L’île d’Hawaï.

Hawaï ou Hawaii ; en hawaïen : Hawai‘i, est un État des États-Unis. Constitué d’un archipel de 137 îles, il s’agit du seul État américain situé en dehors du continent nord-américain, puisqu’il est situé en Océanie, et de l’un des deux États américains non contigus, avec l’Alaska. Les huit principales îles sont Niihau, Kauai, Molokai, Lanai, Kahoolawe, Maui, l’île d’Hawaï et Oahu, où se trouve la capitale Honolulu. L’archipel fait partie de la Polynésie et se situe dans le centre de l’océan Pacifique nord, à 3 718 km au sud de la péninsule d’Alaska, à 3 792 km à l’ouest-sud-ouest de Punta Gorda, sur la côte californienne, et à 5 713 km à l’est de l’île de Hokkaidō au Japon. En outre, il est le 50e et dernier État à avoir été admis dans l’Union, le 21 août 1959. La variété de ses paysages, marqués notamment par un volcanisme très actif (Hualālai, Kīlauea, Mauna Kea, Mauna Loa), un climat tropical humide et un patrimoine naturel endémique, en font une destination prisée aussi bien des touristes que des scientifiques. De plus, on peut observer les animaux de la mer, en bateau ou lors de plongée sous-marine.

L’archipel était habité par des peuples polynésiens depuis plusieurs siècles à l’arrivée de l’explorateur britannique James Cook en 1778, qui le baptise Îles Sandwich. Les îles sont unifiées en un royaume vers 1810 par Kamehameha Ier, qui fonde une dynastie qui perdure jusqu’en 1893. Lui succèdent une éphémère république d’Hawaï (1894-1898) et le territoire d’Hawaï, créé lors de l’annexion de l’archipel par les États-Unis. En décembre 1941, l’île d’Oahu est le théâtre de l’attaque de Pearl Harbor. Le territoire est dissous en 1959 lorsque Hawaï devient le 50e État américain. Il compte un peu plus de 1 410 000 habitants en 2020, principalement dans l’aire urbaine de Honolulu. La population est composée de nombreux groupes ethniques, principalement d’origine asiatique (Philippins, Japonais). Les autochtones hawaïens comptent aujourd’hui pour 22 % de la population.

Situé au cœur de l’océan Pacifique, Hawaï mêle de nombreuses influences culturelles, entre les apports nord-américains et asiatiques, et sa propre culture ancestrale. Proche des cultures polynésiennes et maories, elle demeure très active, notamment autour de traditions musicales. La musique hawaïenne, essentiellement jouée à la guitare hawaïenne et au ukulélé, fut popularisée dans le monde par Sol Hoopii et, plus tard, par le chanteur Iz. Le mode de vie hawaïen se diffuse également avec la pratique du surf et de la spiritualité locale, le Hoʻoponopono. Ses deux grands parcs nationaux (Parc national des volcans d’Hawaï, Parc national de Haleakalā) et ses nombreuses plages en font une destination touristique majeure. De tradition démocrate, Hawaii est le lieu de naissance du 44e président des États-Unis, Barack Obama.


Les îles hawaïennes furent habitées initialement par des Polynésiens (probablement des voyageurs des îles Marquises) il y a environ 1 500 ou 2 000 ans. Malgré des contacts sporadiques avec les autres Polynésiens, cette société a vécu dans un important et long isolement. Pendant la majeure partie de leur histoire, les îles d’Hawaï furent gouvernées indépendamment par des monarques locaux, les ali‘i.

Le premier contact avec les Européens dont on a gardé la trace date de 1778 avec James Cook lors de son troisième voyage, qui les baptisa îles Sandwich en l’honneur du 4e comte de Sandwich. Il est toutefois possible que ce ne fût pas le premier Européen ; en effet, durant tout le XVIe siècle des navigateurs espagnols, néerlandais et portugais sillonnent le Pacifique et les îles d’Hawaï. Certains pensent que les îles furent découvertes en 1527 par des Espagnols envoyés par Cortés sous le commandement d’Alvaro de Saavedra, puis explorées par Juan Gaetano en 1555, puis en 1567 par le navigateur espagnol Álvaro de Mendaña qui précisera la position des îles. Enfin, des hommes du navire néerlandais Liefde désertent en 1599 dans des îles du Pacifique dont on pense aujourd’hui qu’il s’agit d’Hawaii. Les 28 et 29 mai 1786, l’expédition française de La Pérouse fait escale à Mauwee (Maui), une île que James Cook avait négligée lors de son passage.

Après une période de conflit qui débute en 1795, le souverain de l’île d’Hawaï, Kamehameha Ier, unifie en 1810 pour la première fois sous son sceptre tous les royaumes insulaires de l’archipel. Ce royaume unifié se développe et est internationalement reconnu, notamment grâce à la bienveillante protection britannique (d’où son drapeau actuel).

En 1849, le contre-amiral Louis Legoarant de Tromelin dirige l’invasion française d’Honolulu.

Ce royaume excite l’appétit des États-Unis qui signent un traité de réciprocité en 1875 avec l’archipel, ainsi que des puissances européennes dont trois en particulier : la Russie, la Grande-Bretagne et la France. Cette dernière ne s’y implante durablement qu’à partir de 1837 lorsque le capitaine Abel Aubert Du Petit-Thouars (1793-1864) nomme un agent consulaire dans la capitale. Les intérêts français aux îles Sandwich sont variés : politiques et stratégiques d’abord, dans la mesure où ces îles apparaissent très tôt comme la « clé du Pacifique nord » ; religieux aussi, puisque c’est une société missionnaire française, la congrégation de Picpus, qui y introduit le catholicisme ; économiques enfin, les deux ports de Lahaina et surtout d’Honolulu se trouvant pendant une vingtaine d’années, de 1845 à 1865, au centre de la pêche baleinière française.

En 1881, une première tentative d’annexion d’Hawaï par les États-Unis échoue. Le secrétaire d’État James Gillepsie Blaine n’en voit pas l’utilité puisque les États-Unis contrôlent le territoire, de fait : « Bien que beaucoup plus éloigné de la côte californienne que Cuba ne l’est de la péninsule de Floride, Hawaï occupe dans la mer occidentale la même position que Cuba dans l’Atlantique. Il est la clé de la souveraineté maritime des États du Pacifique, comme Cuba est la clé du commerce du golfe. Les États-Unis ne désirent pas plus la possession matérielle d’Hawaï que celle de Cuba mais en aucun cas ils ne peuvent permettre dans l’autorité territoriale de l’un ou de l’autre un changement susceptible de les couper du système américain, auquel ils appartiennent indispensablement. »

Mais c’est finalement l’influence prépondérante des Américains, principalement le fruitier Dole Food Company (planteurs, commerçants), appuyée par le débarquement d’une compagnie de fusiliers-marins, qui conduit in fine à la déposition de la dernière reine par un coup d’État en 1893 et à l’instauration d’un Gouvernement provisoire. Ce coup d’État est fomenté par un groupe de planteurs et de missionnaires étrangers, en majorité américains, soutenu par l’USS Boston. Le 17 janvier 1894, un comité de sécurité autoproclamé dirigé par Sandford B. Dole décrète la fin de la monarchie hawaïenne et à la proclamation d’une République d’Hawaï, véritable république bananière. La reine Lili’uokalani quitte aussitôt Hawaï. La « République d’Hawaï » finit par être annexée au territoire américain le 7 juillet 1898 avec le statut de Territoire d’Hawaï.

L’archipel est notamment impliqué dans la Seconde Guerre mondiale lors de l’attaque de la base navale de Pearl Harbor par  l’aviation japonaise le 7 décembre 1941.

Le pouvoir des planteurs prend fin en raison du droit de vote accordé aux nombreux immigrés qui dès le XIXe siècle ont radicalement transformé la démographie de l’archipel.

Le 21 août 1959, Hawaï devient le 50e et dernier territoire de l’Union à avoir accédé au statut d’État des États-Unis : cette transformation étant due notamment à l’action des organisations syndicales (132 773 voix pour, 7 971 contre lors du référendum du 27 juin 1959).

Hawaï présente la caractéristique rare de n’avoir jamais été rattachée à son actuelle puissance souveraine (les États-Unis) par un acte de droit  international. La cession de l’archipel a en effet été le fait d’un gouvernement provisoire que les États-Unis ne reconnaissaient pas, le président Grover Cleveland ayant explicitement déclaré cette entité illégitime. Par peur des résultats, on ne procéda pas à un référendum auprès de la population hawaïenne. La résolution Newland, qui érige Hawaï en territoire organisé des États-Unis, votée par le Congrès américain n’est donc, en termes juridiques, qu’un acte unilatéral. Par l’Apology Resolution du 23 novembre 1993, le Congrès américain souligne ainsi ce point en reconnaissant que le peuple hawaïen n’avait jamais renoncé à sa souveraineté au profit des États-Unis.

Quand bien même le gouvernement hawaïen aurait été considéré comme légitime, le droit international prévoit qu’il aurait fallu un traité, dans la mesure où une loi votée dans un pays ne peut s’appliquer à un autre pays, traité qui n’a jamais été conclu. Le statut du territoire d’Hawaï est donc, au regard du droit international pur, non valide. Cette irrégularité dans l’annexion d’Hawaï nourrit aujourd’hui encore un mouvement  indépendantiste chez une partie de la population autochtone, ainsi que des querelles récurrentes quant à la propriété des terres ancestrales hawaïennes. Ainsi, la loi publique 103-05 « présente solennellement, au nom du peuple et du gouvernement des États-Unis, ses excuses aux populations indigènes hawaïennes » pour le « renversement illégal du royaume d’Hawaï, le 17 janvier 1893, avec la participation d’agents et de citoyens américains, et la spoliation des indigènes hawaïens de leurs droits à l’autodétermination » et « exprime son engagement [celui des États-Unis] à assumer les conséquences du renversement du royaume d’Hawaï, afin de créer les conditions favorables à la réconciliation entre les États-Unis et le peuple indigène hawaïen ».

Lors de la campagne des présidentielles américaines de 2008, certains opposants à Barack Obama ont tenté d’utiliser ce fait pour affirmer qu’Hawaï n’étant pas de droit un État américain et Barack Obama y étant né, ce dernier n’était donc pas né sur le territoire des États-Unis, et qu’en conséquence, il ne pouvait pas en être élu président en vertu de l’Article II de la Constitution des États-Unis17. Ce qui a été démenti par son acte de naissance, il est né 2 ans après l’adhésion.

Dans la mesure où Hawaï a été constitué en État fédéré en 1959, sa séparation des États-Unis est aujourd’hui presque impossible, même au titre de la nullité en droit de son rattachement, car elle constituerait un cas de sécession.

La géographie d’Hawaï est très variée du fait de ses grands volcans. Avec Tahiti, les îles Marshall et Tuamotu, Hawaï est l’un des points chauds les plus étudiés par les géologues. Une instabilité de couche limite située à la base du manteau terrestre engendre un panache thermique (formé de matière solide comme le reste du manteau) qui en arrivant à proximité de la surface subit une décompression adiabatique qui produit du magma par fusion partielle ; comme les plaques de la croûte terrestre sont en mouvement, une série de volcans voient le jour puis s’éteignent au fur et à mesure que la plaque pacifique passe au-dessus du point chaud. Cela explique la forme de l’archipel hawaïen, en chapelet d’îles et de guyots. Les volcans d’Hawaï sont de type « volcans-boucliers ».

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.