le saxophoniste Charlie Parker. Au début du concert, coup de chance : Gillespie vient trouver Davis dans la salle pour lui demander de les rejoindre sur scène pour remplacer un trompettiste défaillant. Émerveillé par cette rencontre musicale, Miles prend une décision essentielle : il rejoindra le groupe à New York.

Grâce à l’aide financière de son père (qui l’a toujours énormément encouragé et soutenu, à la fois moralement et matériellement), il s’inscrit à la rentrée 1944 à la célèbre école de musique Juilliard de New York, dont l’enseignement l’ennuie assez rapidement. Mais son véritable but est ailleurs : il commence à fréquenter assidûment le Minton’s dans la 118e rue, berceau légendaire du Bebop, à la recherche de Parker et Gillespie. C’est à cette époque qu’il rencontre les trompettistes Freddie Webster et Fats Navarro, qui deviennent ses amis et complices musicaux. Ayant finalement mis la main sur Gillespie et Parker (qui, fauché comme toujours, s’installera quelque temps chez Miles), il s’initie aux subtilités du Bebop, style musical particulièrement complexe et ardu. De plus, Parker, alias Bird, le présente aux autres légendes du style, dont le pianiste Thelonious Monk.

Parallèlement à ses études à la Juilliard School, où il apprend le piano et s’initie aux compositeurs contemporains comme Prokofiev, Miles devient un habitué des jam-sessions de la nuit new-yorkaise. Il accompagne notamment la grande chanteuse Billie Holiday au sein de l’orchestre du saxophoniste Coleman Hawkins. À propos de cette époque, il confiera plus tard : « Je pouvais en apprendre plus en une nuit au Minton’s qu’en deux ans d’études à la Juilliard School ».

Les choses commencent à bouger pour le jeune trompettiste : il obtient son premier engagement officiel début 1945, aux côtés du saxophoniste ténor Eddie « Lockjaw » Davis. Le 24 avril, il réalise son premier enregistrement en studio, gravant quatre premiers morceaux avec un quintet accompagnant le chanteur Rubberlegs (« jambes de caoutchouc ») Williams sous la direction du saxophoniste Herbie Fields. Ces morceaux de blues fantaisistes, centrés sur le chant, ne lui donnent guère l’occasion de montrer son talent, mais c’est un début.

En octobre, il intègre enfin le quintet de Charlie Parker, en tant que remplaçant de Dizzy Gillespie, qui a quitté le groupe. Le 26 novembre, le groupe enregistre, Gillespie étant de retour… au piano. Le 28 mars 1946, Miles enregistre à nouveau, avec un Parker au sommet de son succès, les classiques Moose The Mooche, Yardbird Suite, Ornithology et A Night in Tunisia. La sonorité douce et le calme de son jeu, s’opposant à la véhémence de Charlie Parker, s’éloignent également beaucoup du style Gillespie, qu’il a d’abord tenté d’imiter avant de renoncer. Cette différence lui attire quelques critiques négatives, mais Davis impose rapidement son style propre. Le magazine Esquire le proclame « Nouvelle Star de la Trompette Jazz ». Le 8 mai, Miles compose et enregistre sa première composition personnelle, Donna Lee, qui attire l’attention du célèbre arrangeur Gil Evans. Il restera trois ans dans le groupe de Parker, apprenant beaucoup et gravant plusieurs morceaux légendaires, mais faisant également connaissance avec les mauvaises habitudes du saxophoniste et de son entourage, au premier rang desquels la drogue, principalement l’héroïne, qui fait des ravages chez les « boppers ». Miles parvient dans un premier temps à ne pas tomber dans la toxicomanie, mais supporte de plus en plus mal le comportement erratique qu’elle induit chez ses collègues.

À l’automne 1946, Charlie Parker, à bout de forces, est hospitalisé pour sept mois à Camarillo. Sans groupe, Miles Davis joue notamment avec Charles Mingus, avant de rejoindre à nouveau l’orchestre de Billy Eckstine pour une tournée. Au printemps 1947, le groupe est dissout, et Miles est sans travail ; après des années de résistance il plonge dans la cocaïne et l’héroïne. Pendant quelques semaines, il joue au sein du big band de Dizzy Gillespie, puis rejoint un Charlie Parker remis sur pied. Célébré par les lecteurs de magazines jazz prestigieux dans leurs référendums annuels, participant à des enregistrements légendaires avec les musiciens les plus réputés du Bebop, Davis est pourtant en 1948 un homme frustré, impatient de créer une musique qui lui soit propre.

À l’été 1948, Miles Davis, en collaboration avec l’arrangeur Gil Evans, rencontré plusieurs années auparavant, décide de mettre son projet à exécution en se détachant des principes du bebop pour participer à une nouvelle forme de jazz. Installé à New York, il fonde un nouveau groupe, intermédiaire entre le big band et les petites formations bebop, un nonette, où chaque section devra, dans l’esprit de ses créateurs, imiter l’un des registres de la voix humaine : la section rythmique comprend contrebasse, batterie et piano, tenu par l’ancien batteur de Charlie Parker, Max Roach. Pour les instruments à vent, on trouve en plus de la trompette de Davis et du saxophone de Gerry Mulligan, un trombone, un cor d’harmonie, un saxophone baryton et un tuba. Le 18 septembre 1948, le nonette se produit pour la première fois en public, assurant la première partie du spectacle de Count Basie au Royal Roost de New York, sous le titre Nonet de Miles Davis, arrangement de Gerry Mulligan, Gil Evans et John Lewis. Une dénomination inhabituelle qui trahit la volonté de créer une musique reposant largement sur les arrangements. Jouant une musique dont l’orchestration riche, les arrangements soignés et la relative lenteur rompent radicalement avec l’urgence du bebop, le groupe est notamment remarqué par le directeur artistique des disques Capitol Records, Pete Rugolo, qui se montre très intéressé.

Après un contretemps dû à la grève des enregistrements de 1948, pendant laquelle Miles refuse de rejoindre le groupe de Duke Ellington, le nonette entre finalement en studio, début 1949, à New York, pour une série de trois séances qui vont changer la face du jazz. En quinze mois et avec de nombreux musiciens différents, le groupe enregistre une douzaine de morceaux, dont les titres Godchild, Move, Budo, Jeru, Boplicity et Israel. Six d’entre eux sortent en 78 tours, le reste devra attendre les années 1950 et le célèbre album Birth of the Cool, sorti longtemps après les faits, pour voir le jour.

Le cool jazz est né, mais ce n’est pas une révolution immédiate : le nonette rapidement dissous, cette nouvelle musique mettra plusieurs années à s’imposer auprès des musiciens et du public. En 1949, Miles Davis effectue son premier voyage à l’étranger pour participer, le 8 mai, au Festival international de jazz à Paris, salle Pleyel. Il s’installe dans la chambre 76 de l’hôtel La Louisiane où vivent déjà de nombreux jazzmen. Co-dirigeant un groupe avec le pianiste Tadd Dameron, il rencontre l’élite intellectuelle et artistique parisienne de l’époque : Jean-Paul Sartre, Boris Vian, Pablo Picasso et surtout Juliette Gréco. Pour le trompettiste, c’est une véritable révélation. La France est à l’époque un pays beaucoup moins raciste que les États-Unis, surtout dans le milieu qu’il fréquente à Paris. Il a pour la première fois la sensation, comme il le dira dans son autobiographie « d’être traité comme un être humain ». Amoureux de Juliette Gréco, il hésite à l’épouser, ce qui serait tout simplement impensable dans son pays natal (à l’époque, les unions « mixtes » entre Noirs et Blancs sont encore tout simplement illégales dans de nombreux États américains). Ne voulant pas lui imposer une vie aux États-Unis en tant qu’épouse d’un Noir américain, et elle ne voulant pas abandonner sa carrière en France, il renonce et rentre à New York à la fin mai.

De retour aux États-Unis, sa séparation avec Juliette Gréco et sa sortie du milieu artistique parisien lui pèsent et il replonge dans l’héroïne. Il laisse sa femme et ses enfants dans un appartement du Queens et s’installe dans un hôtel de la 48e rue à New York, où il finance ses injections quotidiennes d’héroïne en exerçant comme proxénète sur des femmes. Suite à ses problèmes d’argent, sa maison est saisie par une société de crédit. À cette période, il tourne avec d’autres musiciens, notamment au sein de l’orchestre reformé de Billy Eckstine (dont les membres consomment également des drogues), et se retrouve en prison à Los Angeles, à la suite d’une descente de police.

Les années suivantes, Davis continue à enregistrer avec de nombreux artistes très cotés, tels que Charlie Parker, les chanteuses Sarah Vaughan et Billie Holiday, Jackie McLean, Philly Joe Jones ou Sonny Rollins. Il fait également la connaissance d’un jeune saxophoniste, John Coltrane, avec qui il joue brièvement à l’Audubon Ballroom de Manhattan. Mais, malgré l’intervention énergique de son père, qui le ramène chez lui à East St Louis et va même jusqu’à le faire arrêter par la police, il ne parvient pas à décrocher de la drogue. C’est après la rencontre en 1953 avec la danseuse Frances Taylor, qui va devenir sa seconde épouse, qu’il réussira à se désintoxiquer.

Après une difficile lutte contre son addiction à l’héroïne, dans la ferme de son père, il émerge en février 1954 et réunit un nouveau sextet qui compte notamment le batteur Kenny Clarke et le pianiste Horace Silver. Ensemble, ils posent les bases d’un nouveau style, qui deviendra après le Bebop et le Cool la « troisième vague » du Jazz moderne : le hard bop. Réaction contre le cool jazz qu’il a lui-même lancé, ce nouveau style plus énergique (sans atteindre les sommets du Bebop) est également plus simple harmoniquement que le Bebop. Il est notamment influencé par le rhythm and blues, mais aussi par une nouveauté technologique, le disque 33 tours, qui permet des morceaux beaucoup plus longs et développés. Plusieurs morceaux fondateurs du hard bop verront le jour sur l’album Walkin’ : en particulier Walkin’ le titre éponyme, mais aussi Airegin (anagramme de Nigéria), Oléo et Doxy composés par Rollins sur l’album Bags’ Groove. La même année sort sur ce nouveau format l’album Birth of the Cool, compilation des morceaux enregistrés par le nonet pionnier du cool jazz. Devenant dans l’esprit des auditeurs et des critiques un jalon dans l’histoire du Jazz Moderne, le disque donne un sérieux coup de pouce à la carrière renaissante de Miles. À Noël, il réalise avec Thelonious Monk, Kenny Clarke, Percy Heath et Horace Silver une séance considérée comme essentielle pour le développement de son style propre.

1954 est l’année charnière de Miles Davis qui aura transformé un bon trompettiste en un jazzman de génie, passé maître dans l’art du solo, aux répertoires élargis et ayant son champ des sonorités désormais défini : un son résonnant de la trompette ouverte et un timbre assourdi, introspectif de la sourdine. Au Newport Jazz Festival de 1955, l’interprétation de Miles Davis de ‘Round Midnight, un thème de Thelonious Monk, est saluée par une standing ovation doublée d’un immense succès critique : la carrière du trompettiste, sérieusement mise en péril par ses problèmes de drogue, est définitivement relancée.

En 1955, quelques mois après la mort de Charlie Parker, Miles Davis fonde le groupe considéré depuis comme son « premier grand quintet », avec John Coltrane au saxophone ténor, Red Garland au piano, Paul Chambers à la contrebasse et Philly Joe Jones à la batterie. Avec ce groupe, Miles va explorer ses idées musicales du moment, basées notamment sur l’approche du pianiste Ahmad Jamal, qu’il avait commencé à exprimer au début de l’année avec l’album The Miles Davis Quartet. Le quintet deviendra également le premier symbole du talent de découvreur de Davis : l’ensemble de ses membres sont ou deviendront des leaders appréciés, le plus connu étant John Coltrane, dont la réputation deviendra l’égale de celle de Miles. Il parvient, par une étrange alchimie, à une qualité de l’ensemble supérieure à la somme de ses individualités.

À la fin des années 1950, Miles Davis continue son évolution musicale, se nourrissant de plusieurs engagements parallèles à sa carrière de leader de groupe : une participation fin 1956 au projet de la Jazz and Classical Music Society de Gunther Schuller, visant à réunir jazz et musique classique en un « troisième courant » (Third Stream) et la composition de la bande originale du film Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle en 1957. Le groupe, qui comprend Kenny Clarke et les musiciens français Barney Wilen (saxophone ténor), René Urtreger (piano) et Pierre Michelot (contrebasse) improvise la musique devant un écran projetant des scènes du film en boucle, à partir d’indications très limitées de Miles. Ces morceaux très visuels, ne comptant que très peu d’accords, resteront un jalon essentiel dans la carrière de Davis, le symbole de son nouveau style.

En 1958, Miles Davis enregistre Milestones ; son quintet devient alors sextet avec l’apparition de Cannonball Adderley au saxophone alto. Cet album introduit les premiers éléments de musique modale, en particulier dans le morceau éponyme. Quelques jours plus tard, il participe, sous la direction de Cannonball Adderley, au superbe album Somethin’ Else : c’est une de ses rares séances en tant que sideman. L’album comprend notamment une remarquable version d’Autumn Leaves. Parallèlement, il poursuit sa collaboration avec Gil Evans et crée des albums orchestraux qui connaîtront un important succès critique et commercial : Miles Ahead (1957), Porgy and Bess (1958) et Sketches of Spain (1959-1960).

En 1959, Miles Davis signe son chef-d’œuvre avec Kind of Blue, un album improvisé autour de trames qu’il a composées. On trouve des modifications de formations par rapport au sextette de Milestones. Le pianiste Bill Evans, plus apte à suivre les orientations modales du leader, remplace Red Garland et Jimmy Cobb prend le fauteuil de batteur à Philly Joe Jones. Le pianiste Wynton Kelly est invité sur Freddie Freeloader, le titre bluesy de l’album, nouvelle preuve que rien n’a été laissé au hasard pour la réalisation de cet album. Ce dernier est considéré comme le chef-d’œuvre du jazz modal et l’un des meilleurs — et des plus populaires — disques de jazz jamais enregistrés. Jimmy Cobb disait que ce disque « avait dû être composé au paradis ». Un soir d’août 1959, il se fait tabasser par un policier qui ne voulait pas voir traîner de Noirs devant la salle de concert du Birdland ; il était programmé en tête d’affiche ce soir-là et le policier ne l’a pas cru.

Alors que le rock et le funk se développent, Miles Davis va initier l’essor d’un jazz de style nouveau, fusionnant le son électrique de la fin des années 1960 avec le jazz. Ce nouveau style, déjà ébauché sur les deux derniers albums du quintet, s’affirme de manière fracassante avec les albums In a Silent Way (1969) et surtout Bitches Brew (1970). Miles s’entoure de jeunes musiciens qui seront bientôt les chefs de file du jazz fusion tels le guitariste britannique John McLaughlin et le claviériste d’origine autrichienne Joe Zawinul. La mise en avant des instruments électriques s’accompagne d’une approche encore plus ouverte de l’improvisation. Donnant aux musiciens de simples esquisses de thèmes, il leur offre une plus grande liberté dans l’improvisation. Ces deux albums voient aussi le producteur Teo Macero prendre une place centrale dans le processus de création. Les morceaux ne sont plus enregistrés d’un seul tenant, l’album devient le résultat d’un collage d’extraits des prises de studio. Avec ces deux albums, Miles Davis provoque une vraie révolution dans le monde du jazz et rencontre un vrai succès populaire. Bitches Brew se vend à plus de 500 000 exemplaires, pour atteindre un million en 2003 aux USA. Miles dans sa biographie reconnaîtra le rôle de sa seconde épouse, la chanteuse Betty Mabry, dans l’inspiration de ce disque.

À la suite des séances de Bitches Brew, Miles ajoute à son groupe des sitars et des tablas. Les titres issus de ces séances : Great expectations, Orange Lady, Lonely Fire, ne seront publiés qu’en 1974 dans l’album Big Fun. À partir de 1970, la musique de Miles est de plus en plus marquée par le funk. Pour Miles Davis, le funk, porté par James Brown et Sly & The Family Stone, est la nouvelle musique du peuple noir au contraire du Blues qu’il déclare « vendu aux Blancs ». Le virage électrique est motivé à la fois par des raisons artistiques et commerciales. Pour l’enregistrement de A Tribute to Jack Johnson, Miles pense au batteur Buddy Miles, présent sur l’album Band of Gypsys de Jimi Hendrix, mais il ne viendra pas à la séance ; il est remplacé par Billy Cobham, qui forme avec Michael Henderson la section rythmique du groupe dont le son est dominé par la guitare de John McLaughlin. Malgré une promotion désastreuse de la Columbia Records, le disque, sorti le 24 février 1971, est devenu un classique du jazz-rock. John Scofield dira par la suite de cet album qu’il « avait sans aucun doute un feeling rock, même si c’était aussi du jazz du plus haut niveau ».

Le 29 août 1970, il participe à l’historique Festival de l’île de Wight. Le groupe, un des meilleurs de toute sa période électrique, est constitué de Gary Bartz aux saxophones soprano et alto, Chick Corea et Keith Jarrett aux claviers, Dave Holland à la basse, Jack DeJohnette à la batterie et Airto Moreira aux percussions. À l’invitation de ce dernier, qui connait bien l’île pour y avoir séjourné plusieurs fois, Miles se rend sur l’île de La Réunion, et y joue un concert intimiste improvisé le 21 septembre 1970, dans le village de Manapany. Selon Alain Gerber, c’est de ce séjour sur la petite île française qu’aurait été inspiré sa composition Black Satin, sur le disque On the corner, paru deux années plus tard. Il joue en outre cette même année de nombreuses fois au Fillmore East de New York et au Fillmore West de San Francisco. Du 16 au 19 décembre, Miles enregistre son groupe dans un club de Washington, le Cellar Door, avec Keith Jarrett, Jack DeJohnette, Airto Moreira, Gary Bartz et Michael Henderson. Ce dernier, ancien musicien de studio pour Motown et membre du groupe de Stevie Wonder, n’est pas un jazzman de formation. Son style funky, basé sur des lignes de basse répétitives est déterminant dans l’évolution de la musique de Miles, avec lequel il restera jusqu’en 1975. Ces enregistrements constitueront le cœur de l’album Live Evil, publié le 17 novembre 1971 et sur lequel est présent McLaughlin qui avait rejoint le groupe, le dernier soir, à la demande de Miles. En octobre-novembre 1971, il effectue une tournée en Europe.

En 1972, paraît l’ambitieux On the Corner qui tente, selon la formule de Frédéric Goaty (dans Jazz Magazine[réf. nécessaire]), « de faire groover ensemble Sly Stone et Karlheinz Stockhausen » ! On the Corner et Big Fun eurent du mal à trouver leur public à l’époque. Rejetés par la plupart des critiques de jazz, ils ne parviennent pas non plus à séduire la jeunesse noire. Ils sont aujourd’hui considérés comme d’authentiques chefs-d’œuvre du jazz-funk. Durant cette période, Miles utilise la pédale wah-wah pour distordre le son de sa trompette. Son jeu est plus axé sur l’aspect rythmique. La période dite « électrique » de Miles fait exploser les codes classiques du jazz, à savoir « exposition du thème – soli – réexposition du thème ». Toutefois, il conserve une démarche jazz et ce à deux niveaux : la recherche constante d’une nouvelle approche de la musique (déstructuration – restructuration) et la part belle faite à l’improvisation.

En 1973, son groupe se stabilise autour de la formation suivante : Dave Liebman au saxophone et à la flûte, Reggie Lucas et Pete Cosey aux guitares, Michael Henderson à la basse, Al Foster à la batterie et James Mtume Foreman aux percussions. Reggie Lucas se charge des parties rythmiques alors que Pete Cosey29, dont le jeu est très influencé par celui de Jimi Hendrix, joue la majorité des soli (il joue aussi des percussions). Le septet se produit au Japon en juin, puis le 8 juillet 1973, il joue pour la première fois sur la scène du Montreux Jazz Festival. Miles Davis se produit ensuite en France (Paris et Bordeaux), en Suède, en Allemagne et en Autriche. Les concerts des 20 juin (Tokyo), 8 juillet (Montreux), 27 octobre (Stockholm) et 3 novembre (Vienne) seront filmés professionnellement : ils constituent les derniers témoignages vidéo du groupe de Miles avant sa retraite.

Le 30 mars 1974, Miles joue sur la scène du Carnegie Hall de New York. Le surprenant guitariste hendrixien Dominique Gaumont et le saxophoniste Azar Lawrence sont invités lors de ce concert : l’album s’appellera Dark Magus.

Le 1er février 1975, Miles Davis donne deux concerts à Tōkyō au Japon qui paraîtront sous la forme de deux doubles albums : Agharta (concert de l’après-midi) et Pangaea (concert de la soirée). Sonny Fortune y remplace Dave Liebman. Ces deux disques sont la parfaite conclusion de cette période créatrice très riche. En 1975, Miles Davis quitte la scène pour des motifs de santé.

Miles Davis refait surface en 1981 avec l’album The Man with the Horn. Au cours des années 1980, il enregistre des albums de jazz fusion très funk avec des groupes qui, selon sa bonne habitude, sont formés de jeunes musiciens inconnus qui feront carrière : Marcus Miller, John Scofield, Darryl Jones, Mike Stern, Mino Cinelu, Kenny Garrett, etc. À partir de ce moment, Miles Davis sera aussi un « initiateur », un « passeur » qui permettra à de nombreux amateurs de musique plus « rock » de découvrir la beauté d’un silence, d’une respiration au sein d’une harmonie gorgée d’émotions et d’énergie. Grâce à lui, le jazz, terme qu’il trouvait de plus en plus restrictif, pouvait toucher un public plus large et continuer ainsi à se renouveler.

Le 26 novembre 1981, il épouse l’actrice américaine Cicely Tyson qu’il fréquente depuis 1970. Ils se séparent et divorcent en 1988 après dix-huit ans de vie commune.

Le double album live We Want Miles, publié en 1982, présente le nouveau groupe de scène de Miles Davis. Le premier titre, Jean-Pierre deviendra un véritable classique au fil des ans. Cet album reçoit un grand succès, couronné par un Grammy Award en 1983. L’album Star People, publié l’année suivante, est un album improvisé en studio et dédié au funk et au blues. Miles Davis enregistre ensuite des albums au son plus moderne comme Decoy, en 1984, et You’re Under Arrest l’année suivante, sur lequel il s’attaque au répertoire de Michael Jackson (Human Nature) et Cyndi Lauper (Time After Time). Assisté par Marcus Miller, bassiste poly-instrumentiste, et de Bill Evans, il introduit dans ses orchestrations des synthétiseurs numériques alors en vogue, le séquenceur et l’échantillonnage.

En 1986, Miles Davis quitte Columbia Records pour Warner Bros Records et publie Tutu, un album qui rencontre un succès public très important. Aucune composition du trompettiste ne figure pourtant sur le disque : n’ayant pas obtenu les droits de ses propres compositions avec ce nouveau contrat, Miles Davis refuse d’enregistrer son propre matériel et a recours notamment aux services de Marcus Miller, dont le style imprègne Tutu, mais aussi l’album suivant, Amandla, publié en 1989.

À la fin des années 1980, Davis collabore également avec Prince, mais à ce jour pratiquement aucun enregistrement studio n’a émergé de ces sessions. Lors de visites guidées des studios Paisley Park au début des années 2000, il était indiqué aux visiteurs que le coffre-fort des studios renferme « les légendaires sessions enregistrées avec Miles Davis ». Il existe toutefois un disque et une vidéo non autorisés qui témoignent du concert que Prince organisa le 31 décembre 1987 à Paisley Park où Miles fit une brève apparition. On peut regretter qu’à cette occasion Prince n’ait pas laissé à Miles assez de place pour s’exprimer pleinement.

Dans son dernier album, posthume, Doo-bop, sorti en 1992, Miles Davis collabore avec des musiciens de hip-hop qui apportent la section rythmique et des chanteurs de rap.

Le génie de Miles Davis peut se résumer en trois points : un son original dans un environnement très structuré, une conception évolutive de la musique dans des directions déterminées et une capacité à s’entourer à cette fin de musiciens dont il savait tirer le meilleur.

Le 28 septembre 1991, Miles Davis meurt à l’âge de 65 ans à l’hôpital St John de Santa Monica près de Los Angeles où il était entré pour un bilan médical complet à la suite de toutes sortes d’ennuis de santé. Dans un entrefilet du New Musical Express, on peut lire : « Miles Davis… est en train de mener un combat perdu contre le sida dans un hôpital californien. » L’information concernant la nature de son mal n’a cependant jamais été confirmée. Il est enterré au cimetière de Woodlawn de New York.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.