Miguel de Unamuno, poète, romancier, dramaturge, critique littéraire et philosophe.

Miguel de Unamuno, né le 29 septembre 1864 à Bilbao et mort le 31 décembre 1936 à l’âge de 72 ans à Salamanque, est un poète, romancier, dramaturge, critique littéraire et philosophe espagnol appartenant à la génération de 98.

Miguel de Unamuno figure parmi les plus grands écrivains de l’Espagne de son époque, dont il est particulièrement représentatif : il est décrit comme un homme de passions animé par de multiples contradictions, ce qui en fait un personnage assez typique de l’Espagne de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.


Miguel de Unamuno y Jugo 1est né au numéro 14 de la rue Ronda, dans le quartier des Siete Calles, à Bilbao. Ce fut le troisième enfant et le premier garçon de sa famille, après María Felisa, née en 1862, et María Jesus, morte en 1863. Ils sont nés du mariage du commerçant Félix María de Unamuno Larraza et de sa nièce charnelle María Salomé Crispina Jugo Unamuno, plus jeune de 17 ans.

 

Plus tard naitront ainsi Félix Gabriel José, Susana Presentación Felisa et María Mercedes Higinia. Du côté de son père, le philosophe était cousin du scientifique naturaliste et anthropologue Telesforo Aranzadi Unamuno (1860-1945), avec lequel il préparait des différents concours.

Son père, né en 1823, fils confiseur de Vergara a émigré enfant dans la ville mexicaine de Tepic. À son retour en 1859, grâce au capital accumulé, il demande une licence municipale pour que son four de boulangerie puisse utiliser l’eau de la source Uzcorta. En 1866, alors qu’il avait quarante-trois ans, il demanda la permission d’établir un bureau de pain sur les porches de la Plaza Vieja. Il se présente aux élections municipales et est élu par le district de San Juan avec 120 voix.  Le 1er janvier 1869, il prête serment en tant que conseiller municipal lors de la session constitutive du nouvel hôtel de ville.

Avant Félix, en 1835 et à cause de la guerre carliste, deux de ses sœurs étaient arrivées dans la capitale biscaïenne : Benita, née en 1811, et  Valentina, quinze ans de moins qu’elle. Benita, après la guerre, épousa José Antonio de Jugo y Erezcano, petit rentier naturel de Ceberio, propriétaire de la confiserie « La Vergaresa ». La plus jeune, Valentina, épousa en 1856 Félix Aranzadi Aramburu, un ancien ouvrier de la pâtisserie de son père qui ouvrit une chocolaterie à Bilbao sous le même nom que l’entreprise de ses beaux-frères.

Félix et Valentina étaient les parrains du baptême de Michel. Sa mère, Salomé, fille unique, fut baptisée à Bilbao le 25 octobre 1840. Peu après l’âge de quatre ans, son père mourut et sa mère se remaria en 1847, cette fois avec José Narbaiza.

Quelques mois après leur naissance, les parents d’Unamuno changent de domicile et s’installent au deuxième étage porte droite de la rue de la Cruz numéro 7. Au rez-de-chaussée se trouve la chocolaterie de leurs oncles qui vivent au premier étage. Il n’a pas encore six ans lorsqu’il est orphelin de père. Félix d’Unamuno meurt le 14 juillet 1870 à la station thermale d’Urberuaga, à Marquina, « de maladie de la phtisie pulmonaire ».

Il a appris ses premières lettres avec Don Higinio dans l’école privée de San Nicolás, située dans un grenier de la Calle del Correo. Lors de la catéchèse préparatoire à sa première communion, dans l’église de San Juan, il rencontre la personne qui, au fil du temps, deviendra sa maîtresse puis sa femme: Concepción Lizárraga-Concha.

Lorsqu’il a terminé ses premières études à l’école de San Nicolás et qu’il était sur le point d’entrer au lycée, il a assisté en tant que témoin au siège de sa ville pendant la troisième guerre carliste, qu’il évoquera plus tard dans son premier roman, La paix dans la guerre. Sous le commandement du général Elío, la ville est assiégée par les troupes carlistes à partir du 28 décembre 1873. À partir de février 1874, la situation s’aggrave, car tous les approvisionnements par l’estuaire sont interrompus et, finalement, le 21 du même mois, le bombardement de Bilbao commence. Le siège se termine le 2 mai 1874 avec l’entrée des troupes libérales sous le commandement du général Manuel Gutiérrez de la Concha. Pour ses biographes, cette expérience de la guerre civile a marqué son passage de l’enfance à l’adolescence.

En 1888, à l’âge de 24 ans, Miguel de Unamuno postule au poste de professeur de basque qui est octroyé à Bilbao par la députation forale de Biscaye. Mais, se trouvant en concurrence avec Sabino Arana (23 ans), fondateur du parti nationaliste basque démocratique, et Resurreccion Maria Azkue (24 ans), qui deviendra président de l’académie de la langue basque en 1919, Unamuno n’obtient pas le poste. Il part ensuite pour Salamanque et, entre 1891 et 1901, il devient professeur de grec à l’université de Salamanque.

En 1897, il traverse une crise religieuse provoquée par une maladie cardiaque dont son Journal intime porte le témoignage. La perte de Cuba lui apparaît comme le symbole du déclin de l’Espagne et devient le point de départ de la Génération de 98, mouvement d’écrivains qui se donnaient pour mission la régénérescence culturelle de leur peuple et qui réunit à côté d’Unamuno, Valle-Inclán, Antonio Machado ou encore Juan Ramón Jiménez. Ils participent à beaucoup de journaux et de publications collectives littéraires ou culturelles, comme La Esfera, Nuevo Mundo, Mundo Gráfico, La Ilustración Española y Americana, Alma Española, España, Faro, La España Moderna, où Miguel de Unamuno écrit sur le Pays basque3, évoque les prémices d’une guerre civile à venir, celles de l’européanisation de l’Espagne et dans lesquelles il traite abondamment les différents thèmes culturels de son pays.

Il occupe les fonctions de recteur de l’université de Salamanque à partir de 1900, mais se voit destitué de sa charge en 1914 en raison de son hostilité envers la monarchie. Ses articles virulents lui valent d’être contraint de s’exiler aux îles Canaries en 1924. De 1924 à 1925, il vit à Paris, 2 rue La Pérouse, où une plaque lui rend hommage. La chute de Primo de Rivera provoque son retour six ans plus tard, en 1930. Il retrouve son poste de recteur lors de la proclamation de la République.

En 1936, élu député, il livre un dernier combat contre tout pouvoir dictatorial lors d’une grande cérémonie franquiste (le 12 octobre, jour anniversaire de la découverte de l’Amérique appelé en espagnol “día de la raza” ce qui signifie “fête de la race”) où il prononce un discours resté célèbre. Il répond au professeur Francisco Maldonado, qui attaque les nationalismes basque et catalan, et s’en prend à l’évêque de Salamanque et au général Millán-Astray, (fondateur de la légion étrangère espagnole). Ses détracteurs crient « À bas l’intelligence ». Il manque d’être lynché. Il ne devra son salut qu’à l’épouse de Franco, Carmen Polo, qui le prit par le bras et le raccompagna jusque chez lui (cette scène inspira d’ailleurs le film Lettre à Franco). Il sera destitué de son poste de recteur.

Assigné à résidence alors qu’au départ il avait accueilli favorablement le soulèvement de Franco contre la république espagnole, il meurt à l’âge de 72 ans. Son épouse Concha était décédée en 1934.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.