Ludovico Bréa, peintre primitif.

Ludovico Brea, ou Louis Bréa, ou Ludovic Bréa, né vers 1450 à Nice (alors dans les États de Savoie), et mort vers 1522-1525, est un peintre italien actif à Nice, dans l’arrière-pays niçois, à Gênes et sur la Riviera ligure. Il fait partie des peintres primitifs niçois.


Louis Brea naît dans une famille d’artisans installée à Nice (originaire de Montalto Ligure) puis épouse Antonietta Calholi. Il fut l’élève de Jacques Durandi et la tête d’une famille de peintres (Famille Brea).

Bréa, carte maximum, Monaco, 1944.

Il est le premier peintre de la région niçoise et ligure occidentale à sortir des codes traditionnels du gothique pour faire entrer, par son influence, toute la région dans la voie de la Renaissance. On lui doit essentiellement des œuvres religieuses monumentales (fresques, retables, polyptyques) présentant une étonnante finesse dans les détails et fondatrices d’un style et d’une école. Il a joui de son vivant d’une grande réputation et reste une référence essentielle dans l’art religieux des xve et xvie siècles. Sa première œuvre conservée, la Pietà, a été achevée le 25 juin 1475. On peut l’admirer dans l’église du Monastère de Cimiez à Nice, qui abrite aussi la Crucifixion et la Déposition de Croix. Sa notoriété grandissant, il travaille en 1490 pour Giuliano della Rovere, futur pape Jules II.

Bréa, épreuve d’artiste signée, Monaco.

L’évolution de sa peinture est complète et décisive entre ses débuts et sa maturité. Il n’est que de comparer à Cimiez sa Pietà, réalisée autour de 1475, encore fortement tributaire de l’iconographie gothique, et sa Crucifixion de quarante ans postérieure, pleinement Renaissance, intégrant tous les apports italiens des années 1480-1500.

Actif de 1475 à 1516, ses nombreux retables révèlent les influences lombarde et flamande et on trouve ses œuvres à Nice et sa région : à Lieuche, Lucéram et de nombreux autres villages de l’arrière-pays et des Alpes-Maritimes, également à Antibes et Monaco. On en trouve aussi beaucoup en Italie (Ligurie) : à Taggia, Gênes et Savone.

Teramo Piaggio compte parmi ses élèves.

Le musée du Louvre expose l’une de ses toiles en compagnie des autres peintres français du XVe siècle.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.