L’ordre national du mérite.

L’ordre national du Mérite est un ordre honorifique français institué le 3 décembre 1963 par le général de Gaulle. Il récompense les mérites distingués, militaires ou civils, rendus à la nation française. Il remplace d’anciens ordres ministériels et coloniaux.

Il s’agit de la troisième décoration dans l’ordre de préséance après la Légion d’honneur et la médaille militaire, l’ordre de la Libération étant forclos.

Sa création permet de revaloriser l’ordre national de la Légion d’honneur créé par Napoléon Bonaparte le 20 mai 1802 pour récompenser les mérites éminents.

Il comprend également trois grades : chevalier, officier et commandeur ainsi que deux dignités : grand officier et grand-croix.

La nomination dans l’ordre national du Mérite peut se faire par proposition ministérielle ainsi que par la procédure d’initiative citoyenne.


Le contexte de sa création est rapporté par Alain Peyrefitte. Lors du conseil des ministres du 14 novembre 1963, le président Charles de Gaulle, sur recommandation du grand chancelier Georges Catroux, craignant « l’inflation des décorations », il fut décidé de créer l’ordre national du Mérite et de supprimer 17 ordres ministériels, qui n’étaient pas contrôlés par la chancellerie de la Légion d’honneur. Il y eut des plaidoyers d’André Malraux pour sauver l’ordre des Arts et des Lettres, puis de Christian Fouchet pour les Palmes académiques et de Edgard Pisani pour le Mérite agricole, qui furent conservés. Le premier ministre Georges Pompidou fit un plaidoyer sans succès pour conserver les anciens ordres du mérite, arguant que le mérite social, postal, sportif… sont des ordres accessibles à tous mais le nouvel ordre du mérite serait inatteignable pour une majorité de la population, privilégiant les hommes politiques, les officiers supérieurs et les hauts fonctionnaires comme un marchepied avant la légion d’honneur.

Pompidou déclara à Peyrefitte que le général avait été persuadé par Catroux en adoptant la symbolique historique de la nation, liée aux trois grands monarques français : Napoléon qui créa la légion d’honneur au camp de Boulogne et Louis XIV qui créa l’Ordre royal de Saint-Louis. Peyrefitte déclara que c’est l’un des cas où la vision historique de De Gaulle et la vision pragmatique de Pompidou s’opposèrent, le mémorialiste ayant la préférence pour celle de Pompidou.

Ordre national du mérite, carte maximum, Reims, 3/12/2013.

Le décret de création de l’ordre national du Mérite a la particularité de porter les signatures de trois présidents de la République française. Il est signé du président Charles de Gaulle, de Georges Pompidou alors Premier ministre et de Valéry Giscard d’Estaing, ministre des Finances et de l’Économie de l’époque.

La réception dans l’ordre national du Mérite est attestée par un brevet (ou diplôme) nominatif, adressé au récipiendaire par la grande chancellerie. Pour procéder à la remise de la décoration, le récipiendaire doit préalablement s’acquitter du paiement de droits de chancellerie (montant fixé par décret au Journal officiel). Il peut alors recevoir officiellement la décoration à l’occasion d’une cérémonie militaire ou civile. A l’issue de la cérémonie de remise d’insigne, le récipiendaire et le délégué remplissent le procès-verbal de la journée, le signent et le datent. Ce n’est qu’à la réception de ce document que l’intéressé est officiellement admis dans l’ordre et que son brevet lui est expédié.

La prise de rang (nomination ou promotion officielle) dans l’ordre national du Mérite, ainsi que dans l’ordre national de la Légion d’honneur, peut donc être effective plusieurs mois, voire plusieurs années après la publication au Journal officiel, contrairement à la médaille militaire et aux quatre ordres ministériels (Palmes académiques, Mérite agricole, Mérite maritime et Arts et Lettres) pour lesquels la nomination ou la promotion sont acquises dès le jour de la signature du décret ou de l’arrêté par le président ou le ministre concerné.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.