Louis Piérard, homme politique.

Louis Firmin Joseph Piérard est un homme politique belge et un militant wallon né à Frameries (Borinage) le 7 février 1886 et mort à Paris le 3 novembre 1951.

Issu d’une famille modeste (ses deux grands-pères étaient mineurs), il vint très jeune au socialisme et lutta aux côtés de Jules Destrée et Émile Vandervelde pour le suffrage universel.


Il fut élu député de l’arrondissent de Mons-Borinage en novembre 1919 et fut pendant trente-trois ans un parlementaire actif et dynamique. Dès son entrée à la Chambre, il déposa un projet de loi « en vue de la glorification d’un soldat mort non identifié » qui deviendra le Soldat inconnu qui fut inhumé devant la colonne du Congrès.

Son activité parlementaire s’est exercée en faveur des artistes, des écrivains et de l’organisation des loisirs pour les travailleurs. Il est l’auteur des projets de loi instaurant l’Œuvre nationale de l’éducation populaire et le Fonds national de littérature qui vient en aide aux écrivains sous forme de subsides à l’édition.

Il adopte déjà avant la grande guerre une position fédéraliste dans la revue Wallonia :

« Pour mettre fin à un conflit qui menace d’opposer les paysans et les ouvriers1 qui souffrent de la même misère, […il faut] la séparation administrative ou toute autre mesure plus radicale qui coupera la dangereuse fiction belge responsable de tout ce mal, Libre fédération de peuples libres autonomes et homogènes. »

Piérard, carte maximum, Belgique, 1973.

Il poussera la Fédération socialiste et républicaine du Borinage à appuyer dès sa publication la Lettre au Roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre de Jules Destrée en 1912. Il quittera l’Assemblée wallonne en 1923 avec notamment Jules Destrée et Auguste Buisseret.

Il participe au Congrès national wallon des 20 et 21 octobre 1945, est d’emblée fédéraliste, défend le Congrès contre Charles d’Aspremont Lynden qui tendait à considérer les membres du Congrès comme des inciviques, rappelant que le Congrès de Liège propose une solution à appliquer dans le cadre belge. Il redit à cette occasion son opposition à la réunion à la France.

Au niveau local, il fut élu Bourgmestre de Bougnies en 1932, fonction qu’il occupa de 1933 à son décès.

Il a créé en Belgique une des premières sections du Pen Club international, créé à Londres en 1920.

Il fut l’ami des grands écrivains de son temps : Verhaeren, Elskamp, Maeterlinck, mais aussi de nombreux écrivains français et étrangers. Il fut enfin l’ami des artistes qu’il défendit sa vie durant, organisant les premières grandes expositions d’artistes belges à l’étranger. Journaliste, il collabora au journal Le Soir puis au journal Le Peuple, organe de son parti. Il collaborait en même temps à de nombreux journaux étrangers comme The Times de Londres et La Prensa de Buenos-Aires, sans parler des nombreuses revues françaises et belges. Il écrivit Visages de la Wallonie (réédité par Labor, Bruxelles, 1980), de même que de nombreuses critiques d’art, estimant notamment que

« Paulus, Wallon souvent rêveur, et taciturne, est par son vivant exemple, la preuve que l’on doit mettre fin à la légende de la Flandre monopolisant l’art de peindre. Vous connaissez n’est-ce pas l’antithèse banale : Le Flamand est peintre, le Wallon musicien. Le Wallon est peintre aussi, Autrement, voilà tout… »

Réfugié en Juin 1940 à Clermont-Ferrand, il donne régulièrement des chroniques hebdomadaires au quotidien régional La Montagne (journal).

Il entre en 1949 à l’Académie royale de langue et de littérature françaises. Il livre cette année-là trois longs articles à La Nouvelle revue wallonne (organe du Congrès national wallon), intitulé Wallonie, terre de poésie où il tente de dépeindre une géographie psychologique de poètes wallons et du monde entier. Il mourut à Paris en 1951 et repose au cimetière de Frameries, au pied d’un des plus anciens charbonnages. Sur le tombeau érigé par la commune, on lit l’inscription Citoyen du monde.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.