L’orgue de l’église Saint-Jacques de Lunéville (Meurthe-et-Moselle).

Dessiné par l’architecte Emmanuel Héré (architecte de la Place Stanislas à Nancy et des tours de l’église), l’orgue est un très rare exemple d’instrument sans tuyaux apparents. Ce buffet inhabituel est ici complété par une fresque en trompe-l’œil représentant “l’entrée du Paradis”. Caché derrière dans un décor de colonnes et de balustrades, l’orgue fut construit entre 1749 et 1751 par le facteur d’orgue nancéien Nicolas Dupont.

En 1823, le facteur Jean-Baptiste Gavot ajouta une grosse caisse avec son mécanisme à l’instrument, comme en avaient déjà été pourvu les orgues de Dupont à Toul et à Nancy. Au début du xixe siècle, la titulaire de l’orgue fut Marguerite Nôtre (1759-1837), fille de Jean-Baptiste Nôtre (1732-1807), organiste de la cathédrale de Toul et compositeur. L’orgue fut transformé en un instrument romantique, entre 1850 et 1852, par le facteur d’orgue Jean-Nicolas III Jeanpierre, qui réutilisa une grande partie de la tuyauterie de Dupont. Théodore Jaquot y apporta quelques modifications entre 1882 et 1928.

L’orgue de l’église Saint-Jacques de Lunéville, carte maximum, 10/11/2012.

L’orgue fut démonté pour permettre la restauration du buffet en 1991. Accusant le poids des années, il fut décidé de reconstruire l’instrument à partir de 1998, sur un plan de Michel Chapuis en essayant de garder le meilleur des esthétiques de Dupont et de Jeanpierre. La reconstruction fut confiée à Bertrand Cattiaux et Laurent Plet (qui s’occupa de la tuyauterie). Le nouvel orgue fut inauguré le 4 mai 2003 par Philippe Lefebvre et Michel Chapuis le 11 mai 2003.

L’orgue fait également l’objet d’un classement monument historique.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.