Mariano Santos Mateo, militaire.

Mariano Santos Mateo ( 1850-1900 ) était un garde civil péruvien qui a participé à la défense de son pays pendant la guerre du Pacifique. Il est devenu célèbre en capturant, lors de la bataille de Tarapacá, le colonel du régiment “2º de Línea” de l’ infanterie de l’armée chilienne.


Il est né en 1850 dans le district de Lucre, province de Quispicanchi, Cusco. Ses parents étaient le colonel Carlos Santos Ego, un soldat argentin arrivé au Pérou lors de l’expédition de libération commandée par le général José de San Martín, et la dame de Cuzco Doña Antonia Mateo Chara. À l’âge de 20 ans, il quitte sa ville natale pour se rendre dans la ville d’Arequipa où, en 1875, il rejoint la Garde civile du Pérou.

Lorsque la guerre avec le Chili éclata, le gouvernement péruvien ordonna la création de nouveaux corps militaires pour faire face à l’adversaire. Les premiers à être appelés dans les rangs de l’armée sont les gardes civils des différentes villes qui, de par leur formation et les caractéristiques de leur métier, se trouvent dans une situation comparable à celle des soldats de l’armée de ligne.

Le colonel Alejandro Bezada, alors préfet d’ Arequipa , organisa avec une grande diligence une division de 560 hommes, dont il assuma lui-même le commandement, partant vers le sud dans la première quinzaine d’avril 1879. Ces forces étaient composées de deux colonnes de la Garde civile. d’ Arequipa, la Gendarmerie d’ Arequipa et de Puno et la Garde Nationale d’ Arequipa, les mêmes qui plus tard formèrent avec le Bataillon Ayacucho la Troisième Division de l’Armée Péruvienne du Sud. Mariano Santos était dans la 1ère Compagnie de la Colonne “A” de la Garde Civile d’ Arequipa.

De cette manière, le bataillon Guardias de Arequipa a été formé, composé de six compagnies de garde civile et d’une colonne de gendarmes, avec un total de 560 hommes.

Le destin n’a pas voulu que le préfet d’Arequipa affronte les troupes qui ont envahi le sud du Pérou, car peu de temps après son arrivée à Iquique , il est décédé accidentellement, remplacé par le colonel Manuel Carrillo y Ariza.

À la mort du colonel Bezada, la troisième division de l’armée du Sud est devenue commandée par le colonel Francisco Bolognesi Cervantes.

Lorsque la nouvelle de la prise du port péruvien de Pisagua a été entendue, le bataillon des gardes d’Arequipa a marché pour faire face à l’invasion chilienne.

Dans le cadre de la troisième division de l’armée péruvienne du sud, le bataillon des gardes d’Arequipa a participé à la bataille de San Francisco ou Dolores, commandé par le colonel diplômé Don Manuel Carrillo y Ariza, avec le bataillon Ayacucho du colonel Manuel A. Prado. Après la défaite, il marcha vers San Lorenzo de Tarapacá, qui était une ville des hauts plateaux du sud du Pérou, où le 27 novembre 1879 aurait lieu la bataille du même nom et dans laquelle le bataillon auquel appartenait Mariano Santos serait confié. la défense de celui-ci. Tarapacá a été attaqué par le régiment “2nd Line”de l’infanterie de l’armée chilienne et dans le combat, qui a eu lieu dans les mêmes rues de la ville, la garde civile Mariano Santos a réussi, la baïonnette à la main, à saisir le colonel du régiment ennemi après un combat sanglant dans lequel le toute l’escorte a péri.

Pour cette action, Mariano Santos a été appelé le Brave de Tarapacá, méritant une mention spéciale dans la partie que le chef de sa division, le colonel Francisco Bolognesi , a écrit après la bataille, notant que c’est lui qui a arraché la bannière des mains du ennemi.

Peu de temps après avoir appris que la bannière avait été capturée par les troupes péruviennes, la presse chilienne fit circuler la version que le sous-lieutenant Barahona, lorsqu’il fut mortellement blessé, avait roulé enroulé dans la bannière au fond du ravin sans que le reste du régiment soit pu le récupérer et où les Péruviens l’ont soi-disant ramassé.

Après la victoire, l’armée péruvienne a poursuivi sa marche vers le port d’Arica. Lors d’une cérémonie solennelle, effectuée à la porte de la cathédrale de San Marcos à Arica, le contre-amiral Lizardo Montero décoré et promu inspecteur des gardes GC (grade équivalent à celui de lieutenant d’armée à l’époque), le 31 janvier 1880, à la Garde GC Mariano Santos Mateo. Le trophée capturé est resté dans l’église de cette ville, d’où il a ensuite été transféré à celle de Tacna . Dans ladite ville, il sera retrouvé par les troupes chiliennes quelque temps plus tard et renvoyé au “2º de Línea” avant la campagne de Lima.

Mariano Santos combattra dans la bataille d’Alto de la Alianza dont il sera grièvement blessé. Lorsque l’armée du sud est arrivée à Arequipa avec la dépouille, après s’être remis de la blessure subie, il a été honoré par les autorités de la ville en lui décernant une médaille d’or. Par souscription populaire, il reçut un nouvel uniforme, en remplacement de celui déchiré et ensanglanté avec lequel il était revenu de la campagne, celui-là même qu’il portait au banquet tenu en son honneur le 24 septembre 1880.

Après la fin de la guerre, il retournera dans son pays natal où il épousera Julia Herrera, une union dont il sortira des enfants, après avoir mené une vie paisible en cultivant la terre de sa famille.

Il mourut dans la ville de Cusco le 7 octobre 1900. Ses restes furent enterrés au cimetière d’Oropesa à Quispicanchi.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.