Mel Gibson, acteur, réalisateur, scénariste et producteur.

Mel Gibson, de son vrai nom Mel Columcille Gerard Gibson, né le 3 janvier 1956 à Peekskill, dans l’État de New York, aux États-Unis, est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur de cinéma américain.

Après avoir passé une partie de sa jeunesse en Australie, il devient célèbre en tenant le rôle-titre de Mad Max en 1979. Il prend ensuite place parmi les acteurs les mieux payés d’Hollywood en tenant la vedette de L’Arme fatale en 1987. Grâce à l’énorme succès de ces deux franchises, il fonde sa propre société Icon Productions, qui lui permet de produire et de réaliser ses propres films comme Braveheart en 1995 (dans lequel il joue et pour lequel il remporte l’Oscar du meilleur réalisateur et celui du meilleur film en 1996) et La Passion du Christ, qui suscite une vive polémique en 2004. Après plusieurs années difficiles, il renoue avec le succès commercial et critique avec son cinquième long-métrage en tant que réalisateur, Tu ne tueras point (2016), qui lui permet d’obtenir plusieurs prix, dont neuf ACCTA Awards, ainsi que le People Choice Award. Le Director Hollywood Film Award2 lui est  également décerné, avant d’être nommé aux Oscars 2017 dans six catégories, dont celles du Meilleur film et du Meilleur réalisateur.

En 1985, Mel Gibson est le premier acteur à être élu l’« homme le plus sexy du monde » par le magazine People. Au total, les films dans lesquels il a joué (ou qu’il a réalisés) ont rapporté 2 milliards de dollars aux États-Unis et 5 milliards de dollars dans le monde, ce qui le place parmi les acteurs les plus rentables de l’histoire du cinéma.


Mel Gibson est le sixième des onze enfants (six filles et cinq garçons) d’Hutton Gibson (1918-2020) et d’Anne Reilly Gibson (1918-1990). Sa mère est d’origine irlandaise et sa grand-mère paternelle, Eva Mylott, était une chanteuse d’opéra australienne. Un de ses frères, Donal, est également acteur. En 1968, la famille Gibson s’installe en Australie alors que Mel est âgé de douze ans, son père venant de gagner son procès pour un accident du travail contre son employeur et ayant reçu 145 000 $ à titre de compensation.

Mel Gibson, carte maximum, Saint-Marin.

Pour la famille Gibson, l’émigration en Australie est un signe de protestation contre la guerre du Viêt Nam à un moment où l’aîné risque d’être appelé sous les drapeaux. C’est aussi pour Hutton Gibson, catholique fervent, le moyen de protester contre la « décadence morale » qu’il voit dans la transformation des mœurs de la société américaine. À la suite des bouleversements liturgiques et théologiques de Vatican II, Hutton Gibson est en effet devenu traditionaliste et même un fervent sédévacantiste. Habitué des offices de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, il en fonde la chapelle à Sydney.

Travaillant d’abord aux côtés de ses frères dans une usine, Mel Gibson trouvera sa vocation d’acteur grâce à sa sœur qui l’incite à se présenter aux auditions de l’Institut national d’art dramatique de Sydney. Il réussit les épreuves et sera formé pendant trois ans aux pratiques du théâtre. C’est durant ces années qu’il commence à se présenter à des castings, et se lie d’amitié avec des futurs acteurs célèbres comme Steve Bisley et Geoffrey Rush, avec qui il partage un appartement.

En 1977, à l’âge de 21 ans, Mel Gibson commence sa carrière d’acteur dans la série télévisée The Sullivans et le film Summer City. Après une bagarre dans un bar, il accompagne un ami au casting d’un film à petit budget, Mad Max de George Miller. Son allure de bad boy lui permet de décrocher le rôle et c’est ainsi qu’il connaîtra le succès en incarnant le héros de ce qui deviendra le film australien le plus rentable de tous les temps. Contre toute attente, Mel Gibson est propulsé au rang de star du cinéma et reprendra le  personnage de Max Rockatansky dans les deux suites qui imposeront la saga comme l’une des références de la science-fiction post-apocalyptique (Mad Max 2 : Le Défi et Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre).

Son nouveau statut ne l’empêche pas de varier ses rôles, en témoignent ses prestations d’attardé mental dans Tim et de jeune soldat inconscient dans Gallipoli de Peter Weir. Ces deux interprétations lui permettent de gagner ses galons critiques, puisqu’il remporte deux fois le Prix du Meilleur acteur de la part de l’Australian Film Institute. Il retourne ensuite sous la direction de Peter Weir dans L’Année de tous les dangers aux côtés de Sigourney Weaver.

En 1984, Mel Gibson reprend le rôle de Fletcher Christian dans le film britannique Le Bounty, aux côtés d’acteurs réputés comme Anthony Hopkins, Liam Neeson et Daniel Day-Lewis. Devenu une vedette internationale réclamée par le cinéma américain, il revient dans son pays natal où il tourne la même année le film La Rivière.

En 1987, il confirme son statut de star hollywoodienne pour son rôle de flic suicidaire dans L’Arme fatale (Lethal Weapon) de Richard Donner. Ce film d’action entre polar et comédie est un énorme succès mondial. Son duo mouvementé avec Danny Glover marque à jamais le cinéma américain et lui permet de devenir l’un des acteurs les mieux payés du monde.

Alors que s’égrènent durant cette décennie les aventures de Martin Riggs et Roger Murtaugh, avec L’Arme fatale 2, L’Arme fatale 3 et L’Arme fatale 4, qui voient vieillir les personnages, et feront un tabac à chaque sortie, malgré une tonalité familiale chaque fois de plus en plus marquée, l’acteur multiplie les projets, et se diversifie. Les propositions de rôles deviennent de plus en plus nombreuses, et il en refuse beaucoup, comme celui de Bruce Wayne dans le Batman de Tim Burton (il pensait que le film ferait un flop), celui de John McClane dans Piège de cristal, celui d’Elliott Ness dans Les Incorruptibles de Brian De Palma, ainsi que des rôles dans Les Affranchis et dans Abyss.

En 1990, l’acteur s’écarte des blockbusters pour tenter la tragédie classique, en interprétant Hamlet dans le film de Franco Zeffirelli. Il en profite pour créer sa société Icon Productions avec son associé Bruce Davey, afin de produire des films plus intimistes comme Forever Young et L’Homme sans visage, qui marque ses débuts à la réalisation. Ce virage vers des œuvres plus personnelles ne l’empêche pas de retourner dans des films grand public, et c’est ainsi qu’il retrouve Richard Donner pour le western Maverick, aux côtés de Jodie Foster et James Garner.

En 1995, Mel Gibson s’attaque à son œuvre la plus ambitieuse, le film historique Braveheart, dans lequel il incarne  le révolutionnaire écossais William Wallace. Ce grand succès public et critique relance les films épiques dans le cinéma hollywoodien et permet à Mel Gibson de remporter l’Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur, ainsi que le Golden Globe du meilleur réalisateur.

Entretemps, il prête sa voix au capitaine John Smith dans le film  d’animation Pocahontas : une légende indienne des Studios Disney. Après ces triomphes au box-office, il enchaîne les films policiers, qui l’amènent vers un cinéma de plus en plus noir : (La Rançon, Complots, Payback) tout en s’essayant au film d’auteur avec The Million Dollar Hotel de Wim Wenders. La même année, à l’opposé, il double son avatar animé dans la série télévisée Les Simpson, lors du 1er épisode de la onzième saison de la série, intitulé Mel Gibson les cloches.

En 2000, Mel Gibson poursuit dans le doublage pour le film d’animation Chicken Run, mais reprend surtout le combat pour le film de guerre The Patriot, de Roland Emmerich, et Nous étions soldats de Randall Wallace, le scénariste de Braveheart.

Parallèlement, il s’essaie à la comédie romantique avec Ce que veulent les femmes de Nancy Meyers et retrouve la science-fiction dans Signes de M. Night Shyamalan. L’acteur est au sommet puisque ces deux derniers films font les meilleures recettes de sa carrière et permettent à ses cachets de s’élever jusqu’à 25 000 000 $.

En 2003, Mel Gibson écrit, produit et réalise le péplum biblique La Passion du Christ. Cette reconstitution des douze dernières heures de Jésus Christ fait énormément de bruit car il a choisi de la tourner en araméen, en hébreu et en latin. Les critiques du film sont très partagées, déplorant les scènes extrêmement violentes voire sadomasochistes et le message perçu comme antisémite. Cela ne l’empêche pas de battre des records au box-office en devenant le plus grand succès pour un film indépendant et d’être nommé pour trois Oscars. Ces rentrées financières lui permettent de lancer un projet plus risqué : en 2006, il poursuit en effet sa carrière de réalisateur avec Apocalypto, une fresque brutale sur l’empire maya avant sa conquête par les Espagnols, avec une distribution d’acteurs quasi inconnus de nationalité amérindienne ou mexicaine. Là encore, la sortie du film est accompagnée de nombreux débats quant à la direction prise par le cinéma de Gibson. Mais c’est surtout une image publique de plus en plus controversée qui l’amène à s’éloigner par la suite des plateaux.

En 2010, après six ans d’absence en tant qu’acteur, il revient devant la caméra pour le thriller d’action Hors de contrôle, de Martin Campbell. Mais c’est en 2011 qu’il livre une interprétation étonnante en tête d’affiche du film indépendant Complexe du Castor, de Jodie Foster, à qui il avait autrefois donné la réplique dans Maverick, et devenue depuis une amie proche.

Il enchaîne avec le petit film d’action Get the Gringo, dont il signe aussi le scénario, mais qui passe inaperçu.

L’acteur se contente donc de seconds rôles dans des projets mineurs : il incarne l’opposant principal des films Machete Kills potacherie d’action signée Robert Rodriguez et le blockbuster vintage Expendables 3, où il prête ses traits à Conrad Stonebanks, un dangereux et redoutable trafiquant d’armes.

En 2015, c’est sous la direction du metteur en scène français Jean-François Richet, pour l’adaptation du roman Blood Father de Peter Craig, qu’il prépare son retour : il y incarne un ancien détenu essayant de protéger son enfant de dangereux trafiquants de drogue.

La même année, il est choisi par le réalisateur Xiao Feng afin d’occuper le poste de directeur artistique du film Les Sentinelles du Pacifique, œuvre relatant le bombardement de la ville de Chongqing par les forces armées japonaises durant la Seconde Guerre mondiale. L’armée, sous le  commandement de Chiang Kai-Shek, utilisait la ville pour se ravitailler. Les Sentinelles du Pacifique sera réalisé en 3D. Bruce Willis obtient un rôle dans le casting. Mais la sortie du film est entâchée par des démélés judiciaires pour détournement de fonds de la part de l’actrice Fan Bingbing.

Il dirige ensuite son 5e long métrage, Tu ne tueras point (Hacksaw Ridge), avec Andrew Garfield dans le rôle de Desmond Doss, premier objecteur de conscience à avoir remporté la Medal of Honor pour son courage pendant la bataille d’Okinawa durant la Seconde Guerre mondiale. Le film sort fin 2016 et lui vaut d’obtenir une nomination au Golden Globe du meilleur réalisateur et plusieurs distinctions. L’œuvre du cinéaste est également nommée dans 6 catégories dont meilleur acteur, meilleur film et meilleur réalisateur, aux Oscars 2017. Parallèlement, Tu ne tueras point permet à Gibson de renouer avec le succès commercial, puisqu’il totalise près de 175 millions de $ de recettes mondiales, pour un budget de 40 millions $. L’accueil critique est plus contrasté : ainsi en France, Écran large (“impeccable de tenue et de construction dramatique”) ou 20 minutes (“fresque dont le souffle épique laisse le spectateur sonné par sa puissance et sa virtuosité”) le portent aux nues, tandis que d’autres tels que Le Monde exprime son malaise face au “prosélytisme” du réalisateur qui voudrait à la fois “élever l’âme et satisfaire les plus bas instincts du spectateur”, et que La Croix le juge “obscène, abject et complaisant”.

En 2017, il interprète le père de Mark Wahlberg dans la comédie Very Bad Dads 2.

Dans The Professor and the Madman de Farhad Safinia, coscénariste de Apocalypto, il joue aux côtés de Sean Penn. Puis il joue aux côtés de Naomi Watts et Frank Grillo dans le film d’action Boss Level signé Joe Carnahan, sorti en 2021.

En 2022, il retrouve Mark Wahlberg et interprète pour la deuxième fois son père sur Grand écran dans le Biopic consacré à Stuart Long réalisé par sa compagne Rosalind Ross.

En outre, Mel Gibson est dirigé par le français Romuald Boulanger en juin 2021 où l’acteur incarne un animateur radio de nuit confronté à un interlocuteur hostile.

Lors de l’évènement ” An Experience With ” 21 samedi 13 novembre 2021 à Londres, L’acteur réalisateur confirme qu’il réalisera le cinquième opus de ” L’Arme Fatale “,tout en restant l’interprète de Martin Riggs,en Hommage à Richard Donner.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.