L’institut du monde arabe (Paris).

L’Institut du monde arabe (IMA) est un institut culturel français consacré au monde arabe. Il est situé au cœur du Paris historique, dans le 5e arrondissement, sur la place Mohammed-V, entre le quai Saint-Bernard et le campus de Jussieu. L’édifice est conçu par un collectif d’architectes (Jean Nouvel et Architecture-Studio) qui tente une synthèse entre culture arabe et culture occidentale.

La construction de ce bâtiment, bien qu’étant inscrite dans la politique de grands travaux voulus par François Mitterrand, est décidée sous le septennat de Valéry Giscard d’Estaing en vue d’améliorer les relations diplomatiques entre la France et les pays arabes. L’IMA est inauguré le 30 novembre 1987 par le président Mitterrand.

L’Institut est membre du Forum des instituts culturels étrangers à Paris et d’Échanges et productions radiophoniques (EPRA). Il est parfois surnommé le « Beaubourg arabe », en référence au centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, dit centre Beaubourg. En 2016, il ouvre une antenne à Tourcoing.

L’Institut est soutenu par une fondation créée en commun par la République française et les États suivants, tous membres de la Ligue arabe : l’Algérie, l’Arabie saoudite, le Bahreïn, Djibouti, les Émirats arabes unis, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, le Maroc, la Mauritanie, Oman, le Qatar, la Somalie, le Soudan, la Syrie, la Tunisie, le Yémen (à l’époque la République démocratique populaire du Yémen et la République arabe du Yémen).

Institut du monde arabe, carte maximum, Paris, 5/05/1990.

La façade nord est tournée vers le Paris historique, elle symbolise la relation à la ville ancienne, présente de façon allusive sur la façade.

Institut du monde arabr, épreuve de luxe.

Dessinée par Jean Nouvel et Architecture-Studio, la façade sud reprend les thèmes historiques de la géométrie arabe puisqu’elle est composée de 240 moucharabiehs. Ces derniers sont munis de diaphragmes qui peuvent s’ouvrir et se fermer ; ceci devait initialement se faire en fonction de l’ensoleillement, afin de remplir le rôle de régulateur thermique, mais les cellules photoélectriques chargées de piloter ce dispositif ont montré des défaillances, si bien que l’ouverture et la fermeture se font désormais à chaque changement d’heure.

Le bâtiment reçoit le prix de l’Équerre d’argent en 1987, ainsi que l’un des prix Aga Khan d’architecture décernés au cours de son 4e cycle (1987-1989).

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.