L’institut Pasteur.

L’institut Pasteur est une fondation française privée à but non lucratif qui se consacre à l’étude de la biologie, des micro-organismes, des maladies et des vaccins.

Créé en 1887 grâce à une souscription publique internationale, il est ainsi nommé d’après Louis Pasteur1, son fondateur et premier directeur qui, en 1885, a mis au point le premier vaccin contre la rage.

Depuis plus d’un siècle, l’institut Pasteur est à la pointe de la lutte contre les maladies infectieuses. Cette organisation internationale de recherche, basée à Paris, a été la première à isoler en 1983 le VIH, virus qui provoque le SIDA. Au fil des années, il a été à l’origine de découvertes révolutionnaires qui ont permis à la médecine de contrôler des maladies virulentes, telles que la diphtérie, le tétanos, la tuberculose, la poliomyélite, la grippe, la fièvre jaune, la peste épidémique, l’hépatite B, le SIDA. Depuis 1908, dix scientifiques de l’institut ont été récompensés par un prix Nobel de physiologie ou médecine.

En 1886, les premiers dons en vue de la création d’un Institut antirabique sont reçus en janvier et la souscription pour la fondation d’un Institut vaccinal contre la rage est lancée le 1er mars 1886. Le 11 mai suivant, un gala se tient au Trocadéro en faveur de l’institut Pasteur.

Centenaire de l’institut Pasteur, entier postal (1987).

Créé par un décret du 4 juin 1887, l’institut est inauguré le 14 novembre 1888 par le président Sadi Carnot.

L’institut Pasteur est fondé par Louis Pasteur, scientifique français que ses premières expériences sur la fermentation, réalisées à Lille pour les industries de la bière, ont mené à des recherches fondamentales en bactériologie. En effet, au moment où il fonde son institut, Pasteur a déjà découvert le principe de la stérilisation, connu sous le nom de pasteurisation et qui régit aujourd’hui la pratique universelle de l’antisepsie. D’autre part, il a déjà développé des techniques de vaccination contre les infections bactériennes et il est connu pour avoir mis au point un vaccin efficace contre la rage.

Louis Pasteur lui destine alors trois objectifs : [Il] sera à la fois un dispensaire pour le traitement de la rage, un centre de recherche pour les maladies infectieuses et un centre d’enseignement pour les études qui relèvent de la microbie.

Pasteur s’intéresse tout autant à la recherche fondamentale qu’à ses applications pratiques, et les cinq premiers départements de son institut sont dirigés par des savants de formation très diverse. Un normalien, Émile Duclaux, est chargé de la recherche en microbiologie, un autre, Charles Chamberland, de la recherche sur les micro-organismes appliquée à l’hygiène. Un biologiste, Ilya Ilitch Metchnikov, s’occupe de la recherche en morphologie des micro-organismes et deux médecins, Jacques-Joseph Grancher et Émile Roux, de la recherche en technique microbienne. Un an après l’inauguration de l’institut, Roux inaugure le premier cours de microbiologie jamais dispensé, alors intitulé cours de microbie technique.

Durant l’Occupation, la direction de l’institut Pasteur couvre l’activité résistante d’environ 10 % de ses chercheurs, mais échoue à empêcher l’arrestation en ses murs du pastorien Eugène Wollman qui sera, ainsi que son épouse, Elisabeth Wollman, déporté et assassiné à Auschwitz.

L’institut Pasteur connaît une situation financière délicate dans les années 1960 qui le pousse à demander des subventions de l’État français en 1965. Le déficit, issu d’une situation délicate déjà signalée en 1934 par Alfred Lacroix, est alors en 1961 de dix millions de francs.

Cet appui lui est accordé sous la condition que les activités de production et de commercialisation soient clairement distinctes de la recherche. Après un premier accord avec le laboratoire Roger Bellon, l’institut finit par créer sa propre entreprise en 1972, Institut Pasteur Production (IPP). En 1974, Sanofi entre à hauteur de 35 % dans le capital d’IPP, cette participation devient majoritaire en 1980.

En janvier 1985, les deux secteurs de production sont séparés entre Pasteur-Sanofi diagnostics à qui revient la production des produits de diagnostic (réactifs biologiques) et Pasteur-Mérieux, pour la production de vaccins et de sérums. L’institut Mérieux devient, lui aussi, majoritaire (51 %) dans son association avec l’institut Pasteur.

Aujourd’hui, l’institut Pasteur compte parmi les meilleurs centres de recherche mondiaux.

L’Institut Pasteur de Paris est composé de 100 unités de recherche et de près de 2 700 personnes. On dénombre 500 scientifiques permanents, et 600 de passage chaque année, originaires de 70 pays différents.

L’institut est aussi un réseau mondial de 31 instituts (23 000 collaborateurs) qui se consacrent notamment aux problèmes médicaux dans les pays en voie de développement ; il comprend aussi un centre d’étude diplômant et une unité de ciblage épidémiologique.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *