Mariano Pardo de Figueroa (Docteur Thebussem), écrivain et gastronome.

Mariano Pardo de Figueroa y de la Serna ( Medina Sidonia , 18 novembre 1828 – ibid , 11 février 1918) était un écrivain, cervantiste et gastronome espagnol. Connu pour ses incursions dans les traités culinaires, il utilise le pseudonyme de Docteur Thebussem.


Il est né le 18 novembre 1828. Il a adopté le pseudonyme exotique du docteur Thebussem, qui n’est autre que l’anagramme du mot Embustes, ajoutant le Th pour lui donner un style plus allemand, à publier, avec une prétendue distanciation de un hispanique étranger, articles sur la situation espagnole.

Appartenant à une famille Asidonense avec un prestige social et un pouvoir économique qui a ses racines sur la Plaza Gaspar del Pino de Cadix en tant que souverains perpétuels de la ville. Il reçut une éducation soignée et étudia le latin, l’anglais, le français et l’italien. Le confort financier de la famille lui permet d’étudier le droit à Séville et à Grenade, pour ensuite obtenir un doctorat à Madrid (1854). Exceptionnellement à ce à quoi il était habitué dans l’Espagne de son temps, il a voyagé à travers l’Europe et l’Afrique, étant particulièrement impressionné par Londres et la culture britannique. A l’issue de cette étape, il revient dans sa ville natale à l’âge de trente-cinq ans et ne la quitte pratiquement plus sauf à de très rares occasions.

Il consacra principalement ses efforts à la diffusion et à la valorisation de la littérature gastronomique, mais ce ne fut pas le seul de ses efforts littéraires, puisqu’il écrivit sur la philatélie , le droit , la tauromachie, l’histoire, les ex-libris , la bibliographie de Cervantès ou le théâtre. Depuis qu’il a trente-cinq ans, il ne quitte guère Medina Sidonia , mais c’est de là qu’il écrit et travaille, entretenant une copieuse correspondance avec les personnages de l’époque, espagnols et étrangers ; plus de 12.000 lettres de lui sont connues. En tant que Cervantiste, il doitÉpîtres droapiennes. Sept lettres sur Cervantes et El Quichotte, adressées au très honorable docteur EW Thebussem, baron de Tirmenth. S.H. TT. dans les années 1862 à 1868 par MM Droap. Ils sont publiés par M. Mariano Pardo de Figueroa (Cadix : Impression du Journal médical, 1868). Un an plus tard, il les poursuit avec Droapiana en 1869. Huitième lettre sur Cervantes et Don Quichotte… (Madrid : Rivadeneyra, 1869). Ces lettres, qui rassemblent d’ailleurs un grand volume de références bibliographiques, pas toujours crédibles, sur Don Quichotte, parfois sous des aspects mineurs ou collatéraux, avaient pourtant la grande vertu de revitaliser le Cervantisme.puis, qu’il était très déprimé. En fait, le terme «cervantofilo» («dévot de Miguel de Cervantes ou passionné de collectionner les éditions des œuvres de l’écrivain») est attribué aux Asidonense. Mariano Pardo de Figueroa (avec son ami Cadix Adolfo de Castro y Rossi) provoqua un spectaculaire regain d’intérêt pour l’œuvre de Cervantes.

Il est nommé premier facteur honoraire par Correos de España le 20 mars 1880 en récompense de ses efforts pour diffuser la philatélie naissante . En 1944, il lui dédie un timbre et en 1981 il en émet un autre dédié à son héritage. C’était le premier éditeur de cartes postales privées en Espagne en raison du manque de diligence du gouvernement pour mettre en circulation les cartes officielles.

Il était universitaire correspondant de l’ Académie royale d’histoire (à laquelle il envoya un tableau avec son portrait pour assister à l’effigie et ne pas avoir à voyager) depuis 1861, de l’ Académie royale des bonnes lettres de Séville , membre de l’Institut archéologique de de l’Empire allemand et de Rome, de la Société historique d’Utrecht, grand-croix d’Alphonse XII (1904), président de la Société des arts culinaires de Madrid et membre de la société londonienne de la gastronomie et des chefs.

Il a entretenu une intense correspondance, entre autres, avec Menéndez Pelayo , Benito Pérez Galdós , Juan Valera , Antonio Peña y Goñi , Mariano de Cavia , Asenjo Barbieri , Melquíades Brizuela , Romero Robledo , Fernán Caballero , Juan Hatzenbusch et Adolfo de Castro , entre autres .

Il a actuellement une rue, Docteur Thebussem, dans sa ville natale, Medina Sidonia. Il y a un portrait de lui du peintre suisse à l’Académie royale d’histoire.  En 2019, une série de ses articles a été republiée dans un livre intitulé Entre ristras de ajos y alfajores.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.