Michael Jackson, auteur, compositeur, interprète, acteur, danseur et chorégraphe.

Michael Jackson, né le 29 août 1958 à Gary (Indiana) et mort le 25 juin 2009 à Los Angeles (Californie), est un auteur-compositeur-interprète, danseur-chorégraphe et acteur américain.

Reconnu comme l’artiste le plus titré de tous les temps, il est une figure principale de l’histoire de l’industrie du spectacle et l’une des icônes culturelles majeures du XXe siècle.

Septième d’une famille de neuf enfants, il chante avec ses frères dès l’âge de six ans et commence une carrière professionnelle à onze ans au sein des Jackson Five, groupe formé avec ses frères aînés. Tout en restant membre du groupe (jusqu’en 1984), il entame en 1971 une carrière solo. Cinq de ses albums solo parus de son vivant figurent parmi les albums les plus vendus au monde : Off the Wall (1979), Thriller (1982), Bad (1987), Dangerous (1991) et HIStory (1995).

Dans les années 1980, il devient une figure majeure de la musique pop. Ses clips musicaux, ambitieux et novateurs, sont réalisés comme des courts métrages, notamment pour les titres Beat It, Billie Jean, Thriller, Bad ou Smooth Criminal. Il popularise de nombreux pas de danse, dont le moonwalk, qui devient sa signature. Ayant fusionné les genres de musique soul, funk, pop et rock, son style vocal et musical continue d’influencer de nombreux artistes de hip-hop, pop et r’n’b contemporain.

Surnommé « le roi de la pop » (« The King of Pop »), Michael Jackson a battu plusieurs records dans l’industrie du disque. Avec plus de 350 millions de disques vendus dans le monde, il se classe parmi les trois plus gros vendeurs de disques de tous les temps, derrière les Beatles et Elvis Presley.

Avec des ventes estimées à 66 millions d’exemplaires, Thriller demeure l’album le plus vendu de l’histoire de la musique et a été certifié 33 fois disque de platine aux États-Unis.

Il participe en outre à plusieurs œuvres caritatives, notamment avec le projet USA for Africa et sa Heal The World Foundation (1992), créée à la suite de la tournée Dangerous World Tour, et contribue tout au long de sa carrière à la lutte contre la famine, la cruauté envers les animaux ou encore la maltraitance infantile. Toutefois, son image publique est ternie par certains aspects de sa vie privée, notamment par ses multiples recours à la chirurgie esthétique, son mode de vie jugé excentrique, et plus encore par deux plaintes pour abus sexuel sur mineur, en 1993 et 2003, n’aboutissant toutefois à aucune condamnation en justice. Ses deux mariages et ses trois enfants font également l’objet de polémiques.

Alors qu’il prépare la série de concerts This Is It qui devaient se tenir à Londres, Michael Jackson meurt à l’âge de 50 ans d’une overdose de médicaments. Son médecin personnel, Conrad Murray, est par la suite reconnu coupable d’homicide involontaire.


Parallèlement à sa carrière avec les Jackson Five, Michael Jackson sort quatre albums solo. Got to Be There paraît en janvier 1972 avec le label Motown, alors que Michael a à peine 13 ans. La même année, il acquiert, avec Ben, une plus grande maturité vocale, qui s’exprime notamment sur les nombreuses ballades que comprend cet album. Toujours en 1972, la chanson Ben devient son premier succès en solo et figure sur la bande originale du film homonyme, ce qui lui vaut un Golden Globe et une nomination aux Oscars. Music and Me et Forever, Michael, respectivement sortis en 1973 et 1975, ne rencontrent pas le même succès que les deux précédents albums.

Il faut attendre 1978 et l’album Destiny pour prendre la mesure du talent des frères Jackson, et plus particulièrement de Michael. Cet album, entièrement produit et écrit par eux, génère deux tubes : Blame It On The Boogie et Shake Your Body (Down To the Ground). L’album suivant, Triumph, sorti en 1980, contient notamment les tubes Lovely One et Can You Feel It ; ce dernier titre a fait l’objet d’un vidéo clip spectaculaire pour l’époque, abondant en effets spéciaux, imaginé par Michael lui-même. Michael éclipse désormais le groupe en interprétant ses propres compositions. Un album live, issu du Triumph Tour, paraît en 1981 sous le titre The Jacksons Live!, comportant aussi bien des chansons publiées chez Epic que leurs premiers succès chez Motown sous le nom des Jackson Five.

En 1978, Michael aurait eu une fracture du nez, causée par une chute sur scène, ce qui l’aurait obligé à subir une première rhinoplastie, laquelle n’aurait pas été totalement réussie et aurait été corrigée par une seconde. Ce sont les deux seules rhinoplasties qu’il reconnaît avoir subies. Beaucoup de rumeurs circulent sur les modifications qu’il aurait ensuite apportées à son visage et sur leur nombre : même si certaines sont farfelues, d’autres sont indéniables et poussent les chirurgiens esthétiques à citer Michael Jackson comme exemple à ne pas suivre.

En 1979, Michael Jackson sort son premier album chez Epic : Off the Wall, coproduit avec Quincy Jones, qu’il a rencontré sur le tournage de la comédie musicale The Wiz, environ deux ans plus tôt. Certaines chansons ont été composées par Rod Temperton, Stevie Wonder et Paul McCartney. L’album est un succès : on estime qu’il s’est vendu à ce jour à plus de vingt millions d’exemplaires dans le monde. Plusieurs singles qui en sont extraits se hissent en tête des charts : Rock with You devient numéro 1 au Billboard Hot 100 et y reste quatre semaines ; Don’t Stop ‘Til You Get Enough est numéro 1 pendant une semaine ; la ballade She’s Out of My Life intègre le Top 10 du Billboard Hot 100, tout comme la chanson Off the Wall. L’album mêle habilement funk, soul et disco. Malgré cet impressionnant succès, l’artiste est seulement nommé dans la catégorie meilleur chanteur R&B pour Don’t Stop ’til You Get Enough aux Grammy Awards de 1980. Accompagné de ses frères, il fait alors la promotion de son album pendant le Triumph Tour, en chantant les tubes du disque. Déçu de ne pas avoir été nommé dans la catégorie album de l’année, il jure que son prochain album ne sera pas ainsi ignoré.

Le 1er décembre 1982, Michael Jackson sort Thriller, deuxième album créé en collaboration avec Quincy Jones, qui remporte un succès immédiat : un million d’exemplaires vendus en un mois, dix millions la première année. L’album reste présent dans les hit-parades pendant deux ans et se maintient pendant un total de 37 semaines numéro 1 du classement Billboard ; c’est l’album le mieux vendu aux États-Unis en 1983 et 1984, et à cette époque, c’est le deuxième disque le plus vendu après le Greatest Hits (1971-1975) des Eagles (soit le premier hors compilations). Entre 1982 et 1996, Thriller a été certifié à 25 millions d’exemplaires aux États-Unis et 20 millions à l’étranger.

En mai 1984, il est reconnu par le Livre Guinness des records comme l’album le plus vendu de tous les temps (25 millions d’exemplaires à l’époque) ; les estimations actuelles sont de 66 millions d’exemplaires. L’album est certifié 33 fois disque de platine par la RIAA aux États-Unis. Avec Thriller, Michael Jackson remporte huit récompenses aux American Music Awards et huit aux Grammy Awards, et le 20 novembre 1984, il obtient son étoile sur l’Hollywood Walk of Fame.

L’album contient neuf titres dont sept sortiront successivement en singles et se classeront tous dans le Top 10 du Billboard Hot 100 : The Girl Is Mine (octobre 1982), Billie Jean (janvier 1983), Beat It (février 1983), Wanna Be Startin’ Somethin’ (mai 1983), Human Nature (juillet 1983), P.Y.T. (Pretty Young Thing) (septembre 1983) et Thriller (janvier 1984). Trois clips vidéo sont réalisés, pour Billie Jean, Thriller et Beat It : ce sont de véritables courts-métrages, réalisés avec un budget sans précédent, faisant usage d’effets spéciaux d’avant-garde. En particulier, le clip de la chanson Thriller, sorti le 2 décembre 1983, a coûté un million de dollars, et est une des premières vidéos d’un artiste noir-américain à être diffusée à grande échelle sur la chaîne MTV. La cassette vidéo du making of est devenue à l’époque la plus vendue au monde. L’avocat de Jackson, John Branca, indique alors que son client a le plus haut taux de royalties de toute l’industrie du disque : approximativement deux dollars par disque vendu. Le succès est tel que l’album se vend non seulement comme un produit culturel, mais comme un bien de consommation courant. En mai 1984, une poupée à l’effigie de Jackson, habillée tout de rouge comme dans le clip Thriller, se vend douze dollars dans le commerce.

Le 16 mai 1983, pour le vingt-cinquième anniversaire de la Motown, Michael apparaît sur NBC en compagnie de ses frères dans l’émission spéciale Motown 25: Yesterday, Today, Forever (réalisée le 25 mars). Le groupe y interprète ses plus grands titres. Michael interprète seul Billie Jean, la seule chanson interprétée ce soir-là à ne pas appartenir au répertoire Motown. Il effectue à cette occasion, et pour la première fois, son Moonwalk, qui est salué par une ovation spontanée des spectateurs. Ce pas de danse devient par la suite un de ses pas de danse emblématiques61. Cette prestation lui vaut un télégramme de Fred Astaire : « Je suis un vieil homme, j’attendais la relève. Merci. ». Il y interprète aussi avec ses frères Never Can Say Goodbye et I’ll Be There.

Le 27 janvier 1984, au cours du tournage d’un film publicitaire pour Pepsi-Cola, une étincelle provoquée par des équipements pyrotechniques met le feu aux cheveux de l’artiste. Miko Brando (fils de Marlon Brando) lui vient immédiatement en aide, suivi par d’autres témoins de l’accident, et Michael est amené d’urgence au Cedars Sinai Hospital. Diagnostic : brûlures au deuxième et troisième degré du cuir chevelu. Les équipements en cause se trouvaient à soixante centimètres seulement de sa tête, ce qui contrevient gravement aux règles de sécurité. Les images de son entrée aux urgences sur un brancard, le crâne recouvert d’un large bandage et sa main gantée saluant la foule, font le tour du monde. Il doit subir plusieurs interventions chirurgicales et des greffes de cuir chevelu. Les médicaments anti-douleurs auxquels il est contraint de recourir créent rapidement chez lui une certaine dépendance. Au grand étonnement de certains, il choisit de ne pas poursuivre les dirigeants de Pepsi-Cola et d’exiger d’eux plutôt un don. Les assurances lui versent un million et demi de dollars, somme qu’il remet lui-même immédiatement au Brotman Medical Center, le centre pour grands brûlés où il a été soigné, et qui sera plus tard rebaptisé « Michael Jackson Burn Center ».

En 1987, Michael Jackson publie l’album Bad, et part pour la première fois en tournée mondiale sans ses frères. La tournée mondiale Bad se déroule ainsi du 12 septembre 1987 au 14 janvier 1989, au Japon ; elle compte 14 salles combles et attire 570 000 personnes, ce qui triple quasiment le précédent record pour une tournée unique. La tournée Bad est reconnue comme la tournée la plus fréquentée et la plus rémunératrice de tous les temps, ayant rapporté plus de 125 millions de dollars. Les 504 000 personnes ayant assisté à sept spectacles à guichets fermés au stade de Wembley établissent un nouveau record du Guinness World Records d’un public assistant à un concert.

L’année suivante, sort au cinéma Moonwalker, un film musical regroupant plusieurs de ses clips et dans lequel jouent notamment Joe Pesci et Sean Lennon, ainsi qu’une biographie intitulée Moonwalk.

Moonwalker est un succès au box-office aux États-Unis. Il sort en DTV et devient la cassette vidéo la plus vendue ; la RIAA le certifie Platinum. Bad devient son deuxième album le plus vendu, avec plus de 32 millions de copies à travers le monde, dont dix millions aux États-Unis et quatre millions en Angleterre.

Bad est une réussite pour Jackson bien qu’il n’atteigne pas les chiffres de ventes de Thriller, il contient néanmoins plus de chansons classées numéro 1.

Le clip du morceau Bad, réalisé par Martin Scorsese, est tourné dans une station désaffectée du métro new-yorkais, qui, détruite une semaine après le début du tournage, sera reconstituée dans les moindres détails.

Par ailleurs, les clips de The Way You Make Me Feel, Man in the Mirror (qui montre les grands moments d’amour et de paix du xxe siècle et dénonce la pauvreté dans le monde), Dirty Diana (où Jackson reproduit un mini-concert rock avec le guitariste Steve Stevens en invité vedette), Another Part Of Me (prestation live lors du Bad Tour 1988), Smooth Criminal (qui reprend les moments forts du film Moonwalker), Liberian Girl puis Leave Me Alone sont une nouvelle série de succès. La chanson I Just Can’t Stop Loving You est enregistrée en espagnol et en français sous les titres de Todo Mi Amor Eres Tu et Je ne veux pas la fin de nous (sic).

Michael Jackson entre à nouveau dans l’histoire de la musique en devenant le premier artiste dont cinq singles d’un même album sont classés no 1 au Billboard américain. Neuf singles en sont extraits.

Selon le producteur Quincy Jones, la chanson Bad devait être un duo avec le chanteur Prince, mais ce dernier déclina finalement la proposition, n’étant pas convaincu par les paroles « Your butt is mine ». À la différence de Thriller et de Off The Wall, Michael Jackson est l’auteur principal de l’album, dont il a composé neuf titres sur onze. Sa voix y est plus rocailleuse et, musicalement, Bad a un son beaucoup plus brut que son prédécesseur, une rythmique plus percutante et plus complexe (sur Smooth Criminal notamment), et comporte moins de moments calmes, même si trois titres peuvent être considérés comme des ballades (I Just Can’t Stop Loving You, Man in the Mirror et Liberian Girl).

En mars 1988, Michael Jackson achete 2 700 acres de terrain (11 km2) près de Santa Ynez, en Californie, pour construire une résidence, le ranch Neverland, au coût de 17 millions de dollars. Il installe une grande roue, un carrousel, une salle de cinéma et un zoo. Des personnels de sécurité d’une quarantaine de personnes y sont employés pour patrouiller les lieux.

Alors que la célébrité de Jackson est à son comble, les publicistes commencent à le surnommer « roi de la pop ». Elizabeth Taylor le présente sous ce nom (« The true King of pop, rock and soul ») lorsqu’elle lui décerne le Soul Train Music Awards : Prix Heritage, en 1989. Le président George H. W. Bush évoque « l’artiste de la décennie » depuis la Maison-Blanche.

Le 20 mars 1991, Michael Jackson signe avec Sony un contrat d’un montant de 65 millions de dollars et d’une durée de quinze ans, dans lequel il s’engage à produire six albums pour Epic, et à apparaître dans des films et des courts-métrages.

Les revenus escomptés sont évalués entre 890 millions et un milliard de dollars. L’album qui inaugure ce nouveau contrat, Dangerous, sort le 26 novembre 1991 et devient no 1 des classements en trois jours. Il s’écoule à plus de 30 millions d’exemplaires, dont huit millions aux États-Unis.

L’album Dangerous comprend quatorze chansons dont neuf paraissent successivement : Black or White (novembre 1991), Remember the Time (janvier 1992), In the Closet (avril 1992), Who Is It (juillet 1992), Jam (septembre 1992), Heal the World (novembre 1992), Give in to Me (février 1993), Will You Be There (juin 1993), qui devient plus tard le générique de fin du film Sauvez Willy, et Gone Too Soon (novembre 1993), une chanson en hommage à Ryan White, un jeune garçon victime du SIDA.

Dans les vidéos accompagnant les singles figurent plusieurs célébrités, parmi lesquelles Michael Jordan et Kris Kross dans Jam ; Naomi Campbell dans In the Closet – dont la voix féminine est celle de la princesse Stéphanie de Monaco ; Eddie Murphy, Magic Johnson et Iman dans Remember the Time ; Macaulay Culkin dans Black Or White ; et Slash dans Give in to Me.

En novembre 1992, une mini-série intitulée The Jacksons: An American Dream (« Les Jacksons : un rêve américain »), d’une durée totale de quatre heures, est diffusée en deux épisodes sur la chaîne ABC. La série aborde principalement la carrière des Jacksons Five et explore en profondeur leur vie au quotidien, notamment les préoccupations de Michael et les méthodes d’éducation de son père.

Pendant sa tournée mondiale Dangerous Tour, du 27 juin 1992 au 11 novembre 1993, Jackson annonce la création de son organisation caritative, Heal the World, à laquelle s’adjoint en 2001 Heal the Kids (les deux seront dissoutes au cours de cette même année). Le 31 janvier 1993, il chante lors de la mi-temps de la finale du Super Bowl, interprétant plusieurs de ses titres : Jam, Billie Jean, Black or White et Heal the World.

Le 17 août 1993, durant sa tournée, Michael Jackson est accusé d’abus sexuel sur mineur. Après une cure de désintoxication rendue nécessaire par sa dépendance aux calmants, Michael Jackson se dit prêt à affronter un procès, mais son entourage, les compagnies d’assurances et les gestionnaires de sa fortune l’en dissuadent. L’affaire a un fort retentissement sur l’état de santé du chanteur, qui est contraint d’annuler plusieurs concerts de la fin de sa tournée.

Le 31 octobre 2001, soit six ans après HIStory, Michael Jackson sort Invincible. L’enregistrement de l’album débute en octobre 1997, et se termine avec le morceau You Are My Life, seulement huit semaines avant la sortie de l’album. Avec un budget estimé à 30 millions de dollars, Invincible est l’album le plus cher de l’industrie musicale. Pour accompagner sa promotion qui s’élève a 25 millions de dollars selon Sony, CBS diffuse Michael Jackson : 30th Anniversary Special, un événement spécial organisé afin de célébrer les trente ans de carrière solo de Michael Jackson.

L’album est no 1 au classement Billboard nord-américain et dans treize autres pays100. Il est certifié double disque de platine aux États-Unis le 3 décembre 2001101. À la suite de désaccords entre Sony et Jackson, le label de disques écourte la promotion de l’album, qui ne dure que trois mois. Seuls trois singles sont extraits de l’album : You Rock My World, Cry et Butterflies. Bien que les ventes restent impressionnantes dans l’absolu, Invincible est considéré comme un échec, ses gains étant très décevants en comparaison avec les albums précédents. Certains rejettent la responsabilité de cet échec sur Michael Jackson en l’accusant de ne pas avoir assuré sa tournée promotionnelle. De son côté, le chanteur accuse Sony Music de ne pas avoir suffisamment fait la promotion de l’album, d’avoir annulé la sortie de plusieurs singles et la production de vidéoclips accompagnant les chansons, ou encore d’avoir fait paraître le 16 octobre 2001 une ré-édition spéciale de son album Dangerous, tout juste deux semaines avant la sortie d’Invincible, en plus d’avoir fait paraître trop peu de temps après la compilation Number Ones, une stratégie commerciale qui aurait éclipsé Invincible et qui aurait pris des allures de sabotage orchestré par le PDG Tommy Mottola (à la suite de cette série d’incidents, Mottola sera congédié). La date de la sortie du disque se rapprochant de celle des attentats du 11 septembre 2001 ainsi que la qualité de l’album, généralement jugée comme inférieure à ses prédécesseurs, pourraient expliquer la baisse des ventes aux États-Unis.

Les célébrités Marlon Brando, Michael Madsen, Chris Tucker et Billy Drago participent au vidéoclip de You Rock My World. La chanson est un succès en Europe : no 1 en France, no 2 en Norvège, Finlande, au Danemark et en Belgique, no 3 en Italie et no 5 en Suède et en Suisse, et s’est classée à la dixième position aux États-Unis (Billboard Hot 100). Le titre Butterflies est entré dans le Top 20 américain et a progressé à la deuxième place du classement R’n’B sans être commercialisé sous forme de single.

Le 13 juin 2002, Michael Jackson rejoint le Songwriters Hall of Fame.

Les chansons de l’album n’ont pas été jouées sur scène, à l’exception des deux concerts Michael Jackson – 30th Anniversary Celebration, où Jackson interprète la chanson You Rock My World. En 2009, le titre Speechless devait être jouée durant la série de concerts This Is It, et un extrait remastérisé de Threatened est inclus à la fin de la prestation de Thriller (tous deux visibles dans le film issu du projet).

En août 2009, l’album s’est vendu à 13 millions d’exemplaires dans le monde dont 2,5 millions d’exemplaires aux États-Unis.

En décembre 2009, quelques mois après la disparition de l’artiste, l’album fait son retour et est nommé meilleur album des années 2000 par 570 000 votants, essentiellement des lecteurs du magazine Billboard.

En 2003, Sony sort une compilation CD et DVD de toutes les chansons de Michael Jackson ayant été no 1, intitulée Number Ones. La compilation comprend également un nouveau morceau, One More Chance, composée par R. Kelly. Le disque se vend à 6 millions d’exemplaires dans le monde durant sa promotion. Le 16 novembre 2004, Michael Jackson sort un coffret de quatre CD et un DVD, intitulé The Ultimate Collection, regroupant l’ensemble de sa carrière et contenant des démos, des versions inédites et des nouvelles chansons. Cheater est inclus dans le coffret sous forme de CD dans quelques pays, avec le clipBeat It ainsi qu’un clip composé d’extraits du DVD Dangerous Tour. Ce coffret est le dernier produit du chanteur vendu en accord avec la maison de disques Sony BMG Music Entertainment, Jackson mettant fin à leur contrat signé en 1990.

Le 30 juin 2005, Michael Jackson quitte les États-Unis pour s’installer au Bahreïn, où il est reçu en tant qu’invité par le cheikh Abdullah Bin Hamad Bin Isa Al-Khalifa, fils du roi. Le 19 juillet 2005, une nouvelle compilation, The Essential Michael Jackson est parue, ainsi qu’un DVD contenant une vidéo du concert de Bucarest lors du Dangerous World Tour. Les deux produits se vendent très bien (notamment en France, où le CD compilation est no 1 avec plus de 350 000 exemplaires vendus, et le DVD no 1 des ventes de DVD musicaux.

Le 18 avril 2006, Michael Jackson quitte le label Epic Records (et donc sa maison de disques Sony BMG), avec lequel il a produit tous ses albums solo depuis Off The Wall en 1979, et signe un contrat avec l’Anglais Guy Holmes, PDG du label indépendant 2 Seas Records. Le contrat, rompu en septembre 2006, exigeait la production d’un nouvel album dont la sortie était prévue pour fin 2007. En novembre 2006, Michael Jackson se rend à Londres et visite les bureaux du Livre Guinness des records. Il reçoit à cette occasion un prix pour avoir battu huit records dont celui du « Premier artiste à avoir gagné plus de cent millions de dollars en un an », « Premier artiste à avoir vendu plus de cent millions de disques en dehors des États-Unis » ou encore « Meilleur artiste de tous les temps ». Michael Jackson est également présent aux World Music Awards pour y recevoir le Diamond Award, récompense réservée aux artistes ayant vendu plus de 100 millions d’albums.

À l’occasion des 25 ans de la sortie de l’album Thriller, Michael Jackson sort Thriller 25, le 11 février 2008. L’album comprend les titres de l’album original de 1982, remixés (pour cinq d’entre eux) ou réenregistrés, avec la participation en featuring d’artistes comme Akon, Fergie, will.i.am des Black Eyed Peas et Kanye West, et est agrémenté de deux titres inédits, For all time et Gots the hots (uniquement sur la version japonaise du disque). Deux singles extraits de Thriller 25, The Girl is Mine 2008 (avec Will.I.Am) et Wanna Be Startin’ Somethin’ 2008 (avec Akon) sortent simultanément. L’album comprend également un DVD des vidéoclips de Billie Jean, Beat It, Thriller et la prestation de Michael Jackson lors de l’émission spéciale des 25 ans de la Motown. Thriller 25 se classe en première place des ventes dans de nombreux pays européens et en deuxième place aux États-Unis. L’album se vend en tout à plus de cinq millions d’exemplaires.

Pour célébrer le cinquantième anniversaire de Michael Jackson, King of Pop, une nouvelle compilation de dix-huit chansons dont la liste a été choisie par des fans, sort 29 août 2008125. Le disque n’est pas sorti aux États-Unis, mais a été classé parmi les dix meilleures ventes dans de nombreux pays.

En décembre 2008, le magazine Rolling Stone classe Michael Jackson au 25e rang des plus grands chanteurs de tous les temps.

En janvier 2009, Michael Jackson retourne vivre aux États-Unis, dans le quartier de Bel Air. Le 5 mars 2009, lors d’une conférence de presse à l’O2 Arena de Londres, il annonce qu’il donnera ses derniers concerts, les This is it shows. This is It, cité comme l’événement musical de l’année, est un terme qui signifie en français : « C’est tout » ou « C’est fini ». Selon Randy Phillips, organisateur des concerts AEG Live, Michael Jackson devait effectuer une tournée de trois ans et travailler sur un nouvel album dans le cadre de son retour. Michael Jackson devait premièrement jouer dix concerts à Londres en juillet mais toutes les places étant vendues en mars, de nouvelles dates avaient été ajoutées. L’artiste devait donc donner cinquante concerts dans la capitale anglaise, de juillet à septembre 2009 et de janvier à février 2010. Les premières dates avaient toutefois été reportées, les producteurs invoquant un manque de temps « pour créer une expérience de musique live exceptionnelle ». Le premier concert de la tournée était prévu le 13 juillet 2009, mais la mort de l’artiste met brutalement un coup d’arrêt à ce projet.

Après la mort du chanteur, Kenny Ortega réalise un film documentaire intitulé Michael Jackson’s This Is It, montrant entre autres les répétitions de Michael Jackson en préparation de la tournée qui devait se tenir à Londres. Les séquences ont été filmées au Staples Center de Los Angeles. Le 10 août 2009, le juge de la Cour supérieure de Los Angeles approuve un accord entre AEG Live, le promoteur de la tournée Michael Jackson’s This Is It, et Sony Pictures, concernant la succession des droits d’auteur sur les séquences filmées durant sa préparation. Sony Pictures peut donc éditer des centaines d’heures d’images en échange de 60 millions de dollars pour les droits à l’image. Une publication sur le site Web officiel de l’artiste informe que le film comprend une rétrospective de la carrière de Michael Jackson, des entretiens avec les proches de la star ainsi que des séquences en 3D. Le film sort au cinéma le 28 octobre 2009.

Le 25 juin 2009, Michael Jackson se trouve dans sa maison d’Holmby Hills, un quartier de Los Angeles, lorsqu’il perd connaissance peu avant midi. Les secours paramédicaux du Los Angeles Fire Department arrivent rapidement sur place, et constatent que son médecin personnel, le docteur Conrad Murray, est déjà en train de procéder à une réanimation cardiopulmonaire. Transporté au Ronald Reagan UCLA Medical Center, Michael Jackson est officiellement déclaré mort à 14h26, heure locale, malgré plus d’une heure de tentatives de réanimation. Sa mort est annoncée officiellement à la presse américaine quelques minutes plus tard par son frère aîné Jermaine Jackson ; à 14h44 le site Web TMZ est le premier média à relayer l’information, confirmée à 14h51 sur le site du Los Angeles Times ; s’ensuit un pic de trafic Internet d’une intensité exceptionnelle, provoquant l’arrêt momentané de plusieurs sites majeurs pour cause de surcharge. Une première autopsie médico-légale est pratiquée, puis quelques jours plus tard une seconde est réalisée à la demande de la famille, dans un cadre privé, le père de l’artiste ayant des doutes sur les causes de sa mort.

Au fur et à mesure de l’enquête, les accusations se portent sur son médecin personnel, Conrad Murray, criblé de dettes, qui lui aurait injecté du Propofol, un anesthésique, et du Lorazépam, un sédatif, en doses excessives et sans la surveillance requise. Les médecins légistes parlent alors d’« homicide accidentel » lié aux médicaments. Selon l’institut médico-légal, ces deux médicaments seraient à l’origine de la mort du chanteur, mais l’autopsie aurait révélé la présence d’autres médicaments : Midazolam, Diazépam, Lidocaïne et éphédrine, soit une combinaison de calmants et de stimulants. Le rapport de l’autopsie pratiquée au bureau du médecin légiste de Los Angeles par les docteurs Sathyavagiswaran et Rogers, que s’est procuré l’Associated Press, fait apparaître que Michael Jackson était en bonne santé. Il souffrait d’arthrite au bas de la colonne vertébrale et dans les mains et d’une inflammation des poumons, ce qui est assez courant chez un quinquagénaire. Son cœur, ses reins et ses autres organes étaient en bon état, et son poids, certes dans la moyenne basse, n’avait rien d’anormal.

Le 21 novembre 2009, la police de Los Angeles communique à la presse de nouvelles informations prouvant la culpabilité du docteur Murray dans la mort du chanteur. Pour sa défense, celui-ci a émis l’hypothèse d’un suicide de l’artiste, qui, soumis à une trop forte pression et ne se sentant pas en mesure d’assurer la série de concerts annoncée, aurait préféré mettre fin à ses jours ; cela lui sera vivement reproché à la lecture du verdict. Le 7 novembre 2011, Murray sera reconnu coupable d’homicide involontaire par la Cour supérieure de Los Angeles et condamné à 4 ans de prison ; il a été libéré le 28 octobre 2013, en raison de la surpopulation carcérale.

Le 2 juillet 2009, la direction du Staples Center, à Los Angeles, annonce la tenue d’une cérémonie d’hommage, dont les dix-sept mille billets d’accès seront attribués aux demandeurs par tirage au sort. Le lendemain, un million six cent mille personnes auraient participé au tirage au sort effectué par l’huissier Gerard Tillobat, ce qui ferait de Michael Jackson la célébrité défunte dont l’hommage a rassemblé le plus de personnes dans le monde. L’organisation de la cérémonie est confiée à Kenneth Ehrlich, le producteur des Grammy Awards. AEG, propriétaire du Staples Center ainsi que des droits sur la tournée avortée de Michael Jackson, a autorisé sa retransmission gratuite en mondovision.

Durant la cérémonie, la ville de Los Angeles est sous haute sécurité, les quartiers autour du Staples Center sont bouclés et plus de 1400 policiers sont placés en renfort pour l’occasion. Le budget pour assurer la sécurité de la ville est estimé à plus de quatre millions de dollars.

Le 7 juillet 2009, un service funèbre privé se tient à huis clos au Forest Lawn Memorial Park d’Hollywood Hills, un cimetière privé américain du nord de Los Angeles, situé près de Burbank. Il est suivi, le même jour, des funérailles publiques au Staples Center. Retransmises en direct et en mondovision, elles auraient été suivies par un milliard de téléspectateurs. De nombreux artistes, figures politiques et les proches de Michael Jackson se succèdent durant deux heures et demie sur la scène, lui rendant de vibrants hommages à proximité de son cercueil exposé. À l’issue de la cérémonie, Paris Jackson, fille de l’artiste, apparaît pour la première fois à visage découvert, rendant à son tour un émouvant hommage à son père.

Michael Jackson est inhumé le 3 septembre 2009 sur la Holly Terrace du Grand Mausolée, au sein d’un autre Forest Lawn Memorial Park, celui de Glendale, lui-aussi au nord de Los Angeles, dans une partie non ouverte au public de ce cimetière.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.