Michel de Nostredame, dit “Nostradamus”, apothicaire.

Michel de Nostredame, dit Nostradamus, né le 14 décembre 1503 à Saint-Rémy-de-Provence et mort le 2 juillet 1566 à Salon-de-Provence, est un apothicaire et auteur français. Pratiquant l’astrologie, il est surtout connu pour ses prédictions sur la marche du monde.

Selon plusieurs sources, il aurait également été médecin, bien que son expulsion de la faculté de médecine de Montpellier témoigne qu’il n’était pas possible d’exercer les deux professions à la fois. »


Vers 1533, il s’établit à Agen, où il pratique la médecine de soins à domicile. Il s’y lie d’amitié avec Jules César Scaliger. Cet Italien, installé à Toulouse, érudit de la Renaissance, est « un personnage incomparable, sinon à un Plutarque » selon Nostradamus ; il écrit sur tout. Impertinent, il s’attaque à tout le monde, s’intéresse à la botanique et fabrique des pommades et des onguents. Mais le jeune « imposteur » inquiète les autorités religieuses par ses idées un peu trop progressistes pour l’époque.

La durée précise de son séjour à Agen est inconnue ; peut-être trois ans, peut-être cinq ans. Les points de repère manquent et l’on ne peut offrir que des dates approximatives. Vers 1534, Nostredame s’y choisit une femme, Henriette d’Encausse, avec qui il aurait eu deux enfants : un garçon et une fille. L’épouse et les deux enfants meurent, très rapidement semble-t-il, à l’occasion de quelque épidémie, la peste vraisemblablement.

D’après certains commentateurs catholiques des Prophéties — Barrere, l’abbé Torne-Chavigny notamment — Nostredame aurait dit en 1534 à un « frère » qui coulait une statue de Notre-Dame dans un moule d’étain qu’en faisant de pareilles images il ne faisait que des diableries. D’aucuns pensent que ses relations avec un certain Philibert Sarrazin, mécréant de l’époque, de la région d’Agen, avaient rendu Nostredame plutôt suspect à la Sainte Inquisition. Celle-ci l’aurait même invité à se présenter devant son tribunal de Toulouse pour « y être jugé du crime d’hérésie ; mais il se garda bien de répondre à cette citation ».

Après la mort de sa première femme, Nostredame se serait remis à voyager. On l’aurait trouvé à Bordeaux, vers l’an 1539. Les commentateurs tardifs Moura et Louvet se le représentent en la compagnie de savants renommés de l’époque et du cru : l’apothicaire Léonard Baudon, Johannes Tarraga, Carolus Seninus et Jean Treilles, avocat.

Nostredame accomplit de 1540 à 1545 un tour de France qui l’amène à rencontrer de nombreuses personnalités, savants et médecins. La légende signale le passage du futur prophète à Bar-le-Duc. Nostredame y aurait soigné, d’après Étienne Jaubert, plusieurs personnes et notamment une célèbre Mademoiselle Terry qui l’aurait souvent entendu « exhorter les catholiques à tenir ferme contre les Luthériens et à ne permettre qu’ils entrassent dans la ville ».

Une tradition très douteuse affirme qu’il a séjourné un temps à l’abbaye d’Orval, qui dépendait de l’Ordre de Cîteaux, située alors au diocèse de Trêves, à deux lieues de l’actuelle sous-préfecture de Montmédy, un séjour que Pagliani, après plusieurs autres, date de 1543. On ne sait s’il faut y ajouter foi, même si, avec Torne-Chavigny et Napoléon lui-même, beaucoup de gens lui attribuent les fameuses prophéties d’Orval, Prévisions d’un solitaire28, ainsi que celles d’un certain Olivarius. On les aurait « trouvées » à l’abbaye d’Orval en 1792, date approximative de leur style même. La première (de style tardif, elle aussi) serait datée de 1542, antérieure donc de treize ans, comme on le verra plus loin, à la préface des premières Centuries. Mais il semble plus probable que toutes les deux aient été composées au XIXe siècle à la gloire de Napoléon.

Ici se termine le cycle de pérégrinations de Nostredame qui l’a mené en somme, après être rayé de Montpellier, du Sud-Ouest au Nord-Est de la France. Nostredame atteint la quarantaine (1543) et commence une seconde phase de déplacements qui va le rapprocher de la Provence et le pousser vers l’Italie, terre bénie de tous ceux qui connurent à son époque l’ivresse de la Renaissance.

Les premières étapes de ce périple sont probablement Vienne, puis « Valence des Allobroges », dont parle Nostradamus dans son Traité des fardemens et confitures à propos des célébrités qu’il s’honora d’y avoir rencontrées : « A Vienne, je vis d’aucuns personnages dignes d’une supprême collaudation ; dont l’un estoit Hieronymus, homme digne de louange, et Franciscus Marins, jeune homme d’une expectative de bonne foy. Devers nous, ne avons que Francisons Valeriola pour sa singulière humanité, pour son sçavoir prompt et mémoire ténacissime… Je ne sçays si le soleil, à trente lieues à la ronde, voit ung homme plus plein de sçavoir que luy. »

En 1544, Nostredame aurait eu l’occasion d’étudier la peste à Marseille sous la direction, a-t-il dit, d’un « autre Hippocrate, le médecin Louis Serres ». Puis, il est « appelé par ceux d’Aix en corps de communauté pour venir dans leur ville traiter les malades de la contagion dont elle est affligée. C’était en l’année mil cinq cent quarante six ».

On le voit certainement à Lyon en 1547 où il s’oppose au médecin lyonnais Philibert Sarrazin, à Vienne, Valence, Marseille, Aix-en-Provence et, enfin, à Arles, où il finit par s’établir. Là, il met au point un médicament à base de plantes, capable, selon lui, de prévenir la peste. En 1546, il l’expérimente à Aix lors d’une terrible épidémie : son remède semble efficace comme prophylactique, mais il écrira lui-même plus tard que « les seignées, les medicaments cordiaux, catartiques, ne autres n’avoyent non plus d’efficace que rien. » (Traité des fardemens et confitures, Lyon, 1555, p. 52) Malgré ce succès douteux, Nostredame est appelé sur les lieux où des épidémies sont signalées. À la même époque, il commence à publier des almanachs qui mêlent des prévisions météorologiques, des conseils médicaux et des recettes de beauté par les plantes. Il étudie également les astres.

Le 11 novembre 1547, il épouse en secondes noces Anne Ponsard, une jeune veuve de Salon-de-Provence, alors appelé Salon-de-Craux. Le couple occupe la maison qui abrite aujourd’hui le Musée Nostradamus. Il aura six enfants, trois filles et trois garçons ; l’aîné, César, deviendra consul de Salon, historien, biographe de son père, peintre et poète.

Nostredame prend le temps de voyager en Italie, de 1547 à 1549. C’est d’ailleurs en 1549 qu’il rencontre à Milan un spécialiste en alchimie végétale, qui lui fait découvrir les vertus des confitures qui guérissent. Il expérimente des traitements à base de ces confitures végétales et, de retour en France, il publie en 1552 son Traité des confitures et fardements.

En 1550, il rédige son premier « almanach » populaire – une collection de prédictions dites astrologiques pour l’année, incorporant un calendrier et d’autres informations en style énigmatique et polyglotte qui devait se montrer assez difficile pour les éditeurs, à en juger par les nombreuses coquilles (où certains voient le signe que l’auteur était dyslexique). Dès cette date, Michel de Nostredame signe ses écrits du nom de « Nostradamus ». Ce nom n’est pas l’exacte transcription latine de « Nostredame », qui serait plutôt Domina nostra ou Nostra domina. En latin correct, « Nostradamus » pourrait signifier : « Nous donnons (damus) les choses qui sont nôtres (nostra) » ou « Nous donnons (damus) les panacées » (nostrum, mis au pluriel), mais il est également permis d’y voir un travestissement macaronique (et très heureux) de Nostredame.

En 1555, installé à Salon-de-Provence, il publie des prédictions perpétuelles (et donc en théorie, selon l’usage de l’époque, cycliques) dans un ouvrage de plus grande envergure et presque sans dates ciblées, publié par l’imprimeur lyonnais Macé (Matthieu) Bonhomme. Ce sont les Prophéties, l’ouvrage qui fait l’essentiel de sa gloire auprès de la postérité. Toujours en 1555, Nostradamus rédige un ouvrage marquant sur la confiserie : le Traité des fardements et confitures où il enseigne comment « confire petits limons et oranges tout entiers, coings en quartiers avec le sucre pour faire du cotignac, du pignolat, du sucre candi, des sirops, des poires confites et de la tarte de massapan ».

Nostredame poursuit au cours des années suivantes ses activités médicales. Le 20 octobre 1559, « faisant son chemin de Province à Narbonne », il s’arrête auprès du cardinal Laurent Strozzi, évêque de Béziers et cousin de la reine Catherine de Médicis, victime d’une crise de goutte. Il délivre alors une consultation médicale, influencée par la médecine humorale, qui demeure l’une des rares ordonnances autographes de Nostredame conservées à ce jour.

Sa renommée est telle que la reine Catherine de Médicis l’appelle à la cour en 1555. Le motif de l’intérêt de la reine était peut-être que, dans son dernier Almanach, Nostradamus avait mis le roi en garde contre des dangers qu’il disait ne pas oser indiquer par écrit. En cette même année 1555, donc, Nostradamus, inquiet des intentions de la cour (il craint d’avoir la tête coupée), se rend à Paris, où il reçoit du couple royal des gratifications qu’en public il qualifiera d’amples mais dont il se plaint en privé qu’elles ne couvrent pas ses frais de voyage. Des nouvelles alarmantes sur l’intérêt que la justice parisienne porte à la source de sa prescience l’incitent à quitter Paris précipitamment. Il se persuade qu’on veut sa mort.

Dans les années qui suivent, il est la cible de plusieurs pamphlets imprimés. « Les attaques fusèrent de partout : de France et d’Angleterre, des milieux protestants et catholiques, des laïcs et des clercs, des poètes et des prosateurs, des adversaires de l’astrologie et des astrologues de métier, des étrangers mais aussi de ses proches. » L’ordonnance d’Orléans du 31 janvier 1561 (dont le rédacteur ou un des rédacteurs fut le chancelier Michel de l’Hospital, hostile à Nostradamus) prévoit des peines contre les auteurs d’almanachs publiés sans l’autorisation de l’archevêque ou de l’évêque. Peut-être une infraction à cette ordonnance est-elle à l’origine d’un incident qui n’a pas été tiré tout à fait au clair. Le jeune roi Charles IX écrit le 23 novembre 1561 au comte de Tende, gouverneur de Provence, apparemment pour lui donner l’ordre d’emprisonner Nostradamus, car le comte de Tende répond au roi le 18 décembre : « Au regard de Nostradamus, je l’ay faict saisir et est avecques moi, luy ayant deffendu de faire plus almanacz et pronostications, ce qu’il m’a promis. Il vous plaira me mander ce qu’il vous plaist que j’en fasse. » Le comte a donc fait arrêter Nostradamus et l’a amené avec lui dans le château de Marignane. Les deux hommes étaient amis et la prison tenait plutôt de la mise en résidence. On ignore ce que le roi répondit au comte de Tende, mais tout indique que l’incident resta sans suites.

Nostradamus rentra pleinement en grâce auprès de la famille royale, puisqu’en 1564, à l’occasion du grand tour de France, Charles IX, accompagné de Catherine de Médicis et de Henri de Navarre (le futur Henri IV), lui rendit visite. À cette occasion, la reine le nomma médecin et conseiller du roi.

Adam de Craponne finança personnellement les travaux du canal qui porte son nom, mais dut également faire des emprunts, notamment auprès de Nostradamus.

Certains, prenant à la lettre ce que Nostradamus, dans la préface de la première édition de ses Prophéties, dit de sa « comitiale agitation hiraclienne », pensent qu’il souffrait d’épilepsie. Selon d’autres, c’est seulement par image que Nostradamus désignait ainsi un état de transe qui accompagnait ce qu’il croyait être sa révélation prophétique. En revanche, il est vraisemblable (voir Leroy) qu’il fut atteint de la goutte et d’insuffisance cardiaque.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.