Mémorial canadien de Vimy (Guerre 1914-18)

Thèmes : guerre 1914-18, monuments

Le Mémorial national du Canada à Vimy honore la mémoire des soldats canadiens morts en France pendant la Première Guerre mondiale. Le monument est situé sur la crête de Vimy où s’est déroulé la bataille éponyme durant laquelle de nombreux soldats canadiens ont perdu la vie. Sur les 66 000 soldats du corps expéditionnaire canadien, 11 285 ont été portés disparus dont les noms sont inscrits sur le mémorial lui-même. Le site est géré par Anciens Combattants Canada.

C’est principalement sur le territoire de Givenchy-en-Gohelle et pour partie sur celui des communes voisines de Neuville-Saint-Vaast et Vimy, au sommet de la cote 145, que se trouve le plus important monument canadien aux victimes de la Première Guerre mondiale. Il rend hommage au rôle des Canadiens lors de ce conflit, au moyen de figures de pierre symbolisant les valeurs défendues et les sacrifices faits. Érigée entre 1925 et 1936 sur le site de la bataille de la crête de Vimy, cette œuvre d’art est le fruit du travail d’artistes canadiens, notamment Walter Allward. Le mémorial est inauguré le par le roi Édouard VIII et le président français Albert Lebrun en présence de ministres canadiens et de 30 000 personnes dont six mille anciens combattants canadiens coiffés du béret réséda à feuille d’érable, symbolique de leur nation.

Le est célébré le centenaire de la bataille de Vimy en présence du président de la République François Hollande et du premier ministre canadien Justin Trudeau. Ils furent accompagnés du Prince Charles de Galles et de ses deux fils, William et Harry.

Prêt à poster monument commémoratif du Canada à Vimy

Le monument est constitué de 11 000 tonnes de béton et de 6 000 tonnes de calcaire blanc.

Les deux pylônes, représentant le Canada et la France, culminent 27 mètres au-dessus de la base du monument. En raison de l’altitude du site, la figure la plus élevée – l’allégorie de la paix – domine la plaine de Lens d’environ 110 mètres. En s’avançant à l’avant du monument, on peut remarquer une statue de femme voilée, tournée vers l’est, vers l’aube d’un nouveau jour. Elle représente le Canada, une jeune nation, pleurant ses fils tombés au combat. La crête de Vimy est aujourd’hui boisée, chaque arbre a été planté par un Canadien et symbolise le sacrifice d’un soldat. Le monument est construit d’une pierre blanche très rare, la pierre de Seget, choisie par Walter Allward, dont l’unique carrière connue est située sur l’île de Brač, en Croatie. La disparition de l’État fédéral yougoslave en 1990 a permis la réouverture de cette carrière et la restauration en 2007 du monument. Les colonnes sont montées sur une structure en béton.

L’éclatante victoire canadienne à la bataille de la crête de Vimy est un événement fondateur de la Nation canadienne. Le terrain d’assise du mémorial ainsi que la centaine d’hectares qui l’entoure ont été donnés au Canada par la France en , en signe de gratitude pour les sacrifices faits par plus de 66 000 Canadiens au cours de la Grande Guerre et notamment pour la victoire remportée par les troupes canadiennes en conquérant la crête de Vimy au cours du mois d’avril  : le gouvernement français a accordé « au Gouvernement du Canada, gracieusement et pour toujours, le libre usage de la terre, exempte de toute forme de taxe ». C’est le ministère canadien des Anciens Combattants qui est chargé de la gestion du monument. Le mémorial de Vimy a été rénové entre 2005 et 2007. Sa réouverture, par la reine Élisabeth II du Canada, a eu lieu deux jours avant le 90e anniversaire de la bataille, le .

Monument commémorant le bataille de Vimy les 9-12 avril 1917

En , la Monnaie royale canadienne émit une pièce de 5 cents en argent pour célébrer le 85e anniversaire de la bataille. Le roman The Stone Carvers (), traduit en français sous le titre Les Amants de pierre (), de l’auteure canadienne Jane Urquhart, a pour thème la construction du mémorial de Vimy. En 2012, la Banque du Canada met en circulation un nouveau billet de polymère de 20 dollars à l’effigie du monument.

De nos jours, le mémorial est un des sites les plus fréquentés du Pas-de-Calais dans le cadre du tourisme de mémoire3.

Source : Paysages & sites de mémoire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.