Maria Keil, artiste.

Maria Keil (9 août 1914 – 10 juin 2012) était une artiste portugaise. Elle est née à Silves et est décédée à Lisbonne .

Maria Keil a produit une œuvre vaste et diversifiée qui comprend la peinture, le dessin et l’illustration, l’ azulejo , la conception graphique et mobilier, la tapisserie et la scénographie . Son activité intense en tant qu’illustratrice est particulièrement remarquable, ainsi que le rôle crucial qu’elle a joué dans la rénovation des carreaux contemporains au Portugal.

En 2013, le Musée de la Présidence de la République a organisé une exposition rétrospective couvrant les multiples aspects de son travail. Il a une bibliothèque qui porte son nom à Lisbonne à Lumiar.


Maria Keil est née à Silves, dans la région portugaise de l’ Algarve, fille de Francisco da Silva Pires et Maria José Silva. A partir de 1929, elle suit le cours préparatoire à l’école des beaux-arts de Lisbonne puis le cours de peinture (qui n’en finit pas), où elle est élève de Veloso Salgado. Sa pratique artistique se caractérise, depuis le début, par la diversité des techniques et des moyens d’expression. Tout au long de sa vie, elle s’engagera dans une multitude de domaines, dont la peinture et le dessin, l’illustration, les arts graphiques, la gravure, le carrelage, la tapisserie, le mobilier, la décoration, la scénographie et les costumes.

En 1933, elle épousa l’architecte Francisco Keil do Amaral et deux ans plus tard, son fils unique, Francisco Pires Keil do Amaral (ou Pitum ​​Keil do Amaral) naquit.

En 1936, elle devient membre de l’ETP (Technical Advertising Studio, alors formé par José Rocha), se liant d’amitié avec Carlos Botelho , Fred Kradolfer, Ofélia Marques et Bernardo Marques . L’année suivante, elle fait un séjour à Paris lors de la construction du Pavillon de l’Exposition Internationale de Paris (dont Keil do Amaral était architecte), pour lequel elle réalise un motif décoratif dans la Sala IV – Ultramar (Salle IV – Outremer).

Elle expose individuellement pour la première fois en 1939 (puisqu’il n’y a pas de galeries d’art, l’exposition a lieu à Galeria Larbom, un magasin de meubles sur Rua do Ouro, Lisbonne) ; la même année, elle participe à l’exposition d’art moderne SPN IV. Elle participe aux spectacles SPN des deux années suivantes, remportant le prix de la Révélation Souza-Cardoso en 1941 avec Self Portrait, 1941.

En 1940, elle dessine les décors et les costumes du ballet Lenda das Amendoeiras , présenté lors du premier spectacle de la compagnie de ballet Verde Gaio.

Entre 1946 et 1956, elle participe régulièrement aux Expositions Générales des Arts Plastiques, SNBA, Lisbonne. Elle réalise une exposition individuelle en 1945 et, à nouveau, en 1955 : « il s’agit d’une exposition historique, car elle marque, dans le cadre de l’art portugais, des niveaux d’innovation pionnière dans les domaines du meuble et, surtout, du carrelage ». (cette exposition mettait en lumière le travail de conception de meubles pour les intérieurs domestiques et, aussi, pour les espaces commerciaux liés aux restaurants et aux hôtels, auxquels elle se consacra depuis le début des années 1940 et jusqu’au milieu de la décennie suivante). S’ensuit une longue pause au cours de laquelle elle se consacre à une multiplicité d’activités, pour exposer à nouveau individuellement à partir de 1983.

Parmi les domaines auxquels elle s’est consacrée avec plus de continuité, l’illustration mérite d’être soulignée. Multifacette, Maria Keil a écrit et illustré des livres pour enfants et adultes, ayant des publications entièrement à elle (texte et image) ou illustrant des œuvres de Matilde Rosa Araújo , Aquilino Ribeiro , Sophia de Mello Breyner Andresen , José Gomes Ferreira , Augusto Abelaira, Mário Dionísio , José Rodrigues Miguéis , Ilse Losa , entre autres.

Maria Keil, carte maximum, Portugal.

Un autre aspect frappant de son travail et où elle s’est le plus distinguée était le carreau, dans lequel elle a commencé à travailler au début des années 1950. Maria Keil deviendra l’une des principales figures de la rénovation moderne dans ce domaine. De sa vaste production, le panneau de tuiles O mar , sur l’Avenida Infante Santo, à Lisbonne, et la vaste collaboration pour le Metropolitano de Lisboa peuvent être soulignés. [7]À partir de 1957, ces travaux se poursuivront jusqu’en 1972 environ, avec l’inauguration des dernières stations de cette première phase : Arroios, Alameda, Areeiro, Roma et Alvalade. Maria Keil était l’auteur des panneaux pour toutes les stations initiales à l’exception de l’Avenida. A partir de 1977, certains de ces panneaux ont été totalement ou partiellement détruits, en raison de l’agrandissement de plusieurs gares, dont Saldanha, Restauradores et Intendente. En 1978, elle participe à l’exposition itinérante 5 Centuries of Tiles au Portugal ( Rio de Janeiro, São Paulo , Brasilia et Caracas ) ; à partir de cette date, son travail fait partie des principales expositions (au Portugal et à l’étranger) consacrées au carrelage au Portugal. En 1989, leLe Museu Nacional do Azulejo a organisé une exposition complète sur cette facette de son travail.

Le 9 avril 1981, elle reçoit le grade de commandeur de l’ ordre militaire de Sant’Iago da Espada.

En 2013, le Musée de la Présidence de la République a organisé, au Palais de la Citadelle de Cascais, en partenariat avec la Mairie de Cascais, l’exposition On Purpose – Maria Keil , œuvre artistique, présentant une vision rétrospective et complète de ses œuvres.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.