Marie Sasse, cantatrice.

Maria Constantia (Marie Constance) Sasse (également connue sous son nom d’artiste Marie Sax, Marie de Saxe et Marie Sass ; Gand, 26 janvier 18381- Paris, 8 novembre 1907) est une cantatrice belge. « Dotée d’une magnifique voix de soprano Falcon »2, elle est l’une des principales sopranos de l’Opéra de Paris de 1860 à 1870. Elle crée les rôles d’Elisabeth dans la première parisienne de Tannhäuser de Wagner (1861), de Sélika dans L’Africaine de Meyerbeer (1865) et d’Elisabeth de Valois dans Don Carlos de Verdi (1867). Elle participe également aux créations mondiales d’ Érostrate d’Ernest Reyer à Baden-Baden et d’ Il Guarany d’Antônio Carlos Gomes à Milan.


Née à Gand, Marie Sasse est la fille naturelle de Rosalie Claus, originaire d’Audenarde. Cette dernière se marie un an plus tard avec chef de musique militaire1, Charles Sasse, qui reconnait l’enfant comme sa fille. Très tôt, elle commence à chanter sous l’impulsion de son père. À l’âge de treize ans, elle se produit pour la première fois en public, lors d’un concert de charité à Charleroi. Elle interprète le « Salut à la France ! » tiré de La Fille du régiment de Donizetti et l’air de la folie de Lucia di Lammermoor. Elle recueille un très grand succès.

Après la mort soudaine de son père, elle retourne avec sa mère à Gand. Elle commence des cours de chant au Conservatoire de Gand, où elle suit les enseignements du ténor Albert Dommange. Plus tard, elle doit se produire à Bruxelles au casino des galeries royales Saint-Hubert afin de subvenir aux besoins de la famille.

Sasse, carte maximum, Belgique, 1997.

Après avoir réuni l’argent nécessaire, elle s’installe à Paris où elle entre dans le circuit des cafés concerts. Elle prend des cours de chant avec la soprano française Delphine Ugalde, qui l’a remarquée lors de l’un de ses concerts. Ugalde contacte Léon Carvalho, directeur du Théâtre-Lyrique qui l’engage en 18591. En septembre 1859, Marie-Constance Sasse, dont le nom de scène est Marie Sax, fait ses débuts au Théâtre-Lyrique dans Les Noces de Figaro de Mozart dans le rôle de la comtesse Almaviva.

Les représentations, qui commencent le 18 novembre 1859, remportent un grand succès, à la fois critique et commercial. La production reçoit 138 représentations entre 1859 et 1863. Bien que Viardot soit la vedette du spectacle, Sasse suscite l’intérêt. Elle « a une fort belle voix (…) joue avec intelligence et chante fort bien son duo : Je goûtais les charmes et son grand air Fortune ennemie ». Dans Le Ménestrel, Joseph d’Ortigue lui trouve « de la grâce, de l’ampleur, un abandon naïf et une grande sincérité d’inspiration ».

Le 18 février 1860, elle crée le rôle de la bacchante dans la première mondiale de Philémon et Baucis de Gounod. Sasse apparaît également dans une reprise de Robin des Bois, version française renommée et fortement altérée du Freischütz de Weber.

Elle entre dans la troupe de l’Opéra de Paris où elle fait ses débuts dans le rôle d’Alice de Robert le diable de Giacomo Meyerbeer le 3 août 1860. La presse musicale de Paris est pleine d’éloges1 pour ses performances et la qualifie de « nouvelle étoile au firmament de l’Opéra ». Son deuxième rôle à l’Opéra est Rachel de La Juive d’Halévy.

Le 18 mars 1861, elle interprète le rôle d’Elisabeth pour la première parisienne de Tannhäuser de Richard Wagner, qui a lieu à la Salle le Peletier. C’est Wagner lui-même qui l’a sélectionnée pour le rôle. Par la suite, elle joue les rôles de Léonore dans l’adaptation française du Trouvère de Verdi et Laura dans Pierre de Médicis de Joseph Poniatowski en 1862. Son contrat à l’Opéra est prolongé ce qui ne l’empêche pas de se produire, entre autres, au théâtre Royal de la monnaie de Bruxelles en 1862 et à Baden-Baden, où elle participe à la première mondiale de Érostrate d’Ernest Reyer.

En 1863, elle remplace au pied levé Pauline Lauters dans La Reine de Saba et remporte un triomphe3. Elle épouse la basse française Armand Castelmary. Grâce à ce mariage, elle obtient la nationalité française. Le 25 avril 1865, elle chante avec son époux, la première mondiale de L’Africaine de Meyerbeer. Ce dernier, mort en 1864, a pris soin de désigner Sasse en tant que créatrice du rôle de Sélika. Sa performance est un grand succès et lui apporte la renommée. En 1865, Adolphe Sax lui intente un procès pour l’empêcher de prendre le nom de Sax. En effet, Sasse utilise le nom de Sax comme nom de scène et c’est avec ce nom qu’elle chante L’Africaine. Adolphe Sax gagne le procès en 1866 et Sasse modifie son nom pour Sass.

Elle chante le 11 mars 1867 dans la première mondiale de Don Carlos de Verdi où elle interprète un rôle écrit spécialement pour elle. Au cours des répétitions, Sass s’oppose si violemment à Pauline Lauters, l’interprète de la princesse Eboli, que Verdi refuse d’assister à la première représentation2. Roger, dans La Semaine musicale, trouve qu’elle « a chanté avec beaucoup de chaleur et une belle voix ». De son côté, Verdi regrette que Sasse ait fait d’Elisabeth « un rôle de choriste ».

En 1868, elle interprète le rôle d’Ophélie dans Hamlet d’Ambroise Thomas.

À partir de 1868, Sass commence à donner de plus en plus de représentations à l’étranger notamment au Théâtre royal français d’Anvers. En avril 1869, elle interprète notamment le rôle de Valentine des Huguenots de Meyerbeer au Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles puis à la fin de 1869, elle joue également dans la version italienne à La Scala de Milan. Le 19 mars 1870, elle crée à Milan le rôle de Cecilia dans Il Guarany d’Antônio Carlos Gomes.

À l’approche de la guerre franco-allemande, qui débute en juillet 1870, elle chante La Marseillaise avec conviction lors de la représentation de La Muette de Portici de Daniel Auber. Pendant le siège de Paris, elle chante à Saint-Pétersbourg et est associée à l’Opéra khédival du Caire qui a ouvert quelques années plus tôt. À cause d’un désaccord, Verdi lui refuse le rôle initialement promis d’Amnéris dans Aida, dont la première mondiale a lieu au Caire en 1871. Après une querelle avec le chef d’orchestre Giovanni Bottesini, elle revient à Paris en 1872.

Elle effectue cinq saisons à Madrid puis trois à Lisbonne. Elle prend sa retraite de la scène en 1880 à la suite d’une maladie de la gorge. Elle fonde en 1882, une école de chant à Paris et donne des leçons, entre autres, à Minnie Tracey et Rose Caron. Cette dernière fait ses débuts en 1883 au Théâtre royal de la Monnaie à Bruxelles.

En 1902, elle publie ses mémoires sous le titre de Souvenirs d’une artiste. Elle meurt à l’âge de 73 ans à l’hospice Sainte-Périne d’Auteuil dans « une pauvreté abjecte » et est enterrée au cimetière du Père-Lachaise.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.