Margrethe II, Reine du Danemark.

Margrethe II, Marguerite II en français, née le 16 avril 1940 à Copenhague (Danemark), est la reine de Danemark depuis le 14 janvier 1972.

Seconde femme à régner sur le pays (la première étant Marguerite Ire sept siècles plus tôt), la reine Margrethe II appartient à la maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, une branche cadette de la maison d’Oldenbourg, dont les monarques danois sont issus depuis 1863.

Depuis le décès d’Élisabeth II du Royaume-Uni le 8 septembre 2022,  Margrethe II est la seule reine régnante du monde à la tête d’un pays indépendant.


La future reine naît le 16 avril 1940 à la résidence de ses parents, le palais Frédéric VIII, lui-même partie du complexe palatial d’Amalienborg, résidence principale de la famille royale de Danemark dans le quartier de Frederiksstaden au centre de Copenhague. Elle est le premier enfant du prince Frédéric, prince héritier du royaume de Danemark, et de son épouse la princesse Ingrid de Suède. La reine descend par son père des rois de Danemark et par sa mère des souverains suédois. Son grand-père maternel était le roi de Suède Gustave VI Adolphe et sa grand-mère maternelle Margaret de Connaught était la petite-fille de la reine Victoria. À ce titre, elle est apparentée à la plupart des membres des maisons royales d’Europe.

Par sa mère Ingrid de Suède (de la dynastie Bernadotte), elle descend également de Joséphine de Beauharnais, impératrice des Français (les Bernadotte sont descendants de l’impératrice par sa petite-fille, la princesse Joséphine de Leuchtenberg, fille du prince Eugène et épouse d’Oscar Ier de Suède).

À sa naissance, Margrethe est princesse d’Islande. En effet, son grand-père, le roi Christian X de Danemark est alors roi d’Islande. Elle porte comme deuxième prénom celui d’Alexandrine, sa grand-mère et dernière reine d’Islande, et comme troisième prénom celui de Þórhildur, son prénom islandais. En mai 1944, lors d’un référendum, les Islandais votent  massivement pour l’abolition de la monarchie. L’Islande devient une république le 17 juin 1944 et Margrethe perd ce titre (à l’instar de la princesse Benedikte et du comte Ingolf).

Née vers la fin du règne de son grand-père, Christian X, la princesse Margrethe n’a que sept ans lorsque son père monte sur le trône sous le nom de Frédéric IX en 1947.

Elle étudie à l’école privée Zahle, d’où elle sort diplômée en 1959. Elle passe un an à la North Foreland Lodge, un pensionnat pour filles en Angleterre. Elle étudie ensuite l’archéologie au Girton College à Cambridge pendant l’année scolaire 1960-1961, la science politique à l’université Aarhus au Danemark entre 1961 et 1962, à la Sorbonne en 1963 et à la London School of Economics en 1965.

La reine Margrethe parle couramment, outre le danois, l’allemand,  l’anglais, le français, le suédois, et a des connaissances en féroïen.

Peu de temps après que le roi Frédéric IX eut prononcé son discours du Nouvel An à la nation au tournant de l’année 1971-1972, il tomba malade. À sa mort, 14 jours plus tard, le 14 janvier 1972, Margrethe accéda au trône à l’âge de 31 ans, devenant la première femme souveraine danoise en vertu du nouvel acte de succession proposé par son père en 1953. Elle est proclamée au balcon du palais de Christiansborg le 15 janvier 1972 par le Premier ministre Jens Otto Krag. La reine Margrethe II abandonne tous les anciens titres du monarque à l’exception du titre au Danemark. Son titre est donc : « Par la grâce de Dieu, reine de Danemark » (en danois : Margrethe den Anden, af Guds Nåde Danmarks Dronning). La reine choisit pour devise : « L’aide de Dieu, l’amour du peuple, la force du Danemark ».

Les principales tâches de la reine sont de représenter le royaume à  l’étranger et d’être une figure unificatrice dans son pays. La reine s’acquitte donc de cette dernière tâche en acceptant des invitations à ouvrir des expositions, en assistant à des anniversaires, en inaugurant des ponts, etc. Elle reçoit des ambassadeurs étrangers et décerne des honneurs et des médailles.

En tant que fonctionnaire[style à revoir] non élue, la reine ne prend aucune part à la politique des partis et n’exprime aucune opinion politique. Bien qu’elle ait le droit de vote, elle choisit de ne pas l’utiliser pour éviter toute apparence de partisanerie.

La reine tient une réunion avec le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères tous les mercredis, à moins qu’elle ou le Premier ministre ne se trouve à l’extérieur du royaume.

Après une élection où le Premier ministre sortant n’a pas la majorité derrière lui, la reine tient un « Dronningerunde » (réunion de la reine) au cours de laquelle elle rencontre les présidents de chacun des partis politiques danois.

Chaque parti a le choix de sélectionner un enquêteur royal pour mener ces négociations ou, à défaut, de donner au Premier ministre sortant le mandat de maintenir son gouvernement tel quel. En théorie, chaque parti pourrait choisir son propre chef comme enquêteur royal. Le social-libéral Det  Radikale Venstre l’a fait en 2006. Mais souvent un seul enquêteur royal est choisi, plus le Premier ministre, avant chaque élection. Le chef qui, lors de cette réunion, réussit à obtenir la majorité des sièges du Folketing, est par arrêté royal chargé de former un nouveau gouvernement (il n’est jamais arrivé dans une histoire plus moderne qu’un parti ait détenu à lui seul la majorité).

Une fois le gouvernement formé, il est officiellement nommé par la reine. Officiellement, c’est la reine qui est le chef du gouvernement, et elle préside donc le Conseil d’État (conseil privé), où les actes législatifs qui ont été adoptés par le parlement sont promulgués. Dans la pratique, cependant, presque tous les pouvoirs formels de la reine sont exercés par le gouvernement du Danemark.

En plus de ses rôles dans son propre pays, la reine est également colonel en chef du Princess of Wales’s Royal Regiment (Queen’s and Royal Hampshires), un régiment d’infanterie de l’armée britannique, suivant une tradition familiale.

Le 14 janvier 2012, la reine Margrethe II célèbre son jubilé de rubis, marquant le 40e anniversaire de son accession au trône. Celui-ci a été marqué par une procession en calèche, un banquet de gala au palais de Christiansborg et par de nombreuses interviews télévisées.

La reine Margrethe est très populaire au Danemark, dépassant de loin son père, qui dans les années 1950-1970 atteignait 50 % d’avis favorables de l’opinion. On la crédite notamment de la modernisation de la cour, lui épargnant des scandales que connut celle du Royaume-Uni. Parmi les souverains européens, elle est la seule à donner régulièrement des audiences publiques à des Danois qui souhaitent lui parler ou lui exposer un problème. La seule critique à son égard est de fumer en public. On se moque également gentiment de ses choix vestimentaires originaux.

En 2009, les Danois votent par référendum pour l’égalité homme-femme dans l’ordre de succession au trône.

Le 14 janvier 2022, la reine Margrethe II célèbre son jubilé d’or, qui marque le 50e anniversaire de son accession au trône. Au cours de cette journée, la souveraine dépose une gerbe de fleurs sur la tombe de son père, le roi Frédéric IX. En raison de la pandémie de Covid-19, les festivités prévues pour célébrer le jubilé sont décalées aux 10 et 11 septembre suivants par la Première ministre Mette Frederiksen. À cette occasion, plusieurs  événements sont prévus, notamment un dîner de gala au château de Christiansborg, des célébrations à l’hôtel de ville de Copenhague et une relève de la garde au palais d’Amalienborg afin de rendre hommage à la souveraine.

Cependant, à la suite de la mort de la reine Élisabeth II, survenue le 8 septembre 2022, la reine de Danemark modifie une grande partie du programme de son jubilé : la réception à l’hôtel de ville de Copenhague est reportée, tandis que la relève de la garde, la parade en calèche dans les rues de la capitale et l’apparition des membres de la famille royale au balcon du palais d’Amalienborg sont annulées. D’autre part, une représentation au Théâtre royal, une messe à Copenhague et la soirée de gala au château de Christiansborg sont maintenues « dans un format adapté », avec notamment une minute de silence en hommage à Élisabeth II.

En 2022, la reine Margrethe II règne depuis plus de cinquante ans. Son règne est, à cette date, le deuxième plus long du pays, derrière celui du roi Christian IV. La reine affirme, en juin 2020, lors de son 80e anniversaire, ne pas avoir l’intention d’abdiquer, même si ses engagements publics sont davantage assurés par le prince héritier. À la mort de la reine, il est prévu que c’est son fils aîné, le prince héritier Frederik, qui lui succédera sur le trône.

Après sa disparition, la souveraine devrait être inhumée dans un mausolée situé dans la cathédrale de Roskilde, auprès de ses prédécesseurs.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.