L’institut de France.

L’Institut de France est une institution française créée en 1795. Elle rassemble les élites scientifiques, littéraires et artistiques de la nation afin qu’elles travaillent ensemble à perfectionner les sciences et les arts, à développer une réflexion indépendante et à conseiller les pouvoirs publics. Cela lui vaut le surnom de « Parlement du monde savant ». Il siège quai de Conti, dans le 6e arrondissement de Paris.

Grand mécène, il encourage la recherche et soutient la création à travers la remise de prix, de bourses et de subventions.

Placé sous la protection du président de la République, il est également le gardien d’un important patrimoine composé de demeures et collections qui lui ont été léguées depuis la fin du XIXème siècle.

Institut de France, carte maximum, Paris, 14/10/1995.

Il regroupe cinq académies, dont les réunions solennelles ont lieu en habit vert sous la coupole de l’ancien collège des Quatre-Nations qui l’abrite :

  • l’Académie française (40 membres) ;
  • l’Académie des inscriptions et belles-lettres (55 membres) ;
  • l’Académie des sciences (263 membres) ;
  • l’Académie des beaux-arts (63 membres) ;
  • l’Académie des sciences morales et politiques (50 membres).

Habilité à recevoir des legs et donations, l’Institut abrite de nombreuses fondations dont dépendent des prix, musées, monuments historiques et propriétés en France et à l’étranger.

La République ayant supprimé les académies royales, la Constitution de l’an III (article 298) a établi en 1795 :

« Il y a pour toute la République un Institut national chargé de recueillir les découvertes, de perfectionner les arts et les sciences. »


La loi sur l’organisation de l’instruction publique du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) organise un « Institut national des sciences et des arts » pour « perfectionner les sciences et les arts par les recherches non interrompues, par la publication des découvertes, par la correspondance avec les sociétés savantes et étrangères, suivre les travaux scientifiques et littéraires qui auront pour objet l’utilité générale et la gloire de la République ». Une autre loi, le 15 germinal an IV (4 avril 1796), précise le règlement de la nouvelle institution, et notamment le détail de ses activités (séances de travail, séances publiques, attribution de prix). Cet Institut est alors occupé par les idéologues, groupe animé par Destutt de Tracy qui s’oppose aux anciens Académiciens, veut instaurer une science des idées et dissiper les mythes et l’obscurantisme, conditionnant les idées du Directoire puis concourant à mettre en place Bonaparte.

L’Institut de France est alors divisé en trois classes :

  • classe des sciences physiques et mathématiques, comptant deux présidents, un pour les sciences physiques, un pour les sciences mathématiques (10 sections) ;
  • classe des sciences morales et politiques (6 sections) ;
  • classe de littérature et des beaux-arts (8 sections).Cependant la classe des sciences morales et politiques apparaissait manquer de loyalisme envers le régime du Consulat. L’arrêté des consuls du 24 janvier 1803 (3 brumaire an XI) supprime la classe des sciences morales et politiques et divise la troisième classe en trois. Les quatre classes sont désormais :
  • la classe des sciences physiques et mathématiques ;
  • la classe de langue et littérature française ;
  • la classe des langues anciennes et d’histoire ;
  • la classe des beaux-arts.

En 1816, Louis XVIII, par l’intermédiaire de son ministre de l’Intérieur le comte de Vaublanc, réorganise l’Institut par son ordonnance du 21 mars, réorganisation qui sert d’ailleurs de prétexte à exclure certains membres. Le nom d’« Académie » est à nouveau employé pour désigner les différentes classes : les titres d’« Académie française », d’« Académie des inscriptions et belles-lettres » et d’« Académie des sciences » sont rétablis, tandis que la quatrième classe prend le nom d’« Académie des beaux-arts ». En rétablissant, par ordonnance du 26 octobre 1832, l’« Académie des sciences morales et politiques », Louis-Philippe donne à l’Institut sa configuration actuelle.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *