Marguerite Mahy, auteure de livres pour enfants.

Margaret Mahy (21 mars 1936 – 23 juillet 2012) était une auteure néo-zélandaise de livres pour enfants et jeunes adultes. Beaucoup de ses intrigues ont de forts éléments surnaturels, mais son écriture se concentre sur les thèmes des relations humaines et de la croissance. Elle a écrit plus de 100 livres d’images, 40 romans et 20 recueils de nouvelles. À sa mort, elle était l’une des trente écrivains à remporter la médaille biennale internationale Hans Christian Andersen pour sa «contribution durable à la littérature pour enfants».

Mahy a remporté la médaille Carnegie annuelle à deux reprises. Il  récompense le meilleur livre pour enfants de l’année par un sujet britannique , et elle a remporté à la fois The Haunting (1982) et The Changeover (1984). (En 2012, seuls sept écrivains ont remporté deux Carnegies, aucun trois.) Elle était également une finaliste très appréciée pour Memory (1987).

Parmi ses livres pour enfants, A Lion in the Meadow et The Seven Chinese Brothers and The Man Whose Mother was a Pirate sont considérés comme des classiques nationaux. Ses romans ont été traduits en Te Reo Māori, allemand, français, espagnol, néerlandais, norvégien, danois, suédois, finnois, italien, japonais, catalan et afrikaans. De plus, certaines histoires ont été traduites en russe, en chinois et en islandais.


Mahy est né en 1936, l’aîné de cinq enfants. Elle a été élevée dans son lieu de naissance de Whakatane. Son père, Francis George Mahy, était un constructeur de ponts et racontait souvent à ses enfants des histoires d’aventures qui ont ensuite influencé l’écriture de Mahy. Sa mère Helen Penlington était enseignante. Elle était considérée comme une ‘apprenante lente’,  et détestait particulièrement les mathématiques. Sa première histoire publiée était “Harry is Bad”, écrite à l’âge de sept ans (publiée dans la page pour enfants du Bay of Plenty Beacon ). Elle l’a montré à sa classe pour leur faire savoir qu’ils pouvaient écrire des histoires à tout âge.

Elle est allée à l’école secondaire locale, où elle a été reconnue comme une nageuse talentueuse.

Mahy a terminé son BA au Auckland University College (1952–1954) et au Canterbury University College , obtenant son diplôme en 1955. En 1956, elle s’est formée à la New Zealand Library School, Wellington en tant que bibliothécaire.

À partir de 1965 environ, Mahy a vécu à Governors Bay sur la péninsule de Banks , à Canterbury , dans l’ île du sud de la Nouvelle-Zélande. Elle était une mère solo et y a élevé deux filles. À 62 ans, Mahy s’est fait tatouer sur l’épaule droite l’image d’un crâne avec une rose dans les dents. Elle écrivait au sujet d’une personne tatouée et considérait la recherche sur le tatouage pour lui permettre de décrire l’expérience de manière convaincante.

En 2007, Mahy a adopté un chiot cavoodle qu’elle a nommé Honey, à cause de sa couleur. Mahy est décédée au Nurse Maude Hospice de St Albans, Christchurch, le 23 juillet 2012, à l’âge de 76 ans. Elle avait reçu un diagnostic de tumeur cancéreuse inopérable de la mâchoire en avril 2012 et avait été transférée dans un hospice environ neuf jours avant sa mort.

Son dernier livre Tail of a Tale, publié à titre posthume en 2014, a été commandé par le photographe polonais Tomasz Gudzowaty.

Elle a travaillé comme bibliothécaire à Petone, le service de bibliothèque scolaire à Christchurch, et en 1976 a été nommée bibliothécaire pour enfants à la bibliothèque publique de Canterbury  Pendant ce temps, plusieurs de ses histoires ont été publiées dans le New Zealand School Journal et son premier livre l’a vue devenir connue internationalement. A Lion in the Meadow était une histoire du School Journal de 1965. Il a été publié en 1969 par JM Dent au Royaume-Uni et Franklin Watts aux États-Unis, sous la forme d’un livre d’images grand format illustré par Jenny Williams. Toujours en 1969, William Heinemann Ltd et Watts ont publié un autre livre d’images grand format, Le dragon d’une famille ordinaire avec des illustrations d’ Helen Oxenbury, qui a remporté la médaille Greenaway des bibliothécaires britanniques récompensant le meilleur livre illustré pour enfants de l’année. Il y en eut trois autres la même année.

Mahy a écrit plusieurs romans fantastiques, dont The Haunting et The Changeover.

Mahy est devenue écrivaine à plein temps en 1980. Elle a remporté de nombreux prix de livres et distinctions pour ses contributions à la Nouvelle-Zélande et à la littérature pour enfants. L’un était docteur ès lettres honoraire de l’ Université de Canterbury. En 1985, elle a créé la bourse Margaret Mahy Fees à l’Université de Canterbury.

Le Margaret Mahy Medal Award a été créé par la New Zealand Children’s Book Foundation en 1991 pour récompenser l’excellence dans la littérature, l’édition et l’alphabétisation pour enfants en Nouvelle-Zélande.

Le 6 février 1993 , Mahy a été nommée membre de l’Ordre de la Nouvelle-Zélande , pour ses contributions à la littérature pour enfants. En mars 2009, elle a été commémorée comme l’un des douze héros locaux et un buste en bronze d’elle a été dévoilé à l’extérieur du Christchurch Arts Center.

En 2010, son livre Kaitangata Twitch a été adapté pour la télévision et diffusé sur Māori Television. Réalisée par Yvonne Mackay et produite par The Production Shed.TV, la série comprend une apparition de Margaret Mahy dans une scène de bibliothèque.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.