Miguel de Cervantes Saavedra, romancier, poète et dramaturge.

Miguel de Cervantes francisé en Miguel de Cervantès (de son nom complet Miguel de Cervantes Saavedra, né le 29 septembre 1547c à Alcalá de Henares et enterré le 23 avril 1616 à Madrid, est un romancier, poète et dramaturge espagnol. Il est célèbre pour son roman L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, publié en 1605 et reconnu comme le premier roman moderne.

Cervantes mène d’abord une vie aventureuse de soldat et participe à la bataille de Lépante en 1571, où il perd l’usage de la main gauche. Cette main paralysée lui vaut le surnom de « Manchot de Lépante ». Le 26 septembre 1575, à son retour vers l’Espagne, il est capturé par les Barbaresques avec son frère, Rodrigo, et, malgré quatre tentatives d’évasion, il reste captif à Alger. En 1580, il est racheté en même temps que d’autres prisonniers espagnols et regagne son pays.

Marié et séparé de son épouse et occupant diverses fonctions, il se lance alors dans l’écriture par le roman pastoral La Galatea en 1585. En 1605, il publie la première partie de ce qui reste comme son chef-d’œuvre : L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche dont la deuxième partie ne paraît qu’en 1615. Sa parodie grandiose des romans de chevalerie et la création des personnages mythiques de Don Quichotte, Sancho Panza et Dulcinée, ont fait de Cervantes la plus grande figure de la littérature espagnole et l’un des romanciers les plus éminents du monde. Son roman Don Quichotte a été traduit dans plus de 140 langues et dialectes et fait partie des livres les plus traduits au monde.

Ses premières œuvres théâtrales, peu appréciées de son vivant, ont pourtant donné lieu à de nombreuses imitations. En particulier, la tragédie en vers Le Siège de Numance, écrite de 1581 à 1583, a connu entre 1600 et 1813 cinq imitations sous des titres divers et a inspiré à Lope de Vega La Sainte Ligue.

Le 20 septembre 1575, Cervantès bénéficia d’un congé et il s’embarqua de Naples pour l’Espagne. Mais au large des Saintes-Maries-de-la-Mer, et alors qu’il naviguait à bord de la galère espagnole El Sol, le bateau fut attaqué par trois navires turcs commandés par le renégat albanais Arnaute Mamí, le 26 septembre 1575. Miguel et son frère Rodrigo furent emmenés à Alger. Cervantès fut attribué comme esclave au renégat Dali Mamí, marin aux ordres d’Arnaute. Il fit le récit de sa mésaventure dans L’Espagnole-Anglaise, qui fait partie des Nouvelles exemplaires.

Miguel, porteur de lettres de recommandations de la part de don Juan d’Autriche et du Duc de Sessa fut considéré par ses geôliers comme quelqu’un de très important et de qui ils pourraient obtenir une forte rançon. C’était, selon l’expression de l’époque un « esclave de rachat » pour lequel on demanda cinq cents écus d’or de rançon.

Les sources permettant de retracer la captivité de Cervantès sont des écrits autobiographiques : ses comédies Los tratos de Argel, Los baños de Argel («Les Bains d’Alger») et Le Récit du Captif inclus dans la première partie de Don Quichotte, aux chapitres 39 à 41. Le livre du frère Diego de Haedo, Topographie et histoire générale d’Alger (1612), qui offre des informations importantes sur la captivité de Cervantès, a été donné pour une source « indépendante ». Cependant, l’attribution de cette œuvre à Diego de Haedo est erronée, chose que lui-même reconnut en son temps. Selon Emilio Sola, Antonio de Sosa, bénédictin et compagnon de captivité de Cervantès, a coécrit cet ouvrage avec son ami. En conséquence, le livre de Diego de Haedo n’est pas une confirmation indépendante de la vie de Cervantès à Alger, mais un écrit de plus de la part de Cervantès et qui porte aux nues son héroïsme.

Le récit de la captivité de Cervantès est épique. Pendant ses cinq ans d’emprisonnement, Cervantès, d’esprit fort et motivé, essaya de s’échapper à quatre occasions. Pour éviter des représailles sur ses compagnons de captivité, il assuma la totale responsabilité de ces tentatives devant ses ennemis et préféra la torture à la délation. Il n’a cependant jamais été châtié, peut-être pour des raisons politiques.

Le 24 octobre, il revint enfin en Espagne avec d’autres captifs sauvés également. Il arriva à Dénia, d’où il partit pour Valence. Vers novembre ou décembre, il retrouva sa famille à Madrid. C’est à ce moment-là qu’il commença à écrire Le Siège de Numance, de 1581 à 1583.

Cervantès, carte maximum, Paris, 9/11/1957.

Il est probable que La Galatea fut écrite entre 1581 et 1583 ; c’est sa première œuvre littéraire remarquable. Elle fut publiée à Alcalá de Henares en 1585. Jusqu’alors il n’avait publié que quelques articles dans des œuvres d’autrui ou des recueils, qui réunissaient les productions de divers poètes.

La Galatea est divisée en six livres, mais seule la « première partie » fut écrite. Cervantes promit de donner une suite à l’œuvre ; elle ne fut pourtant jamais imprimée. Non sans autodérision, Cervantes place dans la bouche de l’un des personnages de Don Quichotte ce commentaire sur La Galatée :

« Il y a bien des années, reprit le curé  que ce Cervantes est de mes amis, et je sais qu’il est plus versé dans la connaissance des infortunes que dans celle de la poésie. Son livre ne manque pas d’heureuse invention, mais il propose et ne conclut rien. Attendons la seconde partie qu’il promet ; peut-être qu’en se corrigeant, il obtiendra tout à fait la miséricorde qu’on lui refuse aujourd’hui. »

Dans le prologue de la Galatée, l’œuvre est qualifiée d’« églogue » et l’auteur insiste sur l’affection qu’il a toujours eue pour la poésie. C’est un roman pastoral, genre littéraire déjà publié en Espagne dans la Diana de Jorge de Montemayor. On peut encore y deviner les lectures qu’il a pu avoir quand il était soldat en Italie.

De retour à Madrid, il eut une aventure avec la femme d’un aubergiste qui lui donna une fille naturelle, Isabelle, en octobre 1584. Deux mois plus tard, le 12 décembre 1584, Miguel de Cervantes se maria avec Catalina de Salazar y Palacios dans le village d’Esquivias près de Tolède où le couple déménagea. Catalina était une jeune fille qui n’avait pas vingt ans et qui lui apporta une dot modeste. Après deux ans de mariage, Cervantes entreprit de grands voyages à travers l’Andalousie. En 1587, il était à Séville, séparé de sa femme, sans que les raisons de leur séparation ne fussent claires. Cervantes ne parla jamais de son épouse dans ses textes autobiographiques, bien qu’il fût le premier à avoir abordé le thème du divorce dans son intermède Le juge des divorces et alors que cette procédure était impossible dans un pays catholique. Il conclut ce texte par :

« mieux vaut la pire entente que le meilleur divorce »

Cervantès, épreuve d’artiste.

Nommé commissaire aux vivres par le roi Philippe II lors de la préparation de l’attaque espagnole de l’Invincible Armada contre l’Angleterre, Cervantès séjourna à Séville entre 1585 et 1589. Il parcourut à nouveau le chemin entre Madrid et l’Andalousie, qui traverse la Castille et la Manche. Ce voyage est raconté dans Rinconete et Cortadillo. Mais, en 1589, il fut accusé d’exactions, arrêté et excommunié. L’affaire le mettait aux prises avec le doyen et le chapitre de Séville. Au cours de ses réquisitions à Écija, Cervantès aurait détourné des biens de l’Église. Un peu plus tard, en 1592, le commissaire aux vivres fut arrêté de nouveau à Castro del Río, dans la province de Cordoue pour vente illicite de blé. Il fut de nouveau emprisonné pour une courte période et accepta un emploi à Madrid : il fut affecté au recensement des impôts dans la région de Grenade.

C’est vers cette époque qu’il commença à rédiger Don Quichotte. Il eut l’idée du personnage probablement dans la prison de Séville, peut-être dans celle de Castro del Río. En tout cas, selon ses dires, « dans une prison, où toute incommodité a son siège, où tout bruit sinistre a son siège, où tout bruit lugubre fait sa demeure. »

La malchance poursuivit l’écrivain qui avait déposé ses avoirs chez le banquier portugais Simon Freyre, lequel fit faillite. Cervantès se retrouva de nouveau en prison à Séville de septembre à décembre 1597 où il retourna encore en 1602 et 1603.

En 1601, le roi Philippe III s’établit avec sa cour à Valladolid qui devint pour un temps la capitale de l’Espagne. Cervantès s’y installa en 1604 dans une maison près de l’hôpital de la résurrection qui lui inspira le décor du Colloque des chiens, et de Scipion et Berganza.

Cervantès, épreuve d’artiste, Equateur.

À la fin de 1604, il publia la première partie de ce qui fut son chef-d’œuvre : L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche. Le livre fut un succès immédiat. Il y raillait le goût des aventures romanesques et chevaleresques qui dominait en son temps. Cette œuvre marqua la fin du réalisme en tant qu’esthétique littéraire, créa le genre du roman moderne qui eut une très grande influence et constitue sans doute le plus bel exemple de roman picaresque. Cependant en juin de 1605, Don Santiago Gaspar de Espeleta fut assassiné devant la maison de l’écrivain. On accusa Cervantès sur la base d’insinuations des voisins, et sa famille fut mise à l’index. Il fut pourtant reconnu innocent.

De retour à Madrid avec la cour, Cervantès bénéficia de la protection des ducs de Lerma, de Bejar, et de Lemos ainsi que de celle du cardinal Bernardo de Sandoval, archevêque de Tolède.

En 1613 parurent les Nouvelles exemplaires, un ensemble de douze récits brefs, écrits plusieurs années auparavant. Selon Jean Cassou, ce recueil de nouvelles représente le monument le plus achevé de l’œuvre narrative de Cervantès : « La peinture est sobre, juste ; le style brillant, précis (…) on assiste à la naissance d’une poésie brutale et cependant jamais vulgaire. »

La critique littéraire est une constante dans l’œuvre de Cervantès. Elle apparut dans la Galatea et se poursuivit dans Don Quichotte. Il lui consacra le long poème en tercets enchaînés le Voyage au Parnasse en 1614.

De même, dans Huit comédies et huit intermèdes, recueil de pièces de théâtre publié à Madrid en 1615, que Cervantès qualifie de « nouvelles » (œuvres nouvelles) pour les distinguer de ses œuvres du début, le prologue présente une synthèse du théâtre espagnol depuis les origines jusqu’aux productions de Lope de Rueda et Lope de Vega. Ce recueil réunit toute la production des dernières années de l’auteur.

La seconde partie du Don Quichotte ne parut qu’en janvier 1615 : L’Ingénieux chevalier don Quichotte de la Manche. Cette partie sortit deux ans après la parution d’une suite apocryphe signée d’un mystérieux Alonso Fernández de Avellaneda publiée cours de l’été 1614 à Tarragone, et qui s’intitulait : L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, par le licencié Alonso Fernández de Avellaneda natif de Tordesillas. On n’a jamais pu identifier l’auteur de cette contrefaçon déloyale. On sait qu’Alonso Fernández de Avellaneda est le pseudonyme d’un écrivain espagnol. Les historiens ont émis plusieurs hypothèses quant au personnage qui se cachait derrière ce nom. Il pourrait s’agir de Lope de Vega, de Juan Ruiz de Alarcón y Mendoza, ou de Tirso de Molina. Un groupe d’amis de Lope est également évoqué.

Les deux parties de Don Quichotte forment une œuvre qui donne à Cervantès un statut dans l’histoire de la littérature universelle, aux côtés de Dante, Shakespeare, Rabelais et Goethe comme un auteur incontournable de la littérature occidentale. Balzac lui rendit hommage dans l’avant-propos de La Comédie humaine, où il le cita comme un de ses inspirateurs aux côtés de Goethe et Dante et dans Illusions perdues il qualifie Don Quichotte de sublime.

Source : Wikipédia.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.