Max Ernst, peintre et sculpteur.

Max Ernst, né le 2 avril 1891 à Brühl et mort le 1er avril 1976 à Paris, est un peintre et sculpteur allemand naturalisé américain en 1948 puis français en 1958, dont l’œuvre se rattache aux mouvements dadaïste et surréaliste.

Max Ernst est le fils du peintre Philipp Ernst (1862-1942) et de Louise Kopp.

En 1909, il commence à étudier la philosophie à l’université de Bonn, mais il abandonne rapidement les cours pour se consacrer à l’art. Il rencontre les membres du Blaue Reiter en 1911 avec qui il expose à Berlin, en 1913. La même année, il fait la connaissance de Guillaume Apollinaire et Robert Delaunay, part pour Paris et s’installe dans le quartier du Montparnasse.

Durant la Première Guerre mondiale, il sert dans l’artillerie allemande, sur le front russe, puis en France3. En 1918, il épouse Luise Straus, historienne d’art, avec qui il aura un fils, Jimmy. Leur relation tumultueuse ne tiendra pas et le couple se sépare en 1922. Louise Strauss poursuivra sa carrière de journaliste avant de décéder dans un camp de concentration nazi vingt ans plus tard.

Démobilisé, Max Ernst demeure à Cologne et s’intéresse au mouvement Dada. En 1919, il rend visite à Paul Klee à Munich et crée ses premières peintures, impressions à la main et collages ; il expérimente différents supports et matériaux. En 1920, il fonde le collectif Zentrale W/3 avec deux autres « stupides Occidentaux » (« Weststupidien »), Jean Arp et Baargeld. Au mois de février, ils publient une nouvelle revue La Chamade (Dilettantes, unissez-vous!), avec quelques contributeurs français, au rang desquels André Breton, Paul Éluard et Louis Aragon. La deuxième exposition dada de Cologne (Dada-Vorfrühling) s’ouvre au mois d’avril 1920 à la brasserie Winter4. Il y expose les collages collectifs, rebaptisés plaisamment FaTaGaGa (FAbrication de TAbleaux GArantis GAzométriques), qu’il a réalisés avec Jean Arp. L’exposition déchaîne l’indignation : elle est fermée par la police pour trouble à l’ordre public et provoque la brouille de Max Ernst avec son père.

Oeuvre de Max Ernst, carte maximum, Bonn, 10/10/1991.

Avec son comparse Baargeld, Ernst organise la Première internationale dadaïste à Berlin à la fin du mois de juin 1920. Quelques mois plus tard, en vacances à Tarrenz, dans le Tyrol, il y fait la connaissance de Tristan Tzara, et retrouve Hans Arp, Sophie Taeuber et André Breton.

L’enthousiasme provoqué auprès du futur groupe surréaliste (et en premier lieu auprès d’André Breton et Paul Éluard) par sa première exposition parisienne en 1921 à la galerie Au Sans Pareil le pousse à s’installer l’année suivante à Montparnasse, où il vit chez le couple Éluard. Il publie cette année-là Les Malheurs des immortels, suite de collages et de poèmes écrits par Paul Éluard. Soutenu par ce dernier, il exerce divers petits métiers tout en continuant de peindre.

En 1925, Max Ernst expérimente la pratique du « frottage » : il laisse courir une mine de crayon à papier sur une feuille posée sur une surface quelconque (parquet ou autre texture). Cette technique, qui fait apparaître des figures plus ou moins imaginaires, s’apparente à l’écriture automatique des écrivains surréalistes. Elle donne lieu à la publication d’Histoire naturelle, portfolio de 34 frottages publié l’année suivante par les éditions Jeanne Bucher.

En 1926, il collabore également avec le peintre Joan Miró pour la création de décors pour les spectacles chorégraphiques de Serge de Diaghilev. Avec l’aide de Miró, Max Ernst se lance dans l’élaboration d’une nouvelle technique, le « grattage » du pigment directement sur la toile. Cette participation entraine lors de la première un chahut organisé par les surréalistes, André Breton déplorant que les deux peintres aient « pactisé avec les puissances d’argent ».

Max Ernst renoue avec la pratique du collage en 1929 avec La Femme 100 têtes (éditions du Carrefour), « roman-collage » réalisé à partir de gravures tirées de revues scientifiques et de romans populaires français de la fin du XIXe siècle. Si ce livre, légendé par Ernst lui-même et préfacé par André Breton, n’est pas le premier à raconter une histoire au moyen de collages, son ampleur (quelque 147 collages) est sans précédent. Un an plus tard, l’artiste donne à partir des mêmes sources un deuxième roman-collage plus bref, Rêve d’une petite fille qui voulut entrer au Carmel (éditions du Carrefour), qui se caractérise par des légendes plus narratives et un ton violemment anti-clérical, tout le livre étant une parodie de la vie de la petite Thérèse de Lisieux. Ernst clôt ce cycle en composant au cours de vacances en Italie un troisième et dernier roman-collage, Une semaine de bonté (éditions de la galerie Jeanne Bucher, 1934), qui propose 182 images cette fois-ci dépourvues de toute légende. Avec le groupe surréaliste, il participe d’octobre à novembre 1933 au 6e Salon des surindépendants.

En 1934, au contact d’Alberto Giacometti, il commence à sculpter. En 1937, il rencontre Leonora Carrington avec qui il part vivre à Saint-Martin-d’Ardèche où il achète une maison qu’il décore de fresques et de bas-reliefs. Il illustre l’ouvrage La dame ovale de Leonora. En 1938, l’héritière américaine Peggy Guggenheim achète un bon nombre d’œuvres de Max Ernst qu’elle expose dans sa nouvelle galerie d’art à Londres. La même année, Max Ernst quitte le groupe des surréalistes, refusant de se plier aux injonctions d’André Breton qui veut le convertir au trotskisme et le séparer d’Éluard.

Dès le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, en septembre 1939, Max Ernst est arrêté comme « étranger ennemi » et interné dans le camp des Milles près d’Aix-en-Provence en compagnie de Hans Bellmer, dont il dessine un portrait durant leur captivité. Au cours de cette période, il sera temporairement interné dans le camp de Loriol-sur-Drôme. Avec l’aide du journaliste américain Varian Fry, fondateur du Comité américain de secours à Marseille en août 1940, il réussit à quitter le pays en compagnie de Peggy Guggenheim. Ils arrivent aux États-Unis en 1941. Accueillis par Jimmy, le fils de Max Ernst, ils voyagent à travers les États-Unis et se marient l’année suivante – là encore, le mariage sera de courte durée.

Max Ernst vit à New York où, au côté de Marcel Duchamp, André Breton et de nombreux intellectuels français, il prépare le terrain à l’expressionnisme abstrait de peintres américains comme Jackson Pollock. Ernst expérimente d’ailleurs le dripping plus tard adopté par Pollock, en laissant couler sur une toile de la peinture à partir d’un récipient troué. En 1942, le magazine View, dirigé par le poète surréaliste américain Charles Henri Ford (en), lui consacre un numéro spécial. Ses expositions rencontrent cependant peu de succès.

Son mariage avec Peggy Guggenheim est un échec. En octobre 1946, il épouse Dorothea Tanning à Beverly Hills (Californie). Le couple Ernst-Tanning s’installe à Sedona (Arizona). Inspiré par la faune et la flore de la région, il crée des sculptures. En 1948, il est naturalisé américain, écrit le traité Beyond Painting, puis part voyager en Europe en 1950. Il expose ses travaux américains à la galerie René Drouin à Paris. En 1952, il devient satrape du Collège de ‘Pataphysique.

À partir de 1953, il s’installe à Paris dans un atelier de l’impasse Ronsin et, l’année suivante, reçoit le grand prix de la biennale de Venise, ce qui lui vaut l’exclusion du mouvement surréaliste.

De 1955 à 1963, il réside à Huismes (Indre-et-Loire) où il réalise des œuvres marquées par la Touraine : Le Jardin de la France (1962), Hommage à Léonard ou La Tourangelle. Il illustre d’eaux-fortes Galapagos d’Antonin Artaud. Il rencontre à cette occasion le graveur Georges Visat qui gravera plusieurs œuvres de Max Ernst. Après avoir découvert de vieux rouleaux de papiers peints, Ernst réalise une nouvelle série de collages. Il est naturalisé français en 1958. L’année suivante, il reçoit le prix national des arts et des lettres. Des expositions rétrospectives sont organisées à New York, à Chicago, à Londres, à Cologne et à Zurich.

En 1963, il déménage avec Dorothea Tanning dans une petite ville du sud de la France, Seillans (Var), où il continue à travailler. Il crée les décors d’un théâtre et une fontaine dans la ville d’Amboise (Indre-et-Loire). En 1966, il réalise un jeu d’échecs en verre sur un échiquier géant de cinq mètres de côté, qu’il baptise Immortel. Un recueil de tous ses écrits, intitulé Écritures, paraît chez Gallimard en 1970.

Max Ernst devient un ami du grand industriel Jean Riboud. Il offre à l’éditeur Jean-Jacques Pauvert l’illustration du sigle de sa marque : « JJP ».

Il collabore avec l’atelier Pierre Chave à Vence pour l’impression de ses lithographies.

En 1975, une rétrospective a lieu au Musée Solomon R. Guggenheim à New York et les galeries nationales du Grand Palais de Paris publient un catalogue complet de ses œuvres.

Max Ernst meurt à Paris le 1er avril 1976 au no 19 rue de Lille. Ses cendres sont conservées à Paris au cimetière du Père-Lachaise (columbarium, case 2102).

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.