Luis Aragonés, footballeur et entraîneur.

José Luis Aragonés Suárez Martínez, dit Luis ou Zapatones (grands bottes) ou El sabio de Hortaleza, né le 28 juillet 1938 à Hortaleza (Madrid) et mort le 1er février 2014 à Madrid, est un footballeur puis un entraîneur espagnol de football, sélectionneur de l’équipe nationale d’Espagne, avec qui il remporte l’Euro 2008.


Il joue pour l’Atlético de Madrid pendant la plus grande partie de sa carrière. Durant les années 1960 et 1970, il est un joueur important pour ledit club de Madrid, et remporte la Liga quatre fois. Entre 1964 et 1975, il joue dans 265 matchs de championnat, marquant 123 buts.

La carrière d’Aragonés débute au Getafe CF en 1957. En 1958, il est enrôlé par le Real Madrid, sans jouer. En 1960, il est acheté par le Real Oviedo, puis par le Real Betis. Il passe ensuite 10 ans à l’Atlético de Madrid.

Aragonés joue 11 fois pour l’équipe nationale d’Espagne, marquant 3 buts. Son premier match a lieu le 8 mai 1965 contre l’Écosse.

Il a entraîné par la suite de nombreuses équipes espagnoles, dont l’Atlético de Madrid, le FC Barcelone, Séville, Valence, l’Espanyol, le Real Betis, Oviedo et Majorque.

Il devient sélectionneur de l’équipe d’Espagne de football en 2004. Il déclenche une importante polémique lorsque, lors d’un entraînement, il qualifie le footballeur français Thierry Henry de « negro de mierda ». Pour ces propos, il est sanctionné de 3 000 euros d’amende par la Fédération espagnole de football.

Aragonès, carte maximum, Espagne, 2015.

À l’issue de l’Euro 2008, où l’Espagne l’emporte en finale, 1-0 face à l’Allemagne, le 29 juin 2008 à Vienne, il rejoint le Fenerbahçe SK, club turc quart de finaliste de la ligue des champions 2007-2008. Aragonés s’engage pour une durée de deux ans et un salaire annuel de 1,5 million d’euros. Il est licencié du club turc en juin 2009.

Le 5 décembre 2013, Luis Aragonés, âgé de 75 ans, annonce sa retraite définitive.

Il meurt à Madrid le 1er février 2014, à l’âge de 75 ans des suites d’une leucémie.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.