Marco Simoncelli, pilote de vitesse moto.

Marco Simoncelli (né le 20 janvier 1987 à Cattolica, dans la province de Rimini, en Émilie-Romagne, et mort le 23 octobre 2011 à Sepang,  en Malaisie) est un pilote de vitesse moto italien. Il est sacré champion du monde 250 cm3 en 2008.


Marco Simoncelli est âgé de quinze ans lorsqu’il commence à courir sur une Aprilia en Grand Prix 125 cm3 pendant la saison 2002, en République tchèque. Il fait six courses, marque trois points et termine l’année à la 33e place du classement final.

La saison suivante, dans la même catégorie, sans réaliser de podium, le pilote italien marque 31 points pour finir à la 21e place du Championnat du monde 2003.

En 2004, alors que son compatriote Andrea Dovizioso, avec lequel il entretient une vive rivalité, brille et est sacré Champion du monde 125, Simoncelli réussit deux pole positions et remporte son premier Grand Prix en Espagne sur le circuit de Jerez de la Frontera. Il ne remonte plus ensuite sur le podium et termine à la onzième place pour une troisième saison en catégorie 125.

La saison 2005 se révèle plus satisfaisante pour le natif de Rimini, qui réalise le doublé 2004-2005 au Grand Prix d’Espagne, et termine cinquième du classement général avec six podiums à son actif. Cette entrée dans le top-5 lui permet d’obtenir un guidon en catégorie 250 cm3, au sein de l’écurie officielle Aprilia.

Arrivé dans la catégorie supérieure des 250 cm3 en 2006, cette première saison se révèle un peu décevante malgré les espoirs. Simoncelli la conclut à la 8e place du classement général avec seulement 92 points, sans monter sur un podium. Le team officiel Aprilia le lâche, jugeant sa saison  insatisfaisante par rapport aux objectifs fixés.

Simoncelli garde néanmoins un guidon en 250 cm3 pour la saison 2007, s’engageant avec l’écurie italienne Squadra Métis Gilera Racing aux côtés de Roberto Locatelli. Le pilote perfectionne sa conduite, malgré de multiples chutes, notamment en Turquie, où il chute en perdant l’adhérence de sa Gilera RSA 250 alors qu’il était dans le top 5. Cette année-là, avec l’arrivée de nombreux talents venus de la 125 tels Alvaro Bautista, Mika Kallio, Julian Simon, Thomas Lüthi, le niveau du plateau monte d’un cran. Marco Simoncelli termine à la dixième place au classement général.

Poursuivant dans la même écurie, sa saison 2008 est l’une des plus abouties, malgré deux abandons dans les deux premières courses. Marco Simoncelli s’impose à six reprises, et monte six autres fois sur le podium en seize épreuves disputées. Cela lui permet de marquer 281 points au classement final, et d’obtenir le titre de Champion du Monde 250 cm3.

La saison suivante, malgré six victoires, l’émilien-romagnol ne parvient pas à conserver son titre. Inscrivant 231 points, il échoue à la troisième place du classement final du Championnat du monde 2009. Cette même année, sur une Aprilia, il prend part à la douzième manche du Championnat du monde de Superbike qui se déroule sur le circuit d’Imola. Après un abandon dans la première course, il termine la seconde à la troisième place.

Pour la saison 2010, Marco Simoncelli intègre le Championnat du monde de MotoGP, où il court pour le Honda Gresini Racing de Fausto Gresini. Honda, qui croit beaucoup en son potentiel, lui fournit un prototype d’usine (le même dont disposent les pilotes de l’écurie officielle) et non une version « clients », ce qui est plus fréquent dans les équipes satellites. Il termine l’année à la huitième place du classement final du Championnat du monde des pilotes, réalisant une excellente fin de saison. Malgré son jeune âge, Marco Simoncelli, reconnu pour sa fougue, son sourire et sa généreuse chevelure, devient petit à petit une personnalité forte du MotoGP. Il y incarne l’avenir pour l’Italie, mais aussi pour les passionnés qui apprécient son charisme et sa flamboyance; Valentino Rossi, dont il est proche, étant en fin de carrière.

Il confirme en 2011 avec deux pole positions, et deux podiums, à Brno (3e) et Phillip Island (2e), ses premiers dans la catégorie. Il est sixième au classement du Championnat du monde des pilotes avant la 17e épreuve, qui se déroule en Malaisie sur le circuit de Sepang.

Le 23 octobre 2011, lors du deuxième tour du Grand Prix de Malaisie, le pneu avant de sa moto “décroche”. Mystérieusement les 2 pneus de la moto “réaccrochent” à l’extérieur de la piste, ce qui ramène la moto  complètement couchée de Simoncelli à l’intérieur du virage. il vient couper la route de Colin Edwards et Valentino Rossi lors de son retour sur la piste. La Yamaha du team Tech 3 d’Edwards (qui se luxe l’épaule dans sa chute), et la Ducati de Rossi le heurtent successivement au sol ; son casque est arraché par la violence du choc. Marco Simoncelli est gravement blessé aux vertèbres cervicales, à la tête et à la poitrine. Il est immédiatement transféré en ambulance au centre médical du circuit où il arrive en état d’arrêt cardio-respiratoire. Mais les blessures sont trop graves et toutes les tentatives de réanimation échouent. La course est interrompue par drapeau rouge, puis définitivement annulée par Carmelo Ezpeleta, patron de Dorna Sports, la société qui gère les droits du Championnat du monde. Après quarante-cinq minutes de tentative de réanimation, Marco Simoncelli, 24 ans, est déclaré mort à 16 h 56 (heure locale).

Marco Simoncelli est le deuxième pilote de la catégorie MotoGP à trouver la mort en course. En 2003, Daijiro Kato, du Gresini Racing également, chute lourdement lors du Grand Prix du Japon pour succomber deux semaines plus tard, des suites de ses blessures.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.