Luchino Visconti, réalisateur de cinéma.

Luchino Visconti di Modrone, comte de Lonate Pozzolo (2 novembre 1906, Milan – 17 mars 1976, Rome) et descendant de la famille noble Visconti, est un réalisateur de cinéma italien. Il fut aussi directeur de théâtre, metteur en scène et écrivain.


Sa carrière cinématographique débuta en 1936, en France, où il travailla aux côtés de Jean Renoir (rencontré grâce à Coco Chanel) comme assistant, à la réalisation et au choix des costumes de deux de ses œuvres, Les Bas-fonds et Partie de campagne. Le souci de réalisme du grand cinéaste français le marqua profondément. Toujours en France, il rencontra des réfugiés italiens, militants de gauche, au contact desquels ses convictions politiques changèrent radicalement. Après un bref séjour à Hollywood, il rentra en Italie en 1939 à cause du décès de sa mère. Avec Renoir, il commença à travailler à une adaptation cinématographique de La Tosca, mais, quand éclata la guerre, le réalisateur français fut contraint d’abandonner le tournage — il fut remplacé par l’Allemand Carl Koch.

Visconti, carte maximum, Italie, 13/10/2000.

La rencontre avec certains jeunes intellectuels et critiques, collaborateurs à la revue Cinema (fondée, ironie du sort, par un fils de Benito Mussolini, Vittorio), fit germer dans son esprit l’idée d’un cinéma qui raconterait de façon réaliste la vie et les drames quotidiens du peuple, cinéma qui serait en rupture avec les mièvreries clinquantes et édulcorées des comédies du cinema dei telefoni bianchi (littéralement « cinéma des téléphones blancs »). À cette époque, il rencontra Roberto Rossellini et, probablement, Federico Fellini. Visconti projeta de réaliser l’adaptation du roman Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier et celle des Malavoglia de Verga, mais ces projets avortèrent.

Partant de cette idée, il signa en 1942, avec Giuseppe De Santis, Gianni Puccini, Antonio Pietrangeli, Mario Serandrei et Rosario Assunto, son premier film, une des œuvres majeures du néo-réalisme : Ossessione (Les Amants diaboliques), inspiré du célèbre roman The Postman always rings twice (Le facteur sonne toujours deux fois) de James M. Cain, avec, comme acteurs principaux, la sulfureuse Clara Calamai (elle remplaça au dernier moment Anna Magnani, initialement destinée au rôle trouble de Giovanna) et Massimo Girotti dans le rôle du mécanicien, Gino.

Un second projet, une adaptation de L’Amante di Gramigna de Giovanni Verga, ne put être mené à bien, la guerre s’intensifiant. Capturé et emprisonné, Visconti échappa au peloton d’exécution grâce à l’intervention de l’actrice María Denis qui raconte cette expérience dans son autobiographie Il Gioco della verità (Le Jeu de la vérité). À la fin du conflit, Visconti participa aux côtés de Mario Serandrei à la réalisation du documentaire Giorni di gloria (Jours de gloire), consacré à la Résistance et à la Libération.

Parallèlement, il monta des créations théâtrales (la compagnie formée avec Paolo Stoppa et Rina Morelli est restée légendaire, Vittorio Gassman les y rejoignit), ainsi que des mises en scène lyriques, son rêve d’une vie. Il dirigea Maria Callas, en 1955, dans La Sonnambula (La Somnanbule) de Vincenzo Bellini, et La traviata de Giuseppe Verdi.

En 1948, il revint derrière la caméra pour réaliser La Terra trema (La Terre tremble), un film polémique dénonçant ouvertement les conditions sociales des classes les plus défavorisées. C’était une adaptation du roman I Malavoglia de Giovanni Verga, de facture quasi documentaire, aux images splendides, mais de compréhension rendue difficile par l’utilisation du plus pur dialecte sicilien (précisément celui des pêcheurs d’Aci Trezza près de Catane). Le film ne reçut les faveurs du public ni à sa sortie, ni deux ans plus tard, en 1950, quand parut une seconde version doublée en italien.

Dans toute l’histoire du cinéma péninsulaire, seuls quatre films furent entièrement tournés en dialecte et sous-titrés en italien : La Terra trema fut le premier ; les autres, L’Arbre aux sabots (L’Albero degli zoccoli) (1978) d’Ermanno Olmi, en dialecte bergamasque, Giro di lune tra terra e mare (1997) de Giuseppe Gaudino, en dialecte campanien avec des citations latines, et enfin, LaCapaGira (2001) d’Alessandro Piva, en dialecte apulien.

Plus captivante pour le public fut sa troisième œuvre, Bellissima, (1951), écrite par Cesare Zavattini, une analyse sans concession des coulisses du monde clinquant du cinéma, avec l’une des actrices symboles du néo-réalisme italien, Anna Magnani, aux côtés de Walter Chiari ; y participèrent également le réalisateur Alessandro Blasetti, responsable des castings, et le présentateur Corrado Mantoni, dans son propre rôle.

Visconti réalisa l’année suivante l’épisode Anna Magnani du film Siamo donne, tiré d’une autre idée du bouillonnant Zavattini, celle de montrer des épisodes de la vie privée de quatre actrices célèbres (outre Magnani, on trouve Alida Valli, Ingrid Bergman et Isa Miranda), suivis de castings d’un concours de recherche de nouveaux visages féminins à lancer au cinéma.

En 1954, il réalisa son premier film en couleurs, Senso (librement tiré d’un récit de Camillo Boito), qui signa un tournant dans sa carrière, et que nombre de critiques interprétèrent comme une trahison du néo-réalisme.

Grande fresque historique relue de manière critique dans le contexte de l’analyse d’un drame privé, extrêmement recherchée dans le soin des détails du décor et dans la mise en scène (soin pour lequel Visconti fut reconnu unanimement comme un maître ; seul Franco Zeffirelli, son amant et élève déclaré, le suivit dans cette voie), Senso inaugura une série de films complexes et fascinants, imprégnés de violence et de tensions, toujours controversés par le public et par la critique ; la décadence humaine, morale et physique, y devint un leitmotiv qu’il déclina jusqu’à la fin de sa carrière.

Dans Senso, à l’époque de l’Italie du Risorgimento affrontant l’Autriche qui occupe toujours la Vénétie, et de la défaite de Custoza, une aristocrate vénitienne (Alida Valli), tombe éperdument amoureuse d’un officier de l’armée autrichienne (Farley Granger), qui ne songe, lui, qu’au moyen de s’échapper de l’armée grâce à l’argent que sa noble maîtresse pourrait lui procurer, ce qu’elle effectue en lui donnant le « trésor de guerre » des patriotes italiens ; se découvrant bafouée, elle dénonce son amant déserteur et le fait condamner au peloton d’exécution, avant de perdre la raison. Le film de Visconti fut l’objet d’importantes polémiques à la Mostra de Venise, et, au cours d’une soirée tumultueuse d’attribution des prix, il fut complètement ignoré par la critique, laquelle préféra attribuer le Lion d’or à Renato Castellani avec Giulietta e Romeo. Le film est important pour avoir rendu populaire la Symphonie nº 7 de Bruckner, utilisée par Visconti dans la bande sonore, comme il fera plus tard, avec l’Adagietto de la Cinquième de Gustav Mahler dans Mort à Venise.

En 1957, Luchino Visconti remporta le Lion d’Argent grâce à Le Notti bianche (Les Nuits blanches), tendre et délicate histoire d’amour inspirée du roman de Dostoïevski, interprétée par Marcello Mastroianni, Maria Schell et Jean Marais (avec la participation spéciale de Clara Calamai), film photographié en noir et blanc dans une atmosphère de plomb et de brume, dans un port inspiré de celui de Livourne, intégralement reconstitué à Cinecittà.

En 1960, il reçut le Prix spécial du jury de la Mostra pour Rocco e i suoi fratelli, (Rocco et ses frères), odyssée d’une famille méridionale émigrée à Milan pour y chercher du travail, film traité sur le mode de la tragédie grecque, mais inspiré des Frères Karamazov de Dostoïevski. Le film fit scandale à cause de certaines scènes extrêmement crues et violentes pour l’époque, à tel point que la censure conseilla aux projectionnistes de mettre leur main sur l’objectif pendant les scènes incriminées. Le scénario est de Vasco Pratolini, Suso Cecchi D’Amico, Pasquale Festa Campanile, Massimo Franciosa, Enrico Medioli et Luchino Visconti.

L’année suivante, en 1961, il réalisa l’épisode Il lavoro (Le Travail) du film Boccace 70 auquel participèrent également Vittorio De Sica, Federico Fellini et Mario Monicelli. Visconti s’attaquait directement à la commission de censure qui avait malmené son film précédent.

En 1962, il mit enfin d’accord les critiques et le public avec son plus grand succès, Il Gattopardo (Le Guépard), tiré du roman du même nom de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, et qui reçut la Palme d’or au Festival de Cannes. Le scénario est de Suso Cecchi D’Amico, Pasquale Festa Campanile, Massimo Franciosa, Enrico Medioli et Luchino Visconti. Interprété par une distribution éblouissante (Burt Lancaster, Claudia Cardinale, Alain Delon…), situé à l’époque du débarquement des partisans de Garibaldi en Sicile, le film relate les vicissitudes du prince Fabrizio Corbera di Salina (Burt Lancaster), grand propriétaire terrien contraint d’accepter l’union entre l’aristocratie désargentée et la nouvelle bourgeoisie, union atteignant son paroxysme dans la célébrissime scène finale du bal, laquelle occupe la dernière demi-heure du film, scène considérée unanimement comme le point d’orgue de l’art viscontien. Alberto Moravia s’exclama après avoir vu le film: « C’est le film de Visconti le plus pur, le plus équilibré et le plus exact ».

Le film fut distribué aux États-Unis et en Angleterre par la Twentieth Century Fox, mais au prix d’importantes coupures.

En 1965, sortit le film Vaghe stelle dell’Orsa (Sandra), histoire d’un inceste au titre inspiré par Giacomo Leopardi, encore interprété par Claudia Cardinale, suivi de La Strega bruciata viva, un épisode du collectif Le Streghe (1966), suivi de Lo Straniero, (L’Étranger) (1967), inspiré par le livre éponyme d’Albert Camus, dans lequel il dirigeait à nouveau Marcello Mastroianni.

Ce dernier film, crépusculaire malgré la jeunesse des personnages et la lumière de Rome et de la campagne romaine, L’Innocent (L’Innocente), (1976), est librement inspiré du roman de Gabriele D’Annunzio, L’Innocent, titre de la version littéraire italienne (1892), (L’Intrus dans sa traduction française). À sa sortie, la presse n’en fit pas grand cas, trompée peut-être par la société bourgeoise décrite dans le film, par les décors et les costumes de la fin du XIXe siècle. Se trompant sur le sens du film, elle n’y vit pas ce qu’il contenait, l’analyse profonde du seul sentiment amoureux, sentiment universel, et de la dépendance qu’il implique, compliquée, douloureuse, voire destructrice.

Dans L’Innocent, on assiste à la désagrégation d’un couple jeune, sans enfants, formé par Tullio Hermil (Giancarlo Giannini), le mari, qui préfère ses maîtresses à sa femme, et par Giulianna (Laura Antonelli), sa femme. Celle-ci, humiliée, lassée, tombe amoureuse d’un autre homme et attend de lui un enfant, qu’elle décide de garder. Tullio, qui dénonçait l’hypocrisie de la société et plaidait pour la liberté de pensée et de mœurs (ici, pour la liberté de l’avortement), est contraint d’attendre la naissance de l’enfant. Devenu amoureux de Giulanna jusqu’à l’obsession, il réalise qu’en ayant toujours refusé de l’aimer et de dépendre de ses sentiments, il avait tenté d’échapper ainsi à l’« emprisonnement » selon lui, du lien amoureux. Son amour, fou au point de le pousser à vouloir tuer l’enfant, et la haine que lui déclare Giulianna en le quittant, le poussent au suicide.

Peu de temps après avoir visionné, avec ses proches collaborateurs, le film dans un premier montage dont il n’était pas satisfait, Visconti mourut (au printemps 1976), victime d’une forme grave de thrombose. Le film fut présenté au public dans cette version, mis à part quelques retouches apportées à la mise en scène par sa collaboratrice Suso Cecchi d’Amico qui se basait sur les indications laissées par le réalisateur au cours d’une discussion de travail. Les funérailles de Visconti ont eu lieu le 19 mars 1976 en l’église Saint-Ignace-de-Loyola à Rome. Outre la famille Visconti, le président italien Giovanni Leone et les acteurs Burt Lancaster, Claudia Cardinale, Laura Antonelli, Vittorio Gassman et Helmut Berger étaient présents.

Visconti avait dit ne pas se retrouver dans ce film, et avoir « filmé non seulement la désagrégation d’une famille, mais aussi celle d’une certaine société ». Jean-Louis Bory, critique de cinéma au Nouvel Observateur, n’y vit, à sa sortie en 1976, que le détournement d’un « mélodrame mondain qui lui devient prétexte pour peindre une société qui n’existe plus que par la représentation qu’elle se donne à elle-même ».

Rina Morelli, actrice que Visconti estimait beaucoup et avec laquelle il avait partagé les grandes saisons théâtrales de l’immédiat après-guerre, mourut peu de temps après lui.

Un musée est maintenant installé dans une maison de campagne, anciennement propriété de Visconti à Ischia.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.