Luc-Olivier Merson, peintre et illustrateur.

Nicolas Luc-Olivier Merson né à Paris le 21 mai 1846 et mort dans la même ville le 13 novembre 1920 est un peintre et illustrateur français.


Fils du peintre et critique d’art Charles-Olivier Merson (1822-1902) et de Félicie Joséphine Talbot, Luc-Olivier Merson étudie auprès de Gustave Adolphe Chassevent-Bacque à l’École de dessin puis auprès d’Isidore Pils à l’École des beaux-Arts de Paris. Il expose pour la première fois au Salon de 1866 et obtient le grand prix de Rome de peinture en 1869Note 1 avec Le Soldat de Marathon. Luc-Olivier Merson obtient une médaille de première classe au Salon des artistes français de 1875, et une médaille d’or lors de l’Exposition universelle de Paris de 1889.

En 1892, il est élu à l’Académie des beaux-arts. Peu avant sa mort, il reçoit la médaille d’honneur du Salon des artistes français pour l’ensemble de son œuvre.

De 1905 à 1911, il est chef d’atelier à l’École des beaux-arts de Paris.  Chevalier de la Légion d’honneur en 1881, puis promu officier en 1900, il est promu commandeur du même ordre à titre posthume en 1920.

Luc-Olivier Merson pratique principalement la peinture religieuse et la peinture d’Histoire.

Les timbres au type Merson sont des timbres d’usage courant français, dessinés par Luc-Olivier Merson et émis le 4 décembre 1900. Ils furent retirés de la vente (selon les valeurs) pendant les années 1920.

Le motif des timbres au type Merson rejoint les thèmes allégoriques initialisés avec les timbres au type Sage et représente « La République assise, gardienne de la Paix ».

À dentelure 13½ x 14 ou non dentelés, imprimés en typographie et de grand format (rarement utilisé à l’époque), ils furent les premiers timbres  bicolores utilisés en France. L’impression en deux fois (un passage pour chaque couleur) a créé des variétés de couleurs et de position des couleurs. Le format et les deux couleurs s’expliquent par la forte valeur faciale des Merson qui servirent conjointement avec les plus faibles valeurs des type Blanc et des type Mouchon.

Les timbres au type Merson ont également servi surchargés dans des pays ou bureaux sous dépendance française. Dans la plupart des cas ils ont été surchargés avec le nom du pays : Alaouites  (Syrie), Alexandrie, Algérie, Andorre, Chine, Cilicie, Liban, territoire de Memel, Syrie. Au Levant (Empire ottoman), une émission de 1921 ne contenait que des surcharges en piastres sans mention de pays.

D’autres ont fait l’objet d’un tirage modifié (où la mention du pays figure dans le cartouche qui contient FRANCE dans l’émission originale : Alexandrie, Cavalle, Chine, Crète, Dédéagh, Levant (Empire ottoman), Maroc, Port-Saïd.

Enfin, ces émissions ont fait l’objet d’autres surcharges pour d’autres pays ou pour des situations spécialisées :

  • Sur les timbres du Maroc : Tanger
  • Sur les timbres du Levant : Castellorizo, Île Rouad, Syrie.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.